Features

Intégrer les PMA dans le tissu de l'économie mondiale

14 janvier 2015
ITC Nouvelles

L'intégration des PMA, dont la plupart se trouvent en Afrique, dans l'économie mondiale, est l'une des principales difficultés s'agissant de favoriser la stabilité et étendre la prospérité à travers le monde.

Ces 48 pays représentent le taux incroyablement bas de 1% du commerce mondial. Leur intégration est un défi de taille en termes de construction de routes et de ports et de réduction de la pauvreté. Il est également essentiel de s'attaquer au taux de chômage élevé chez les jeunes, d'autant plus que la moitié de la population de l'Afrique a moins de 20 ans. Le déficit de l'infrastructure en Afrique est estimé à $E.-U. 90 milliards par année.

Afin de doper la croissance et le développement des PMA, une injection massive d'investissements étrangers et un pas géant dans le commerce mondial seraient nécessaires. Cela requiert un engagement plus important avec le secteur privé. Même si une liste impressionnante de marchés frontaliers tels que le Ghana, Kenya, Maurice, Mozambique, Nigéria, Sénégal, Tanzanie, Ouganda et Zambie ont attiré d'importantes injections d'investissements étrangers directs ces dernières années, un accent mis sur la croissance seule pourrait dangereusement creuser l'inégalité des revenus et nuire à l'environnement.

Pour faire décoller les investissements et le commerce transfrontalier, les PMA doivent remodeler leurs rapports avec le secteur privé. Ils doivent concentrer leurs réformes sur plusieurs domaines.
Mettre l'accent sur les PME fait sens pour les PMA, puisque les PME représentent 90% de la force de travail dans les PED. Étant donné que 80% du commerce mondial se fait au sein des chaines mondiales, près de la moitié de la valeur ajoutée dans ces chaines vient des PME fournisseurs.

Établir des partenariats avec les entreprises dans le but de construire et financer des ports, aéroports et la production d'énergies renouvelables transformerait les économies et la vie des personnes tout en favorisant la croissance économique à long terme. Les gouvernements des PMA n'ont pas les moyens d'y parvenir tout seuls. La réussite de ces partenariats requiert une répartition bien définie du travail entre le secteur public et le secteur privé ainsi qu'un accord clair sur l'industrialisation.

La mise en place de politiques susceptibles d'attirer les investissements étrangers et de défendre des principes essentiels tels que le principe de la nation la plus favorisée et celui du traitement national sous-entend que les étrangers et les locaux jouissent des mêmes droits, avantages et privilèges s'agissant des produits importés et locaux, ainsi qu'en matière de conventions internationales.

L'investissement accru dans les technologies de l'information et de la communication (TIC), qui peuvent faire doubler la productivité et augmenter le produit intérieur brut (PIB) représente l'un des plus grands multiplicateurs de forces pour le développement. En fait, chaque augmentation de 5% du PIB double le niveau de vie en une génération. Un accès plus généralisé aux TIC permettrait ainsi de créer 150 millions d'emplois pour les jeunes africains d'ici à 2020.

Un autre pas important pour intégrer les PMA dans l'économie mondiale est la ratification et la mise en oeuvre de l'Accord sur la facilitation des échanges (AFE) de l'OMC. Associée aux autres éléments de l'accord de Bali visant à réduire les obstacles au commerce, l'amélioration des procédures frontalières et douanières pourrait permettre la création de 18 millions d'emplois dans les économies en développement et garantir aux consommateurs que les aliments périssables ne seront pas avariés, ce qui est essentiel pour les populations les plus défavorisées.

Cependant, les entreprises ont avant tout besoin d'un climat politique et d'investissements prévisibles, offerts par des institutions solides et incorruptibles, qui perdurent. Une collaboration entre les secteurs public et privé peut permettre d'établir ce climat et d'assurer que chacune des parties en bénéficie, sans pénaliser l'autre. L'élaboration et le maintien d'accords et procédures transparents et prévisibles tels que ceux mentionnés dans l'AFE peuvent être un moyen d'y parvenir.