Features

Développement durable

30 juin 2013
ITC Nouvelles

Au cours des sept dernières années, j'ai eu le privilège, en tant que Directrice exécutive du Centre du commerce international (ITC), de voyager dans le monde pour promouvoir le commerce et le développement. J'ai vu des pays, des entreprises et des personnes améliorer leur compréhension du système de commerce mondial et tirer parti des possibilités d'exportation. En Afrique, en Asie et en Amérique latine, davantage de personnes sont impliquées dans des chaînes de valeur mondiales qu'en 2006. Cela a été possible malgré la crise économique mondiale qui a débuté en 2008 dans de nombreuses régions dans le monde. Cependant, il est indéniable qu'un grand nombre d'économies mettent plus d'accent sur la création d'un commerce durable, alors que nombreuses sont celles qui semblent ne pas se soucier de l'empreinte laissée par le commerce dans leurs sociétés.

Le développement durable en matière de commerce reste un combat difficile qui n'est pas gagné d'avance. Peu importe l'angle sous lequel on le regarde, le commerce – et ses effets – laisseront inévitablement une empreinte sur l'environnement. Et même si le commerce a contribué à sortir des millions de personnes de la pauvreté, il ne fait aucun doute qu'il y a eu également des conséquences sur le plan social.

Bien sûr, cela ne signifie pas qu'il faille adopter une approche 'laissez-faire' et ne rien faire au sujet des effets négatifs du commerce. En fait, il est possible d'atteindre une croissance du commerce dans les PED (à l'instar des pays développés) tout en minimisant son impact environnemental et social. Cela nous amène au cœur de ce que nous faisons à l'ITC, et ce numéro du Forum du commerce international présente une partie de ce travail. Ces objectifs sont soutenus par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (p. 14), la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (p. 20) et la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (p. 9). Comme l'a souligné Pascal Lamy, Directeur général de l'OMC, le programme de l'Aide pour le commerce (APC) est un autre outil dont l'objectif premier est d'atteindre un développement durable (p. 6).

Or, nous avons pu observer dans les discussions au sujet du climat et de l'environnement au cours des 10 dernières années qu'un effort considérable a été fait pour défendre des intérêts nationaux égoïstes. Et ce autant par les pays développés que par les PED. De fait, la plupart des citoyens à travers le monde voient ou expérimentent les effets du changement climatique et reconnaissent qu'il y a vraisemblablement un lien avec l'activité humaine. Cependant, de nombreux dirigeants ne réussissent hélas pas à résoudre ce problème grandissant.

Cela est déplorable, car ce sont eux qui détiennent la clé d'un avenir beaucoup plus vert, un avenir durable et qui voit évoluer main dans la main le commerce et le développement.