Features

Propager l'esprit de l'entreprenariat

15 avril 2013
ITC Nouvelles
Le soutien aux start-up ambitieuses en vue de la réalisation de leur potentiel et de la concrétisation de leurs projets favorise les affaires.

Il y a un peu plus de cinq ans, une nouvelle entreprise faisait ses premiers pas. Elle avait un idée très claire de sa proposition de valeur et un marché mondial qui lui tendait les bras. Depuis, elle a servi plus de 30 millions de clients dans 130 pays, mais son influence va bien au-delà. Comme la quasi-totalité des nouvelles entreprises, la Semaine mondiale de l'entreprenariat est née d'une idée: Et si un mouvement mondial était en mesure d'inciter partout les gens à exprimer leurs idées et à avancer professionnellement?

Chaque année pendant une semaine au mois de novembre, des millions de personnes participent à des activités locales, nationales et mondiales destinées à les aider à explorer leur potentiel de créer de nouvelles entreprises qui donnent vie à des idées, favorisent la croissance économique et améliorent le bien-être humain. Initialement lancée à l'intention des jeunes entrepreneurs en devenir, la Semaine mondiale de l'entreprenariat (Global Entrepreneurship Week) continue de se développer et couvre tout l'éventail des secteurs d'activité. Chaque année:

  • des millions d'étudiants goûtent pour la première fois à la culture de l'entreprenariat
  • les universités renforcent les liens qui leur permettent de commercialiser les recherches de leurs laboratoires
  • des milliers de nouvelles entreprises éclosent grâce aux ateliers intensifs tels que le Startup Weekend et les compétitions telles que Startup Open.
  • des chercheurs et des décideurs politiques se retrouvent lors de centaines d'événements organisés dans le monde pour étudier les politiques générales nécessaires à la promotion de la croissance entreprenariale dans l'espoir d'autonomiser les créateurs d'emplois locaux.

Pour mieux comprendre les retombées de la Semaine mondiale de l'entreprenariat, il est utile de prendre un peu de recul et se demander comment était perçu l'entreprenariat il n'y a pas si longtemps. Avant un regain d'intérêt depuis cinq ans, la 'création de nouvelles entreprises' était un concept exclusif associé à des endroits tels que Silicon Valey et autres viviers d'entreprises. Le capital-risque privé et les investissements providentiels étaient concentrés dans les nations connues pour leur esprit d'entreprise. Si les décideurs politiques discutaient de la promotion de l'esprit d'entreprise, ils se concentraient généralement sur les PME. Le potentiel des jeunes entreprises ayant de bonnes perspectives de croissance restait souvent inexploité. 

Cette époque est révolue. Des startups voient aujourd'hui le jour dans les endroits les plus inattendus. Les investisseurs se déplacent pour trouver les startups les plus prometteuses et les décideurs politiques se mêlent aux acteurs clés de cet écosystème dans leur quête de réussite professionnelle.

Ces changements ne sont pas le fruit du hasard. Ils sont la résultante de la démocratisation et de la mondialisation de l'esprit d'entreprise. Une course mondiale à l'établissement du meilleur écosystème pour startups a été lancée et elle est ouverte à toutes les économies et à toutes les régions. Il suffit de prendre le rapport Doing Business 2013 de la Banque mondiale et sa liste des pays qui ont le plus progressé dans la facilité de faire des affaires pour y trouver des nations aux contextes économiques très divers, dont la Pologne, le Sri Lanka et l'Ukraine.

De nouveaux pays viennent chaque année grossir les rangs de ceux qui se lancent dans ce type d'initiatives globales et transversales telles que Start-up America, Start-Up Chili et LIONS@frica. Un rapport de cette série, L'importance des startups dans la création et la destruction d'emplois, montre quelque chose de remarquable, à savoir que tous les nouveaux emplois créés aux États-Unis le sont par des startups au cours de leur première année d'existence.

