Stories

Autonomiser les productrices de café au Rwanda

8 janvier 2018
ITC Nouvelles
L’entreprise Sake Farm, propriété de femmes et plus de 2000 agriculteurs affiliés bénéficient d'investissements dans la chaîne d'approvisionnement de Sucafina, JDE et ITC

Une plantation de café, propriété d’une Rwandaise espère accroître sa productivité et améliorer ses opérations grâce à un programme visant à renforcer la participation des femmes à tous les niveaux de la chaîne d'approvisionnement du café et à améliorer la transformation du café dans le pays. Le programme est une initiative conjointe du Centre du commerce international (ITC), de Sucafina, négociant en produits de base, et de Jacobs Douwe Egberts (JDE), la société mondiale du café et du thé.

En plus de ses propres opérations, la plantation de Sake Farm de la province orientale du Rwanda soutient également 2 200 agriculteurs des environs. Avec le soutien financier de JDE, l'ITC et la Fondation Kahawatu (responsable de la durabilité de Sucafina) amélioreront l'infrastructure technique et renforceront les capacités des travailleurs de la plantation et de son unité de transformation. Cela permettra d'augmenter la qualité et la quantité du café produit, ainsi que d'améliorer la capacité de la plantation à transmettre des connaissances aux petits agriculteurs, faisant de Sake Farm un centre d'information.

Mme Marie Laetitia Kayitesire, Directrice Générale de Sake Farm, a mis en terre les premiers caféiers sur sa plantation en 1999 et aujourd'hui elle a planté sur ses 30 hectares de la variété Arabica Bourbon. En 2003, avec le soutien de l'USAID, Mme Kayitesire a obtenu l'investissement pour la construction d'une station de lavage du café, qui sert Sake Farm et qui achète et transforme le café des petits agriculteurs des environs.

Potentiel du café

En effet, Mme Kayitesire déclare que sa vision de la plantation a toujours été de se servir du potentiel du café pour forger des liens au sein de sa communauté. « Sake Farm est déjà une importante source de revenus pour les habitants des environs, à la fois comme marché pour leur café et comme source d'emplois. En outre, les petits exploitants dépendent fortement de Sake Farm pour se former aux pratiques agricoles améliorées », explique Mme Kayitesire.

En plus de diriger Sake Farm, Mme Kayitesire est également membre du conseil d'administration de la section Rwanda de l'International Women's Coffee Alliance (IWCA) et membre de SheTrades, l'initiative de l'ITC visant à renforcer l'autonomisation et la compétitivité des femmes chefs d’entreprises.

Daniel Martz, chargé des affaires institutionnelles et de la durabilité chez JDE, décrit la philosophie sous-jacente du soutien qu'apporte sa structure : « JDE soutient l'Alliance des caféicultrices du Rwanda et le membre Sake Farm car nous croyons qu'en comprenant le rôle important des femmes dans la culture du café et en travaillant avec nos partenaires (Sucafina, Kahawatu et l'ITC), nous pouvons améliorer les moyens de subsistance des caféiculteurs et rendre la culture du café durable au Rwanda ».

Encadrement

Mme Kayitesire déclare que le fil sous-jacent dans ses objectifs d'affaires est un vieil adage rwandais : « Umugore n'umugabo ni magirirane ; baruzuzanya », traduit par « homme et femme marchons ensemble pour notre bien-être ». Le soutien de l'ITC, Sucafina et JDE, un partenariat coordonné par Alliances for Action, lui permettra de réaliser cette vision. Elle gère actuellement un système d’encadrement permettant aux agriculteurs de partager leur expertise et d’augmenter leurs revenus ainsi que de trouver des moyens de générer de nouveaux revenus et emplois. Sake Farm anime également les groupes informels de femmes et coordonne le renforcement de capacités. Les femmes peuvent en outre bénéficier de la planification familiale et des groupes informels d'épargne villageoise.

Dave Behrends, associé gérant et chargé de commercialisation chez Sucafina, déclare : « Sucafina reconnaît que l'autonomisation économique des groupes de femmes tels que Sake Farm est essentielle pour augmenter les niveaux de revenu des petits exploitants. Nous sommes fiers de pouvoir nous associer à Kahawatu, à l’ITC et à JDE pour soutenir cette initiative et pouvoir concourir à améliorer la vie des communautés de café qui sont au cœur de notre activité ».