Stories

Dernière journée de la Conférence ministérielle de l’OMC: Evolution sensible mais aucune décision prise

16 février 2012
ITC Nouvelles

L’Organisation mondiale du commerce (OMC) a clos la réunion ministérielle samedi 17 décembre sans prendre de décisions claires sur la façon de relancer les négociations multilatérales, se concentrant plutôt sur l’accueil de la Russie, du Samoa et du Monténégro comme nouveaux membres et la conclusion d’un accord sur les marchés publics qui viendra en aide aux femmes africaines. Lors de la Table-ronde inaugurale sur les achats gouvernementaux auprès des femmes commerçantes, l ’ITC s’est également penché sur la question des marchés publics.

Le Programme de l’ITC dédié aux femmes et au commerce a réuni des ministres et des experts dans le domaine des achats en marge de la Conférence ministérielle de l’OMC pour jeter les bases du renforcement de la capacité des femmes chefs d’entreprise à remporter au moins cinq pour cent des appels d’offre émis par les agences gouvernementales.

‘Nous avons besoin d’un processus proactif pour aider les femmes à comprendre les opportunités à saisir, travailler avec elles pour s’assurer qu’elles respectent les normes relatives aux achats et les aider à bâtir des réseaux,’ a déclaré Patricia Francis, Directrice exécutive de l’ITC lors de la table-ronde sur les marchés publics.

Le 17 décembre 2011, lors de la huitième Conférence ministérielle, a été adoptée l’approbation formelle de l’accession à l’OMC du Monténégro et du Samoa. Au cours des deux dernières années, l’ITC a collaboré au processus d’accession du Samoa, aidant le pays à se préparer à l’adhésion en facilitant le dialogue entre le secteur privé et les négociateurs gouvernementaux garantissant ainsi que les intérêts du secteur privé sont pris en compte durant le processus d’accession.

Durant la séance de clôture, certains Ministres ont mis l’accent sur les aspects positifs de la Conférence ministérielle. ‘Nous avons donné un bon exemple durant ces trois jours,’ a déclaré le Ministre nigérien du commerce et de l’investissement Olusegun Aganga, Président de la conférence. ‘Nous avons envoyé un message collectif fort indiquant que l’OMC est plus que jamais importante pour le monde. Nous avons assisté à un dialogue constructif entre les Ministres, qui a amélioré l’atmosphère et les perspectives à l’OMC.’ Alors qu’il y avait une ‘convergence de vues’ durant la conférence ministérielle, elle ne permet pas de parvenir à un accord commercial mondial, a déclaré Pascal Lamy, Directeur général de l’OMC, qui a annoncé qu’il ne briguera pas un troisième mandat comme Directeur général de l’OMC à l’expiration de son mandat actuel mi-2013.

M. Lamy a déclaré que la conférence avait souligné la nécessité pour l’OMC de faire progresser l’agenda des négociations pour rester pertinent et précisé qu’une telle évolution sera graduelle. ‘A l’issue de cette conférence ministérielle, nous mesurons mieux les priorités pour les prochaines années. C’est de ce type d’orientation dont nous avons tous besoin,’ a-t-il précisé.

Durant les trois jours de la conférence, les Ministres ont débattu de la nécessité de maintenir l’ouverture des marchés et de résister au protectionnisme, ‘notamment dans ce contexte économique difficile,’ a déclaré M. Aganga. Le coton dans le contexte des négociations de Doha et la sécurité du commerce mondial ont également fait l’objet de discussions en marge de la conférence.

Le représentant des Etats-Unis pour le commerce, Ron Kirk, et une délégation de l’Union européenne dirigée par Dacian Ciolos, commissaire à l’agriculture, ont rencontré séparément les représentants des quatre principaux pays africains producteurs de coton (Bénin, Burkina Faso, Tchad et Mali), qui représentent à eux seuls 15 pour cent des exportations mondiales.