Press releases

Les pays en développement appellent à miser sur la valeur des exportations, non leur volume

10 janvier 2011
ITC Nouvelles
La Directrice exécutive ouvre la réunion annuelle du groupe consultatif

Se polariser sur la valeur des exportations plutôt que sur leur volume est un moyen important pour les pays en développement de survivre et de prospérer en période de crise économique, a déclaré Patricia R. Francis, Directrice exécutive du Centre du commerce international (ITC).

Se focaliser sur la valeur exige une réflexion à long terme afin de garantir l’équité et l’exclusivité, et d’être innovant dans la recherche de nouvelles opportunités via la diversification, a déclaré Mme Francis. ‘À un moment où les ressources – financières, alimentaires et naturelles – sont limitées, il est essentiel de penser “valeur” si nous voulons remédier au problème d’accès à ces ressources rares et nous attaquer à la pauvreté.’

C’est avec ces mots que Mme Francis a ouvert la séance de la 44ème réunion annuelle du Groupe consultatif commun (GCC) de l’ITC, qui réunit des représentants des 192 pays membres en vue d’examiner les activités et les futurs travaux de l’Organisation. L’ITC est une agence conjointe de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) et de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). M. Supachai Panitchpakdi, Secrétaire général de la CNUCED, et Pascal Lamy, Directeur général de l’OMC ont assisté à la séance et fait des déclarations.

M. Supachai a exprimé sa satisfaction de voir que la CNUCED et l’ITC ont collaboré en tant que membre du Groupe inter agences du Conseil des Chefs de secrétariat pour le commerce et la capacité productive, dans tous les pays pilotes de l’initiative Une ONU.

Il a suggéré qu’en 2011, la collaboration se focalise sur l’amélioration de la facilitation du commerce afin d’accroître la compétitivité du commerce; de renforcer les institutions d’appui au commerce et l’environnement commercial; l’intelligence commerciale; l’interface entre les questions environnementales et la politique commerciale, l’accent étant particulièrement mis sur les secteurs basés sur les ressources naturelles, incluant les produits alimentaires biologiques; l’amélioration des chaînes d’approvisionnement; et l’intégration aux chaînes de valeur mondiales et régionales.

Il faut également se pencher sur les obstacles auxquels sont confrontées les petites et moyennes entreprises africaines pour intégrer les chaînes de valeur mondiales et sur le soutien au dialogue public-privé relatif aux implications des accords de partenariat européens, notamment ceux concernant le commerce des services, la politique de la concurrence, et le commerce et l’investissement.

Concernant l’Aide pour le commerce, M. Supachai a déclaré que l’initiative revêt une importance capitale dans les pays en développement, et particulièrement dans les pays les moins avancés (PMA), pour le bon fonctionnement de leurs capacités de production et d’exportation, et leur compétitivité à long terme. Il a salué la décision de l’ITC de passer tous ses projets et programmes au crible de l’Aide pour le commerce et de faire du secteur privé une priorité.

Le Directeur de la CNUCED a déclaré: ‘Je suis confiant du soutien continu des donateurs à la contribution importante de l’ITC au secteur privé et à la compétitivité des exportations dans les pays en développement.’

M. Lamy a déclaré que les rapports transmis à l’OMC indiquent que si les conditions du marché du financement du commerce se sont améliorées dans la plupart des régions, ‘en Afrique la situation est toujours désastreuse et un soutien additionnel est nécessaire. L’appui de l’ITC serait grandement apprécié à cet égard.’

M. Lamy a déclaré que l’ITC a été en mesure d’assurer les exécutions attendues et de satisfaire les attentes de ses clients malgré les problèmes liés à la mise en œuvre du programme de gestion du changement. Il a ajouté: ‘Nous sommes confortés par le fait que les ressources extrabudgétaires investies en Afrique ont dépassé ses prévisions. Nous notons que près de 60% des ressources du programme ont été dépensées en Afrique subsaharienne.’

Il a ajouté que l’OMC espère poursuivre le travail engagé avec l’ITC dans les secteurs du soutien à l’accession des PMA à l’Organisation et de l’Aide pour le commerce, pour laquelle l’OMC considère l’ITC comme un partenaire essentiel.

Mme Francis a déclaré que, dans les prochaines années, les priorités stratégiques de l’agence consisteraient à accélérer le rythme et à améliorer la qualité de l’exécution des programmes de l’ITC, en mettant l’accent sur l’appropriation nationale des projets, à poursuivre la construction d’une structure de gestion solide basée sur les résultats et à collaborer avec la CNUCED, l’OMC et d’autres agences des Nations Unies dans le cadre de l’Aide pour le commerce afin d’avancer sur la voie de la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement.

Au plan opérationnel, Mme Francis a précisé que l’ITC cherchera à élargir l’accès des pays bénéficiaires aux chaînes d’approvisionnement mondiales en s’engageant davantage au niveau des marchés de destination, notamment avec les sociétés multinationales; renforcer les secteurs transversaux que sont le genre, l’environnement, la durabilité et les partenariats mondiaux; introduire un nouveau programme de l’ITC de comparaison des performances; renforcer la portée et l’impact des publications et des biens publics mondiaux; et lancer un nouveau site Internet et un système de gestion de la relation client afin de mieux communiquer avec les bénéficiaires.

Mme Francis a conclu en revenant sur le thème de la valeur, ‘les actes plutôt que les paroles’. Sur le long terme, ce qui importe c’est l’impact durable du travail de l’ITC sur les personnes qu’il est censé aider, a-t-elle dit.

Outre l’examen des programmes et priorités de l’ITC, pendant deux jours, la réunion du GCC se penchera sur les résultats actualisés du Forum mondial pour le développement des exportations et de la Conférence mondiale et des Prix du réseau des organisations de promotion du commerce. La discussion portera également sur la façon dont le nouvel environnement commercial né de la crise économique mondiale affectera les PMA avec une contribution du Président de la 44ème session, M. l’Ambassadeur Darlington Mwape. Deux tables rondes seront également organisées autour des thèmes liés au soutien à l’appropriation nationale via une gestion fondée sur les résultats et aux perspectives commerciales pour surmonter les obstacles au commerce.

Sindiso Ndema Ngwenya, Secrétaire général du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA) assistera vendredi à la réunion du GCC. Collaborer avec des communautés économiques régionales comme le COMESA est une priorité majeure pour l’ITC dans les efforts qu’il déploie pour bâtir les capacités d’exportation des pays en développement à l’échelon régional.