Features

Facilitation des échanges accroître le commerce interrégional et intrarégional

14 janvier 2013
ITC Nouvelles
Le Gouvernement de la Jamaïque a réaffirmé que la croissance tirée par les exportations était essentielle à la survie économique du pays. À l'heure de l'hyper-mondialisation, intégrer plus avant les biens et services jamaïcains dans la chaîne de valeur mondiale est pour ainsi dire le seul moyen d'obtenir une croissance économique durable à long terme.

Le Gouvernement de la Jamaïque a réaffirmé que la croissance tirée par les exportations était essentielle à la survie économique du pays. À l'heure de l'hyper-mondialisation, intégrer plus avant les biens et services jamaïcains dans la chaîne de valeur mondiale est pour ainsi dire le seul moyen d'obtenir une croissance économique durable à long terme. Pour cela, le Gouvernement de la Jamaïque s'attache tout particulièrement à développer le commerce tant inter qu'intrarégional.

Les économies des Caraïbes ont toujours été dépendantes d'une gamme limitée de produits d'exportation, mais avec le déplacement de la production mondiale vers l'Asie, les pays des Caraïbes ont été confrontés aux plus vives difficultés à l'heure de préserver leur compétitivité à l'exportation, surtout avec la disparition de certaines préférences commerciales. Heureusement, comme il ressort d'un examen détaillé des économies de la région, leur avantage concurrentiel réside dans les secteurs des services. Outre la croissance du secteur du tourisme, principal secteur d'exportation des Caraïbes, certains pays de la région ont diversifié leurs secteurs des services pour offrir des services financiers et des TIC, par exemple.

De réelles difficultés persistent néanmoins. Selon le Fonds monétaire international, le déficit du compte courant de la Jamaïque se situait en moyenne à 11,5% en 2010 et à 11,7% en 2011. Pour relever ce défi économique, le Gouvernement de la Jamaïque s'efforce d'améliorer la compétitivité nationale dans le commerce inter/intrarégional en réduisant au maximum les obstacles à l'exportation par l'amélioration de la facilitation des échanges. Pour progresser, la Jamaïque doit impérativement déployer ses efforts, en particulier dans le cadre de son initiative pour la croissance économique destinée à faire du pays la première plate-forme d'expédition et logistique des Amériques. La Jamaïque pourrait ainsi tirer parti de l'essor mondial des secteurs de l'expédition et de la logistique et faciliter l'explosion de nouvelles industries des services dans le pays et la région.

Engagement de la Jamaïque en faveur de la facilitation des échanges

Le Gouvernement jamaïcain estime que la facilitation des échanges est un ingrédient clé de l'amélioration de la compétitivité de la Jamaïque. Faciliter les échanges et abaisser les obstacles à l'exportation permet non seulement de maximiser les exportations, mais aussi de trouver de nouveaux débouchés commerciaux. La Jamaïque travaille dans ce sens au travers d'initiatives de facilitation des échanges et de projets d'avenir tels que:

