Features

L’actualité

13 juillet 2011
ITC Nouvelles

Les ministres de l’APEC pour une nouvelle vision de la croissance régionale 

Les dirigeants de la région Asie-Pacifique se sont réunis en novembre à Yokohama, Japon, dans le cadre de la 22ème réunion ministérielle de l’APEC dont le thème était ‘Changement et action’. 

Au terme de cette réunion, les dirigeants des 21 pays membres de l’Association ont adopté une déclaration ‘Vision Yokohama – Bogor et au-delà’, s’engageant à redoubler d’efforts en faveur du libre-échange et d’une croissance économique équilibrée en vue de la création d’une Zone de libre-échange de l’Asie-Pacifique (ZLEAP).

‘Une ZLEAP devrait prendre la forme d’un accord complet de libre-échange fondé sur les engagements régionaux déjà en place comme le Partenariat transpacifique, l’ANASE, l’ANASE+3 et l’ANASE+6, entre autres,’ stipule la déclaration adoptée à la fin de la réunion.

Les dirigeants ont également ébauché un plan d’action portant sur leur stratégie de croissance et englobant la réforme structurelle, la mise en valeur des ressources humaines et le développement de l’esprit d’entreprise, la croissance verte, l’économie du savoir et la sécurité humaine.

La déclaration contient aussi un engagement de ‘chercher à adopter des régimes de taux de change qui seront davantage axés sur le marché’.

Pour plus d’informations: www.apec.org 

Le Sommet du G20 s’engage à aider les PED par le biais du Consensus de Séoul  

Lors du Sommet du G20 qui s’est tenu à Séoul, République de Corée, les 11 et 12 novembre 2010, les dirigeants du G20 ont officiellement approuvé le plan d’action du G20 pour le développement, à savoir le ‘Consensus de développement de Séoul pour une croissance partagée’. En vertu de ce consensus, les pays du G20 se sont engagés à aider les PED ‘à renforcer leur capacité à réaliser et à perpétuer leur plein potentiel de croissance économique’ – en particulier dans les domaines de la sécurité alimentaire et du revenu, de l’inclusion financière, de la mobilisation des ressources nationales, des infrastructures, du commerce, du développement des ressources humaines, de l’investissement privé, de la création d’emplois et de l’échange des connaissances. Les dirigeants du G20 ont également réaffirmé leur engagement à réaliser les objectifs du Millénaire pour le développement et les promesses d’aide.

Sur le front du commerce, les dirigeants ont pris de vastes engagements de ne pas adopter de politiques protectionnistes et d’œuvrer pour la conclusion du Cycle de négociations commerciales de Doha depuis longtemps dans l’impasse.

Pour plus d’informations: www.seoulsummit.com 

Bienfaits du commerce pour l’emploi et la croissance  

Un rapport conjoint présenté par l’OCDE, l’OIT, la Banque mondiale et l’OMC lors du Sommet du G20 de novembre dernier mettait en lumière les effets positifs de la libéralisation du commerce sur l’emploi et la croissance économique mondiaux.

Se fondant sur les derniers travaux de recherche menés par les quatre organisations, le rapport, intitulé Seizing the Benefits of Trade for Employment and Growth (Les bienfaits du commerce pour l’emploi et la croissance), met en avant des données factuelles relatives à plusieurs pays et qui donnent à penser qu’une augmentation de 10% de l’ensemble du commerce réduirait le chômage d’environ 1%.

Le rapport démontre que les avantages qui découlent du commerce l’emportent généralement de loin sur les coûts liés à la réaffectation de la main-d’œuvre et du capital à des usages plus efficaces, mais met en garde sur le fait que pour une ouverture durable des marchés, ces coûts doivent être pris en compte et des mesures adoptées pour aider travailleurs et communautés à s’adapter à un environnement plus compétitif. Le rapport demande aussi une plus grande libéralisation du commerce des marchandises et des services, ainsi que l’adoption de mesures complémentaires aux niveaux national et international afin de faciliter l’ajustement et de faire en sorte que les avantages découlant du commerce soient largement répartis.

Pour plus d’informations, en anglais: www.oecd.org/dataoecd/61/57/46353240.pdf 

L’OMC lance une nouvelle base de données sur l’assistance technique liée au commerce  

L’OMC a créé la Base de données globale sur l’assistance technique liée au commerce (GTAD) pour assurer une coordination dans la conception et la mise en œuvre des programmes d’assistance technique entre les organismes partenaires, y compris l’ITC, les bénéficiaires et les donateurs. En affichant les futures activités d’assistance technique des organismes partenaires, la GTAD favorisera la transparence, contribuera à réduire le nombre des activités faisant double emploi et à optimiser leur réalisation.

Outre une liste complète des activités, la GTAD offre un guide d’utilisation, des documents sélectionnés par les organismes déclarants, dont les plans biennaux d’assistance technique et de formation de l’OMC, les rapports annuels sur les activités d’assistance technique et de formation ainsi que les lignes directrices pour l’évaluation des besoins. La base de données indique également les liens vers les sites web et bases de données d’autres organisations.

Pour plus d’informations: http://gtad.wto.org/index.aspx?lg=fr& 

L’ITC lance un réseau de formateurs et de conseillers en compétitivité des entreprises pour l’Afrique  

L’ITC a lancé un nouveau réseau de formateurs et de conseillers pour les PME d’Afrique, afin de faciliter leur croissance à l’exportation et leur meilleure intégration sur les marchés mondiaux.

Le réseau constituera une plateforme idéale permettant de maximiser les synergies entre les services de conseil aux entreprises et de sensibiliser à l’existence de ces services de formation, de conseil et consultatifs qualifiés en Afrique et pour l’Afrique.

Avec l’aide de la communauté des donateurs et de ses partenaires sur le terrain, l’ITC a créé un solide réseau de formation et de conseil pour les PME d’Afrique, couvrant les éléments clés de l’exportation, dont la gestion des exportations, la chaîne de valeur à l’exportation, les normes et la gestion de la qualité, le conditionnement, la commercialisation à l’exportation et le développement des marques, et les solutions électroniques.

De l’avis d’Aicha Pouye, Directrice de la Division du soutien aux entreprises et institutions de l’ITC: ‘La difficulté première consiste à habiliter le réseau à jouer son rôle et à garantir sa pérennité, avec le soutien actif des IAC concernées.’

À moyen terme, l’ITC vise à créer et relier les réseaux d’appui experts pour les PME de différentes régions du continent, grâce aux technologies de réseautage basées sur le web.