Stories

Formation de l’ITC dope les exportations de coton tanzanien

18 septembre 2013
ITC Nouvelles
Une formation sur la réduction de la contamination donnée conjointement par des filateurs bangladais et l’ITC aboutit à un coton de meilleure qualité et à un meilleur potentiel de vente

Le Centre du commerce international (ITC) a contribué à la formation de plus de 1’000 producteurs de coton et égreneurs dans la République-Unie de Tanzanie sur la réduction de la contamination. Cette formation s’insère dans une approche plus large visant à créer des partenariats entre les producteurs (égreneurs) et les consommateurs (filateurs) de coton.

Cette formation, donnée par deux filateurs bangladais, Square Textiles et Viyellatex, a eu lieu du 30 août au 14 septembre dans ce pays d’Afrique de l’Est. Des employés de plusieurs entreprises d’égrenage ont appris à produire un coton contenant peu ou pas de contaminants. La plupart des participants étaient des agriculteurs.

La visite a été organisée conjointement par l’ITC, l’Association cotonnière tanzanienne, l’Office tanzanien du coton ainsi que deux entreprises pilote d’égrenage, Afrisian Ginning Ltd. et SM Holding.

Ce programme de formation a pour but de sensibiliser les producteurs et égreneurs de coton aux conséquences de la contamination, et de leur apprendre à l’identifier et à l’éliminer, ou du moins la réduire à des niveaux acceptables par les clients. Cotton contenant moins de contaminants est plus compétitif sur les marchés mondiaux, ce qui augmente les revenus des producteurs.

 
L’analyse du coton tanzanien a montré qu’il possède de bonnes caractéristiques de fibre, mais en raison des niveaux élevés de contamination, le coton est rejeté ou vendu à des prix cassés.

Premiers résultats

Les égreneurs tanzaniens ont déjà pris des mesures pour réduire les niveaux de contamination de leur coton en éliminant le polypropylène du sol de leur usines, en augmentant le numéro d’employés pour le tri des graines de coton contaminées et en procédant à des contrôles réguliers des balles de fibre finales afin de déterminer le taux de contamination.

Afrisian Ginning Ltd. et SM Holding ont procédé à des changements et à des améliorations considérables, réduisant de jusqu’à 63% la quantité de contaminants trouvés. Une fois que les niveaux de contamination seront réduits davantage et que les filateurs auront reconnu la qualité supérieure de leur coton, l’on pourrait s’attendre à des primes allant d’US $ 0.01 à 0.03 par livre.

Des représentants de six égreneurs et des membres de l’Office tanzanien du coton ont partagé ces premiers résultats lors d’un atelier à Mwanza, dont le but était d’attirer plus de filateurs dans le processus. Au moins deux égreneurs ont manifesté un vif intérêt et sont prêts à couvrir leurs propres frais.

Les égreneurs tanzaniens ont vendu jusqu’à présent 4’500 balles de fibre à des filateurs bangladais. Les égreneurs, qui égrènent aussi au Malawi, ont vendu 1’500 balles de fibre supplémentaires de coton malawien. Les filateurs se sont montrés intéressés à offrir aux égreneurs africains plus de stages de formation et à augmenter le volume de coton acheté à ces derniers.

Les changements à long-terme chez les égreneurs comprennent l’introduction d’un système d’assurance-qualité et d’une équipe charge de contrôler les niveaux de contamination dans les usines.

A l’avenir

D’autres stages de formation sur le marketing, la tarification internationale du coton et la logistique devraient avoir lieu en novembre prochain dans d’autres pays en Afrique de l’Est et en Afrique occidentale. L’ITC est en train de planifier une visite des égreneurs aux filateurs en Inde afin qu’ils puissent observer le fonctionnement de filateurs de haute qualité qui ont utilisent de nouveaux mécanismes et des nouvelles machines pour réduire le niveau de contamination.

L’année prochaine, des usines de filature en Asie offriront des stages de formation pour des gestionnaires de qualité chez les égreneurs. Une visite marketing à d’autres pays asiatiques est également prévue l’année prochaine.

En facilitant ce type de coopération entre les exportateurs de coton africains et les filateurs asiatiques, l’ITC œuvre en faveur de la transparence dans la chaîne de production et favorise les partenariats à long-terme. Cette coopération transfrontalière s’inscrit dans la Promotion du coton africain dans le cadre du projet ‘coton’ du 10ème Fonds européen de développement.