La Semaine mondiale de l'entreprenariat catalyse l'ensemble de ces recherches et données. Des représentants de 37 pays étaient présents lorsque l'organisation a été officiellement lancée à Londres fin 2007. Lorsque s'est achevée la première Semaine mondiale de l'entreprenariat en novembre 2008, 3 millions de personnes avaient participé à 25.022 activités dans 77 pays. Depuis, l'événement a permis de sensibiliser le monde au rôle des entrepreneurs dans le développement des économies tout en élaborant des solutions innovantes qui améliorent la vie quotidienne. En 2012, 22 présidents ou premiers ministres et 93 ministres de 54 pays ont soutenu ou participé à la Semaine mondiale de l'entreprenariat. Plus concrètement, 11 pays au moins ont adopté des trains de mesures ou lancé de vastes initiatives en faveur des startups pour doper l'esprit d'entreprise local. Chacun de ces 11 pays – Afrique du Sud, Canada, Chili, Espagne, États-Unis, Inde, Lithuanie, Malaisie, Mexique, Portugal, Royaume-Uni – s'est activement investi dans la Semaine mondiale de l'entreprenariat depuis sa création.

Le principal héritage de la Semaine mondiale de l'entreprenariat est le capital culturel de l'esprit d'entreprise qu'elle a créé. Nous sommes fiers que la nouvelle génération d'entrepreneurs et leurs pairs ne considère plus que ses rêves de bien faire et de faire le bien sont incompatibles. Même dans les cultures ayant la plus forte aversion au risque, les entrepreneurs sont en train de gagner le respect de leurs pairs.

Dropifi est un réel exemple de réussite. L'entreprise a vu le jour lors d'un weekend pour les startups organisé à Accra, au Ghana, pendant la Semaine mondiale de l'entreprenariat de 2011. En l'espace d'un week-end, les co-fondateurs de Dropifi ont bâti une plateforme pour l'identification du client et les opérations allant jusqu'à la validation des idées. La solution permet de remplacer la fonction "nous contacter" par un widget intelligence qui permet aux entreprises de mieux analyser et organiser les messages entrants. Les entreprises peuvent en connaître davantage sur les expéditeurs des messages et savoir si le message est positif ou négatif. Dropifi a été mise à l'honneur lors de la compétition locale et a continué de travailler tout au long de l'année pour perfectionner la plateforme et se distinguer auprès de Forbes, CNBC, DEMO et d'autres. Un an plus tard, elle a été choisie parmi 400 startups de 56 pays et s'est vue décerner le grand prix du Start Open, gagnant ainsi un voyage tous frais payés au Congrès mondial de l'entreprenariat de Rio de Janeiro.

Les retombées de la Semaine mondiale de l'entreprenariat dépassent les entreprises. Elles permettent de consolider leurs écosystèmes tout entiers. Travaillant avec quelque 10 000 organisations partenaires dans le monde, la Semaine mondiale de l'entreprenariat s'est élargie à plus de 130 pays et a bâti un solide réseau d'acteurs clés de l'entreprenariat, ce qui lui a permis de dresser la carte de divers écosystèmes d'entreprenariat. Elle a de fait donné naissance à un vaste mouvement de la base montrant aux décideurs politiques les points forts et les points faibles de chaque système. Des représentants de tous les niveaux des gouvernements participent à présent aux activités de la Semaine mondiale de l'entreprenariat, en tant qu'invités et hôtes d'activités. Elle leur offre une enceinte d'échange d'idées sur les politiques et initiatives propices à la création de nouvelles entreprises et permet de discuter des cadres réglementaires qui favorisent l'émergence et l'épanouissement des entrepreneurs.

Les nations ont parcouru un long chemin en matière de soutien aux nouvelles entreprises et jamais le monde n'a été aussi ouvert aux entreprises innovantes. Les ambitieux devraient saisir cette occasion pour porter plus haut encore la démocratisation de l'esprit d'entreprise. Pour cela, une approche intégrée est nécessaire pour attirer et nourrir les startups à forte croissance qui accélèrent la croissance économique et créent de nouvelles possibilités de prospérité.

Lors de la Semaine mondiale de l'entreprenariat, nous nourrissons la vision d'un monde où davantage de citoyens trouveront de meilleures façons de procéder, qui ne craignent pas de perturber les marchés et de remettre en question les postulats du passé. Et si l'activité s'intensifie chaque année en novembre, tout au long de l'année nous veillons à prendre soin de l'écosystème d'entreprenariat de chaque pays, à accroître le nombre des organisations qui soutiennent les entrepreneurs et à consolider leurs résultats: ceux qui laissent libre cours à leurs idées; ceux qui créent des emplois et génèrent de la richesse; ceux qui rendent notre monde meilleur.