Features

Concocter des vies meilleures

1 octobre 2013
ITC Nouvelles
Mettre les personnes avant les profits et faire une différence durable dans les vies des producteurs de café en Afrique.

Sarah Robinson, Directrice opérationnelle de Bean There Coffee Company, société basée en Afrique du Sud, a trois mots tatoués sur son poignet gauche qui résument sa manière de mener ses affaires et sa vie: 'Sois le changement'.

'Si j'avais fait ce tatouage il y a 10 ans, c'aurait été 'sauve le monde', dit Robinson, qui a ce tatouage depuis presque deux ans. 'Avec le temps, il se passe beaucoup de choses, et on comprend qu'il ne s'agit pas de changer le monde, mais des personnes qui font la différence le long du chemin.'

Ses expériences dans l'industrie caféière lui ont montré que les affaires et les considérations relatives au développement peuvent coexister. Après avoir participé à une formation donnée par l'ITC l'année dernière, elle a eu l'idée de chercher activement des femmes entrepreneures pour leur fournir des opportunités de travail.

Son état d'esprit, 'sois le changement', a mené Robinson à partir du Canada en septembre 2005, pour rejoindre son frère, Jonathan, en Afrique du Sud. Ensemble ils ont créé une entreprise caféière certifiée par Fairtrade International, norme qui 'propose aux producteurs une meilleure offre et des meilleures conditions en matière de commerce', selon son site web. Elle a fait le pas armée d'un désir de 'faire la différence dans la vie de beaucoup de personnes'.

En avant et vers le haut

Les Robinson n'avaient aucune expérience dans l'industrie caféière; ils ont alors réuni la plupart des informations en cherchant sur internet, en lisant et en apprenant des vétérans de l'industrie.

'Quand certaines personnes qui avaient été actives dans l'industrie pendant longtemps apprenaient ce que nous voulions faire, ils disaient "ça ne va pas marcher", l'Afrique du Sud ne boira jamais du café africain, ils n'aiment pas le café d'origine unique', se souvient Robinson. 'Alors nous n'avons pas eu beaucoup de soutien de la part de l'industrie locale, mais nous avons tenu bon.'

Les Robinson ont fait du chemin depuis qu'ils ont déménagé de leur premier bureau (le garage de la maison de Jonathan), et augmenté leur équipe d'une personne, engagée durant la deuxième année de leurs activités.

Ils avaient de grands projets pour leur entreprise depuis le départ: Bean There est le premier torréfacteur de café certifié Fairetrade en Afrique du Sud. Fairtrade est un partenariat commercial qui contribue au 'développement durable en offrant de meilleures conditions commerciales aux producteurs et travailleurs marginalisés et en assurant leurs droits', selon leur site web. En tant que tel, l'entreprise paie un salaire équitable à ses producteurs partenaires, un pas vers la création d'une différence durable dans leurs vies.

'L'une des choses dont je suis vraiment fière, c'est qu'on fait ce qu'on dit', dit Robinson. 'Je peux dire que nous avons rencontré les agriculteurs qui produisent notre café.' J'ai récolté du café moi-même et nous avons parlé des difficultés vécues par la population en Éthiopie.'

Aujourd'hui, Bean There compte 28 employés dans deux usines; son siège est à Johannes-

bourg et elle a un bureau au Cap. L'entreprise a 400 clients réguliers, la plupart en Afrique du Sud, qui commandent un total de 7,2 tonnes de café par mois.

Aller à la source

Durant les quatre premières années d'activité, l'entreprise a doublé son chiffre d'affaires chaque année, selon Robinson. L'année dernière était une 'année difficile' sans croissance, mais la situation s'est améliorée en 2013.

La croissance de leur entreprise reflète un grand changement dans le monde de l'industrie caféière, dit Robinson. En d'autres mots, plus de personnes font attention à la provenance des grains.

Le plus grand fournisseur de Bean There est d'Éthiopie, qui leur fournit 960 sacs de café par année, chaque sac pesant 60 kilos. L'entreprise achète aussi au Burundi, au Kenya, au Rwanda et en Tanzanie, et maintenant en République démocratique du Congo.

Cette stratégie d'achat est en ligne avec la mission de l'entreprise d'acheter et vendre du café d'origine unique en Afrique, s'assurant que tous les employés de la chaîne d'approvisionnement sont payés et traités de manière équitable.

'Nos motivations premières ont été renforcées car elles ont été questionnées par les autres', dit Robinson. 'Et nous avons dû les défendre, et en le faisant, nous nous sommes rappelé pourquoi nous sommes ici, ce que nous essayons de faire, et comment nous essayons de le faire.'

Le souhait de mettre les 'personnes avant les profits et même avant les produits' vise en grande partie offrir aux femmes l'opportunité de travailler et évoluer avec l'entreprise, dit-elle.

Autonomiser les femmes

En août 2012, Robinson a participé à une formation en leadership coordonnée par l'ITC et Women's Coffee Association à Nairobi (Kenya), où elle a rencontré des femmes entrepreneures de toute l'Afrique, du Guatemala, du Japon et des États-Unis d'Amérique.

'Une des meilleures choses pour moi, c'est que cela a vraiment mis la lumière sur les défis auxquels sont confrontées les femmes dans l'industrie caféière, en particulier en Afrique', dit Robinson. 'Je n'ai jamais été une grande féministe, mais le fait d'apprendre cela, les options et les difficultés, m'ont vraiment fait réfléchir à notre manière de faire du commerce. Même si nous le faisons de manière équitable, nous ne regardons pas du côté des femmes.'

La formation a poussé Robinson à œuvrer pour l'autonomisation des femmes dans l'industrie caféière en leur offrant des opportunités d'emploi, en faisant des affaires avec elles, en les préparant à prendre en mains leur rôle dans la communauté.

Planifier l'avenir

Le but principal de la création de Bean There était la création d'emplois. L'entreprise est en train de créer une école de formation pour jeunes qui ont fini l'école secondaire et pour le public en général. Le programme devrait couvrir les concepts de base des affaires tels que le contrôle des stocks et la commande de fournitures, ainsi qu'une formation de barista et des stratégies pour améliorer la qualité du café. Les Robinson cherchent des fonds pour mettre l'école sur pied.

La prochaine étape sera la création de magasins de café itinérants – bus et camions équipés avec des machines expresso – comme initiative de petites entreprises pour les diplômés de l'école de formation visant à créer des emplois et à développer le marché du café.

Telles sont les étapes vers la réalisation de l'objectif ultime: faire une différence durable dans les vies des producteurs de café en Afrique. 'Plus le revenu qu'ils apportent est important, plus grande est leur participation dans l'entreprise, dont ils finiront par être les propriétaires', dit Robinson. 'Je suis persuadée que l'Afrique a un énorme potentiel pour le café.'