Updates

#FastTrackTech en appui aux incubateurs d’Afrique de l’Ouest

2 décembre 2021
ITC Nouvelles

Parce qu’ils aident à transformer une bonne idée en projet viable, les incubateurs sont des structures essentielles à l’économie et à l’innovation. Mais une mauvaise compréhension du marché local et un manque de vision entrepreneuriale sont susceptibles de les conduire à l’échec. En Afrique de l’Ouest, le projet #FastTrackTech octroie une formation aux managers des hubs d’innovation pour rendre leur accompagnement toujours plus pertinent.

Un formation de formateurs en ligne

En provenance du Mali et de la Côte-d’Ivoire, les incubateurs qui ont répondu à l’offre de formation ont été préalablement sélectionnés sur candidatures. Pendant plusieurs semaines, les managers ont alors suivi un parcours en ligne avec Nadine Reichenthal, experte en développement d’entreprise. Au programme, tous les outils pour aider une entreprise à mieux cerner les besoins de ses clients et à adapter en conséquence sa proposition de valeur : la carte d’empathie, le value proposition canvas, le business model canvas, la méthode d’analyse SWOT ou encore le modèle stratégique TOWS. Alternant théorie, mises en situation pratiques et débriefings, Nadine Reichenthal a donné aux chefs de projet toutes les clés pour mieux structurer leur accompagnement. « Il s’agit de former des relais locaux, capables d’orienter efficacement les entreprises innovantes dans leurs phases d’idéation, d’incubation, de croissance et d’internationalisation. Je les dote de méthodologies et matrices éprouvées, pour qu’ils puissent à leur tour guider les start-up vers la réussite », explique la consultante.

Des hubs mieux outillés, des start-up mieux préparées

Diack Doumbia est chef de projet à l’Impact Hub de Bamako. Il suit chaque année près de 500 entrepreneurs évoluant dans des secteurs prometteurs tels que les énergies renouvelables et l’agritechnologie. Il fait partie des 8 candidats maliens et ivoiriens à être allé au bout de la formation. Il témoigne : « Je me sens mieux outillé pour aider les bénéficiaires à comprendre leur environnement économique, à structurer leur étude de marché et même, à lever des fonds. Je ne coacherai plus de la même manière. Auparavant, je délivrais des instructions. Dorénavant, je serai en capacité d’amener la start-up à faire émerger ses propres solutions ». C’est justement ce qui reste à valider, puisque la formation prévoit un second volet de coaching. Sous la supervision de Nadine Reichenthal, Diack et les autres managers seront amenés à démontrer leurs acquis à l’occasion d’une vraie séance d’accompagnement. Condition indispensable pour pouvoir obtenir, in fine, le certificat de Business Coach. Après le Mali et la Côte-d’Ivoire, le projet #FastTrackTech projette d’ouvrir la formation auprès des autres pays de la sous-région. L’occasion également d’encourager les partages d’expérience et les opportunités de collaboration entre participants, au sein de la zone de libre-échange continentale africaine.

Ils sont en voie d’obtenir leur certificat de Business Coach avec #FastTrackTech :

 

  • Francis AKOTIA, Incub Ivoire, Abidjan
  • Aissata DICKO, Babylab, Abidjan
  • Guy-Roland KAKA, Incub Ivoire, Abidjan
  • Stéphane YAO, Incub Ivoire, Abidjan
  • Diakaridia DOUMBIA, Impact Hub, Bamako
  • Aly KOUMA, Donilab, Bamako
  • Douji MAIGA, indépendant, Bamako
  • Salé SISSOKO, CreaTeam, Bamako
  

 

 

Financé par le Canada, le Finlande, l’Allemagne, l’Irlande, la Norvège, la Suède ainsi que le Netherlands Trust Fund IV, le projet #FastTrackTech est mis en œuvre par le Centre du Commerce International. Grâce à une offre ciblée de coaching et formations, le projet #FastTrackTech s’engage depuis octobre 2019 aux côtés des entrepreneurs du numérique qui aspirent à grandir à l’international au Bénin, en Côte d’Ivoire, en Ethiopie, au Mali, au Rwanda, en Tanzanie et en Zambie.