Stories

Shopfront aide à automatiser le commerce social au Bangladesh

9 février 2018
ITC Nouvelles
La nouvelle entreprise bangladaise Shopfront vise à rendre le commerce social abordable pour les petites et moyennes entreprises.

En tant que fondatrice de Shopfront, une nouvelle entreprise bangladaise qui vise à rendre le commerce social abordable, Siffat Sarwar a appris très tôt une leçon importante : L'échec fait partie du processus. Elle explique que c’est ce constat qui lui a permis d’atteindre à la fois le succès et la reconnaissance en tant que l’une des meilleures entrepreneures du pays.

« La différence entre une personne qui a échoué et une autre qui a réussi ne tient qu'au fait que la première échoue et abandonne et la deuxième échoue mais n’abandonne jamais. Elle apprend de ses erreurs et se relève. C’est ce que nous devons tous faire », a-t-elle déclaré.

Les conseils de Sarwar l'ont aidée elle-même à se tailler une place de choix parmi les participantes à l’édition 2015 de Seedstars World à Dhaka, le concours mondial de lancement des nouveaux produits, destiné aux marchés émergents. Elle a remporté un voyage entièrement financé à Colombo, au Sri Lanka, pour le Forum mondial pour le développement des exportations 2016, l’événement phare du Centre du commerce international (ITC).

Entre-temps, Shopfront a également bénéficié des activités ciblées du Programme ITC / Fonds d’affectation spéciale des Pays-Bas III (NTF III) qui renforce la compétitivité des exportations dans le secteur des technologies de l’information (TI) et des services utilisant l’informatique au Bangladesh. Le projet, mis en œuvre en collaboration avec le Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement (CBI) et financé par le gouvernement néerlandais, aide les femmes à occuper plus de postes de direction dans le secteur technologique, afin de garantir l’égalité des genres dans un pays où l’indice de développement sexospécifique du Programme des Nations Unies pour le développement est généralement bas.

Faire des affaires sur Facebook Et cela correspond parfaitement à la raison d’être de Shopfront, qui est de soutenir les jeunes et les femmes entrepreneures qui ont un capital limité et qui gèrent leur entreprise via Facebook. Shopfront aide quelques-uns des 5 000 entrepreneurs du Bangladesh à automatiser leur activité de commerce électronique par la gestion automatique des stocks et des commandes, la comptabilité et les bases de données des clients, afin que les propriétaires puissent se concentrer sur le développement des produits et l’approvisionnement.

« Depuis 2013, avec l’avènement de la 3G, mes amis et moi avons remarqué que grâce à la pénétration croissante de l’Internet et des médias sociaux, des centaines de personnes qui jusque-là n'arrivaient pas à trouver un emploi, pouvaient gagner leur vie en vendant des objets en ligne », a déclaré Sarwar.

Et d'ajouter : « Nous avons fait des recherches de base et avons compris que même si les entreprises étaient très rentables, les entrepreneurs se heurtaient à des obstacles d'envergure dans la gestion manuelle de leurs activités. Ils étaient incapables de migrer vers des sites Web dont l'utilisation s'avérait complexe. Nous avons constaté qu'une solution pouvant automatiser le commerce social au Bangladesh avait un grand potentiel de marché. »

L’année dernière, Sarwar a quitté son travail pour se concentrer sur la mise sur pied d'une équipe pour créer cette solution. Elle ne l’a jamais regretté.Exploiter le commerce social En février, Shopfront a lancé ShopUp, le premier produit conçu au Bangladesh uniquement pour stimuler le commerce social. L’application facilite l’achat de biens via Facebook en installant un système de catalogue, de panier et de caisse sur la page Facebook, et en fournissant les fonctionnalités de base du commerce électronique directement sur Facebook.

Ce que beaucoup trouveront surprenant, c’est que Shopfront offre ces services gratuitement. « Nous facturons uniquement des services supplémentaires tels que le marketing et la livraison », a déclaré Sarwar.

Mais ce que beaucoup ne trouveront probablement pas surprenant, c’est que Sarwar perçoit un « potentiel immense » pour sa société tant au Bangladesh qu'au-delà des frontières. « Notre produit est constamment modifié pour développer une interface conviviale que même les femmes et les enfants des régions rurales peuvent exploiter facilement », a-t-elle déclaré.S’adapter pour surmonter les défis Les parties prenantes perçoivent également ce potentiel aujourd’hui, même s'il a fallu du temps pour les convaincre.

«Notre plus grand défi jusqu’ici a été d'expliquer la solution que nous voulions développer, et surtout de démontrer son utilité pour les investisseurs et le gouvernement, » a déclaré Sarwar.

Shopfront a surmonté cet obstacle en organisant des réunions entre les entrepreneurs sur Facebook et les représentants des investisseurs et du gouvernement « pour les aider à mieux comprendre le problème, et montrer qu’une solution comme ShopUp a non seulement un immense potentiel pour changer les vies des entrepreneurs qui font des affaires en ligne, mais des centaines de personnes qui n’ont pas été en mesure de démarrer une activité en ligne en raison des obstacles inhérents au système en vigueur ».

Cet optimisme ne lui fait pour autant pas ignorer les difficultés probables du processus.

« L'innovation ne va pas sans défis permanents », a noté Sarwar.