Features

Créer des communautés de startups

15 avril 2013
ITC Nouvelles
Le rôle des entrepreneurs et des supporteurs (feeders) dans la création d’une nouvelle révolution des start-up pour soutenir les entrepreneurs dans le monde entier

De nos jours, le mot entreprenariat est sur toutes les lèvres et l'idée de créer une communauté de startups dans chaque ville du monde fait son chemin. Par le passé, tout le monde pensait que les communautés de startups ne pouvaient exister que dans la Silicon Valley et à Boston. Moi pas. Je pense que les nouvelles entreprises peuvent s'épanouir partout et que chaque ville a besoin d'une communauté de startups. Chaque ville a, un jour, été une startup parce que quelqu'un a décidé de s'y installer pour y créer une communauté. Et si chaque ville a, un jour, été une startup, alors sûrement chaque ville peut faire vivre une communauté de jeunes entreprises dynamiques.

J'ai participé à la création d'entreprises, en tant qu'entrepreneur, investisseur providentiel ou en capital-risque, depuis que j'ai lancé ma première entreprise à Boston en 1987. Lorsque je me suis installé à Boulder en 1995, je n'avais pas à l'idée d'y faire des affaires. Pour moi je faisais simplement la navette entre Boston, New York, San Francisco et Seattle où j'investissais mon propre argent en tant qu'investisseur providentiel.

En moins d'un an à Boulder, je me suis retrouvé plongé dans une communauté de startups extraordinaire qui grandissait régulièrement d'année en année. J'ai continué de voyager et d'investir à Boston, New York, San Francisco et Seattle, tout en commençant à m'intéresser de plus près à d'autres endroits tels qu'Austin, Chicago, Dallas et Portland. Si l'éclatement de la bulle Internet entre 2001 et 2003 a eu des conséquences dramatiques sur l'esprit d'entreprise, de nouvelles entreprises avaient malgré tout déjà été créées et en 2007 le mouvement Web 2.0 battait son plein.

La crise financière mondiale de 2008 a profondément ébranlé les entreprises et les gouvernements du monde entier, mais la plupart des entrepreneurs ne s'en sont pas rendu compte, occupés qu'ils étaient à créer de nouvelles entreprises. En 2010, ceux d'entre nous qui nous étions attelés à la tâche depuis un certain temps avons remarqué que quelque chose de particulier était en train de se produire. Le modèle en réseau était en train de rapidement supplanter la structure hiérarchique traditionnelle des entreprises. Plutôt que de devoir demander l'autorisation de faire quelque chose, d'accéder à quelqu'un, ou d'exécuter une tâche donnée comme dans la plupart des hiérarchies, les entrepreneurs fonctionnaient pour ainsi dire en marge de ce système dans un réseau aussi tentaculaire que désorganisé. Les hiérarchies existent depuis l'aube de l'humanité et resteront très présentes, notamment dans les gouvernements, les universités, les organisations militaires et religieuses, mais les gouvernements embrassent rapidement le modèle du réseau. Les jeunes entreprises, les entrepreneurs et les communautés de startups vivent et travaillent déjà selon ce modèle.

À l'été 2012, j'ai écrit Communautés de démarrage: Construction d'un écosystème entreprenarial dans votre ville pour essayer d'expliquer le phénomène, ce que j'avais vécu pendant les 17 années précédentes, et comment des communautés de startups pourraient être créées dans toutes les villes. J'ai élaboré un jeu de quatre principes résumant ce qui avait donné naissance à une communauté de startups surprenante à Boulder. J'ai baptisé ces principes la Thèse de Boulder:

    1. Les entrepreneurs doivent être le fer de lance de la communauté. Pour moi, deux types d'entités composent ces communautés: les meneurs et les exécutants. Tous jouent un rôle clé, mais très différent. Les meneurs doivent être entrepreneurs et atteindre une masse critique, d'au moins six, au sein de la communauté. Les autres – gouvernement, universités, grandes entreprises, comptables et autres fournisseurs de services – sont des exécutants. Ces derniers soutiennent les activités de la communauté de startups, mais ils ne peuvent diriger ou contrôler la communauté, faute de quoi la communauté n'avancera pas. En l'absence de masse critique d'entrepreneurs chefs de file, la durabilité est impossible.
    2. Les meneurs doivent s'engager sur le long terme. Les communautés ont besoin de temps pour se développer, tout comme les startups. Les meneurs doivent se projeter sur au moins 20 ans et être prêts à travailler nuit et jour pour leurs entreprises et le développement de leur communauté de startups. S'ils ne sont pas disposés à transcender et à dépasser les cycles plus courts, tels les cycles gouvernementaux de deux à quatre ans, le rythme trimestriel et annuel des grandes entreprises, ou les vibrations régulières de la macroéconomie, la communauté est vouée à l'échec.
    3. La communauté de startups doit accueillir tous ceux qui souhaitent y entrer. L'idée du mentorat, ou de 'donner avant de reçevoir', et d'être inclusif est la clé de la réussite de la communauté. Si quelqu'un – exécutant ou meneur, entrepreneur, aspirant entrepreneur, étudiant, nouveau venu dans la ville, ou résident de toujours – souhaite s'engager, ce doit être facile.
    4. La communauté doit constamment offrir des activités impliquant tous les entrepreneurs. Si les prix de l'entrepreneur de l'année et les activités de réseautage huppées sont agréables, ils ne suffisent pas, ne sont même pas très importants pour créer une communauté de startups. Ce qu'il faut ce sont des activités et des événements continus, auxquels tout le monde soit associé, depuis les aspirants entrepreneurs, les entrepreneurs novices et les entrepreneurs expérimentés, jusqu'à l'ensemble des exécutants du système.

    2012 a été une année incroyable pour les startups, un grand nombre de nouvelles entreprises ayant été créées et de nombreuses entreprises créées au cours de la décennie écoulée s'étant développées. La création de communautés de startups n'a rapidement plus eu de secret pour personne et de plus en plus d'entrepreneurs se sont engagés à se lancer dans un voyage au long cours plutôt que de viser des bénéfices à courte échéance. Le processus est plutôt désordonné, tout comme l'esprit d'entreprise, mais je suis convaincu que la révolution des startups est en marche.