Press releases

Les trois quarts des exportateurs et importateurs philippins subissent les mesures non tarifaires

3 janvier 2018
ITC Nouvelles
L’étude de l’ITC examine la manière dont la lourdeur des réglementations affecte les importateurs et les exportateurs philippins.

(Manille-Genève) – Environ trois quart des exportateurs et importateurs des Philippines subissent les mesures non-tarifaires (NTMs), selon une étude menée par le Centre du commerce international (ITC).

Les conclusions relatives aux NTM aux Philippines font suite à une enquête menée auprès des entreprises en 2015 et 2016 par l’ITC en collaboration avec le ministère du Commerce et de l’Industrie (DTI), qui s’était donné pour objectif d’identifier les principaux obstacles au commerce auxquels fait face le secteur privé du pays. Près de trois quarts des 1 150 entreprises interrogées ont déclaré être affectées par des réglementations contraignantes - l’un des taux les plus élevés d’Asie, selon d’autres enquêtes menées dans la région par l’ITC.

L’enquête a révélé que le commerce semblait moins restrictif au sein de la région qu’avec les partenaires de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) tels que les États-Unis et l’Union européenne. L’une des raisons réside dans le fait que la plupart des entreprises exportatrices et importatrices philippines éprouvent des difficultés à se conformer aux exigences techniques étrangères et aux procédures d’évaluation de la conformité - telles que les réglementations en matière de fumigation et d’étiquetage ou la certification et l’essai de produits - qui sont souvent plus strictes dans les pays développés.

Des coûts inutiles

Les exportateurs philippins subissent également les NTM liées aux règles d’origine en raison desquelles la délivrance de certificats entraîne souvent des coûts et des retards inutiles dans les institutions nationales. Une autre difficulté à laquelle se heurtent les exportateurs renvoie aux procédures nationales de dédouanement des exportations qui ont cours dans les administrations locales, et qui concernent principalement les frais élevés et les charges administratives. Les entreprises interrogées ont identifié 50 institutions publiques et privées impliquées dans les procédures liées aux NTM et qui appliquent un coût administratif de mise en conformité élevé.

Une réunion tenue à Manille le 29 juin a regroupé plus de 60 représentants du gouvernement et du monde des affaires autour des résultats de l’enquête relative aux NTM et des moyens de les surmonter.

Dans son propos liminaire, Mme Nora K. Terrado, sous-secrétaire de la DTI, a relevé l’utilité des résultats du sondage pour les politiques fondées sur des données factuelles et a exhorté les participants à travailler collectivement pour surmonter les obstacles internes et externes au commerce. « C’est en [travaillant ensemble] que nous pouvons identifier des projets concrets, des astuces et des solutions qui permettront de formuler de meilleures politiques et des plans d’action nationaux et sectoriels », a-t-elle déclaré.

Au cours de la réunion, une douzaine de propositions ont été formulées en vue d’accélérer la mise en conformité des produits philippins avec la réglementation étrangère, de rationaliser le dédouanement des exportations et des importations et de simplifier les procédures douanières. Les recommandations permettront de formuler des politiques commerciales et des projets d’assistance technique liés au commerce aux niveaux national et régional. Elles alimenteront notamment le plan de développement des exportations du pays qui vise à rééquilibrer l’économie, notamment partir d’une économie basée sur la consommation à une économie basée sur les investissements et les exportations.

L’ITC continuera de soutenir les Philippines dans ces efforts et accompagnera le pays dans sa démarche vers une plus grande compétitivité du secteur privé et le développement du commerce.
Les résultats de l’enquête menée aux Philippines et les recommandations de la table ronde seront publiés dans un rapport national dans le cadre de la publication de l’ITC relative aux NTM.

En savoir plus sur l’action de l’ITC en rapport aux mesures non-tarifaires.

À propos du Centre du commerce international

L'ITC est l’agence conjointe de l’Organisation mondiale du commerce et des Nations Unies. L'ITC soutient les petites et moyennes entreprises (PME) des pays en développement et des économies de transition pour les rendre plus compétitives sur les marchés mondiaux, participant ainsi au développement économique durable dans le cadre du programme Aide pour le commerce et des Objectifs des Nations Unies pour le développement.

Le programme de l’ITC relatif aux NTM s’assure que les préoccupations des PME concernant les obstacles réglementaires et de procédure au commerce sont portées à l’attention des décideurs politiques et autres parties prenantes aux niveaux national, régional et multilatéral afin qu’ils prennent des mesures concrètes pour y répondre. The programme also contributes to increasing the transparency of MNT ; through la collecte de données, leur analyse et la diffusion des résultats ; and provides thought leadership through research and analysis. Pour plus d’informations, consulter www.intracen.org/ntm
Suivre l'ITC sur Twitter : @ITCnews

Pour de plus amples informations, prendre attache avec :

Ursula Hermelink
Directeur du programme relatif aux mesures non tarifaires
Courriel : hermelink [at] intracen.org

Jarle Hetland, Responsable Médias
T : +41 22 730 0145
M : +41 79 582 91 80
Courriel : hetland [at] intracen.org