Press releases

Le Zimbabwe prévoit d’améliorer la conformité en matière de santé

3 janvier 2018
ITC Nouvelles
L’amélioration des normes sanitaires et phytosanitaires est essentielle pour accroître les échanges entre le Zimbabwe et l’UE

(Genève-Harare) – Les exportateurs zimbabwéens seront bientôt mieux équipés pour respecter les normes de santé et de sécurité sur les marchés internationaux, suite à l’annonce par l’Union européenne de l’octroi de 950 000 d’euros au Centre du commerce international (ITC) pour le renforcement du cadre sanitaire et phytosanitaire (SPS) national.

Même lorsque les barrières tarifaires sur un marché donné sont faibles, l’incapacité de prouver le respect de règles telles que celles qui spécifient des niveaux acceptables de résidus de pesticides peut empêcher aux producteurs des pays en développement autrement compétitifs d’effectuer des exportations. Le projet de renforcement du cadre sanitaire et phytosanitaire du Zimbabwe est considéré comme crucial pour que les entreprises du pays bénéficient pleinement de l’accès au marché dans le cadre de l’accord intérimaire de partenariat économique (APE intérimaire), qui réduit les obstacles commerciaux avec l’UE.

Pour résoudre ces problèmes, l’ITC travaillera avec l’UE et les partenaires locaux pour renforcer les capacités des principales institutions sanitaires et phytosanitaires au Zimbabwe et pour renforcer la capacité des producteurs du pays à se conformer aux normes et réglementations techniques.

L’ITC interviendra à plusieurs niveaux. Un premier objectif sera d’améliorer la connaissance des exigences techniques, sanitaires et phytosanitaires à l’exportation entre les producteurs et les autorités locales. Les organismes d’inspection seront renforcés et des laboratoires d’essais gouvernementaux seront construits ou modernisés afin de garantir qu’ils sont en mesure d’assurer l’application correcte des pratiques sanitaires et phytosanitaires à travers le Zimbabwe.

M. Ashish Shah, directeur de la Division des programmes de pays de l’ITC, a déclaré : « Ce projet est une intervention très importante et est crucial pour les entreprises du Zimbabwe qui cherchent à relancer le commerce avec les entreprises de l’UE. L’adhésion à la réglementation SPS est cruciale pour accroître l’accès au marché et développer le commerce tout en protégeant la santé humaine, animale et végétale. »

L’ambassadeur Philippe Van Damme, chef de la délégation de l’UE au Zimbabwe, a déclaré à son tour : « Pour accéder au marché de l’UE, les exportateurs doivent se conformer aux normes techniques et de sécurité de l’UE. Pour exploiter pleinement le potentiel du marché de l’UE – et être compétitifs – les produits provenant d’environnements à coûts de production élevés tels que le Zimbabwe doivent également répondre à des normes de qualité élevées.

Et d’ajouter :« L’UE est un marché énorme et présente par conséquent de grandes opportunités pour les producteurs agricoles zimbabwéens. Au moment où nous parlons, les exportations agricoles du Zimbabwe vers l’UE sont en hausse et ce projet est lancé au moment opportun. »

Un objectif particulier du projet sera d’apporter un soutien à la mise en œuvre d’une méthodologie zimbabwéenne de bonnes pratiques agricoles (Zim-GAP), qui permettra aux agriculteurs zimbabwéens de produire des biens conformes aux normes sanitaires internationales reconnues.

Le but de l’accord intérimaire de partenariat économique entre l’UE et le Zimbabwe, qui comprend également Madagascar, Maurice et les Seychelles, est d’éliminer les droits de douane et les quotas sur les échanges entre les deux parties. L’UE a immédiatement accordé un accès libre de tout droit de douane à son propre marché ; les quatre pays en développement se sont alors engagés à réduire progressivement leurs propres droits d’importation sur une période de plusieurs années.

Le Zimbabwe a ratifié l’APE intérimaire en mai 2012, mais le pays est confronté à la fois à la mise en place des cadres législatifs et des procédures de mise en œuvre nécessaires et au renforcement des capacités de ses producteurs et exportateurs pour profiter pleinement du marché européen.

Note à l'éditeur

 
À propos de l'ITC –L’ITC est l’agence conjointe de l’Organisation du commerce international et des Nations Unies. L'ITC soutient les petites et moyennes entreprises des pays en développement et des économies de transition pour les rendre plus compétitives sur les marchés mondiaux, participant ainsi au développement économique durable dans le cadre du programme Aide pour le commerce et des Objectifs de développement durable des Nations Unies.

Pour plus d’informations, consulter le site : www.intracen.org. Suivre l'ITC sur Twitter : @ITCnews

Contact ITC : 

Jarle Hetland
Responsable des médias
Bureau de la Directrice exécutive
Téléphone : +41-22 730 0145
Mob : +41 79 582 91 80
Courriel : Hetland [at] intracen.org