  • Mise en place d'une procédure accélérée: en 2011, la Jamaïque a mis en place une 'procédure accélérée' qui simplifie les procédures à l'exportation en offrant au même endroit de nombreux services publics en lien avec l'exportation. Ce dispositif permet de gagner énormément de temps, l'exportateur pouvant obtenir au même endroit les enregistrements, licences, certificats et services consultatifs dont il a besoin pour exporter.
  • Améliorations douanières: consciente du fait que l'efficacité en douane est essentielle pour toute économie tournée vers l'exportation, la Jamaïque a mis la priorité sur la modernisation de ses autorités douanières afin de réduire les délais et les frais liés au processus douanier. Elle a notamment introduit un système de paiement des droits en ligne, simplifié les documents d'exportation, amélioré l'automatisation et modernisé l'administration transfrontières.
  • Création d'un système de collectivité portuaire et d'un guichet électronique unique: en mai 2012, la Jamaïque a introduit un processus d'appel d'offres en deux temps pour un système de collectivité portuaire qui permettra de centraliser par voie électronique les activités commerciales et logistiques pour les entreprises travaillant à l'importation et à l'exportation. La Jamaïque vise aussi à créer un guichet électronique unique, un point de rencontre virtuel qui permettra aux milieux d'affaires de travailler avec le gouvernement par le biais d'une interface transparente. L'objectif est d'utiliser la technologie pour accélérer le dédouanement, abaisser les coûts et améliorer l'efficacité des entités associées à la circulation des marchandises.
  • Expansion du port de Kingston: la Jamaïque est aussi en train d'agrandir le port de Kingston. Il s'agit là d'un volet de la stratégie globale de développement de la Jamaïque visant à faire du pays une plateforme d'expédition et de logistique pour les Amériques. L'initiative arrive à point nommé car elle va permettre à la Jamaïque de tirer parti de l'achèvement de l'extension du Canal de Panama prévu pour 2015. Cette mesure devrait permettre de réorienter le commerce mondial du Pacifique vers l'Atlantique et entraîner une explosion des débouchés commerciaux régionaux. La plate-forme va permettre d'imprimer un nouvel élan à la facilitation des échanges grâce aux mesures qui vont être prises pour simplifier les processus commerciaux et abaisser les obstacles au commerce dans la région et avec le reste du monde. Parmi ces mesures figurent l'adoption de technologies de pointe et la mise en œuvre de mesures d'incitation et de cadres réglementaires destinés à faciliter la création d'un environnement favorable aux entreprises. Le Gouvernement de la Jamaïque estime que la région doit également s'attacher à améliorer l'efficacité des ports régionaux et l'efficacité commerciale d'une manière générale.

Positionner la Jamaïque sur la chaîne d'approvisionnement mondiale

La stratégie de croissance du pays tourne autour de son positionnement en tant que plate-forme d'expédition et logistique des Amériques, au même niveau que les chefs de file de l'industrie que sont Singapour, Rotterdam et Dubaï. Ces efforts attestent d'une prise de conscience de l'occasion en or donnée d'améliorer le statut économique de la Jamaïque par l'amélioration du commerce intra/interrégional. De par sa situation stratégique le long des grands axes aériens et maritimes entre l'Amérique du Nord, l'Europe et l'Amérique du Sud et les richesses naturelles dont elle est dotée, dont deux des ports naturels les plus profonds au monde, la Jamaïque jouit de l'avantage compétitif nécessaire pour devenir une plate-forme logistique de premier ordre. Elle est idéalement placée pour tirer parti de l'augmentation du volume et de la demande des échanges de services liés au commerce avec le doublement prévu de la taille du Canal de Panama.

Pour que la plate-forme devienne réalité, la Jamaïque a prévu de moderniser ses infrastructures comme suit:

  • création d'une nouvelle zone économique à
  • proximité du port de Kingston;
  • création d' installations de port à sec;
  • création d'une communauté portuaire pour le
  • stockage et le transbordement;
  • modernisation des installations de fret et de
  • maintenance, de réparation et opérationnelles.

Les retombées de la plate-forme sur le commerce inter/intrarégional devraient être énormes. Le renforcement des capacités d'expédition et logistiques permettra aux clients d'acheminer davantage de marchandises via les Caraïbes, faisant de la Jamaïque un grand port de transbordement. De plus, la plate-forme logistique permettra de relier la plupart des secteurs d'activité de la Jamaïque et des Caraïbes et donc de mieux intégrer les secteurs traditionnels aux chaînes de valeur mondiales, tout en facilitant l'innovation commerciale. À titre d'exemple, le gouvernement escompte développer de nouvelles branches d'activité de service et améliorer les branches existantes, notamment la réparation navale, l'acconage, la fourniture de services logistiques et financiers par tierces parties, ainsi que la fabrication à valeur ajoutée.

La Jamaïque est consciente du fait que la croissance tirée par les exportations est le principal moyen de dynamiser son économie. Pour atteindre cet objectif, le gouvernement se concentre sur la facilitation des échanges pour améliorer la connectivité, réduire le coût des échanges et intégrer ses exportations de biens et services aux chaînes de valeur mondiales. Le pays tire aussi parti de l'occasion qui lui est donnée de devenir la plate-forme d'expédition et logistique des Amériques. Tout cela permettra non seulement d'améliorer les échanges mais aussi d'accroître le volume des échanges inter/ intrarégionaux et donc la situation économique du pays à moyen et long terme.