Stories

Les Ministres examinent la façon d’accroître les achats gouvernementaux auprès des femmes chefs d’entreprise

17 décembre 2011
ITC Nouvelles

Il faudrait attribuer plus de contrats gouvernementaux aux femmes chefs d’entreprise, particulièrement dans les pays en développement et les pays les moins avancés, une fois qu’elles ont mieux cerné les tenants et les aboutissants du processus d’approvisionnement et renforcé leurs compétences avec l’aide du Centre du commerce international (ITC).

‘Nous avons besoin d’un processus proactif pour aider les femmes à comprendre les opportunités à saisir, travailler avec elles pout s’assurer qu’elles respectent les normes relatives aux achats et les aider à bâtir des réseaux,’ a déclaré Patricia Francis, Directrice exécutive de l’ITC, lors d’une table-ronde sur les marchés publics organisée aujourd’hui à Genève en marge de la Conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Alors que les femmes exercent un contrôle total ou partiel sur plus d’un tiers des entreprises, elles ne décrochent qu’1 pour cent des contrats publics en raison d’innombrables difficultés, d’une méconnaissance des procédures et d’interférences, a déclaré Mme Francis. L’éducation et la sensibilisation sont les clés qui permettront d’informer les femmes sur les procédures de passation des marchés et garantir qu’elles parviennent à remporter au moins 5 pour cent des marchés publics dans un délai de sept ans, a-t-elle déclaré. La disparité est particulièrement prononcée dans les pays en développement, même si dans les économies riches, les femmes décrochent une part proportionnellement plus faible des marchés publics.

‘Aux États-Unis, la part des femmes dans les marchés publics est inférieure à 5 pour cent,’ a déclaré l’ancien maire d’Atlanta Shirley Franklin lors de cette table-ronde. ‘Il subsiste donc des obstacles aux opportunités de marchés.’

Les femmes africaines doivent s’employer à vendre des produits et des services à l’international, a déclaré Robert Anderson, conseiller à la Division de la propriété intellectuelle de l’OMC. ‘Nous devons commencer par agir au plan local mais pour enrichir et faire avancer le projet de développement et le projet d’autonomisation, il est important que les femmes africaines chefs d’entreprise ne se contentent pas d’approvisionner leurs propres gouvernements,’ a-t-il déclaré.

De nombreux gouvernements africains font entrave à l’entrée des femmes dans le monde des affaires ou la politique, a déclaré Mme Charity Kaluki Ngilu, Ministre kenyane de l’eau et de l’irrigation, qui a débuté sa carrière au début des années 1980 en ouvrant une boulangerie.

‘Tous les jours, je me bats pour dire au gouvernement “Ouvrez les portes aux femmes,”' a déclaré la Ministre Ngilu lors de la table-ronde ‘Les femmes sont tenues à l’écart du monde des affaires. Pour celles, rares, qui détiennent un pouvoir, c’est très difficile. Leurs propositions peinent à être entendues et appliquées.’

Mais les choses vont changer grâce à la Plate-forme d’action mondiale pour s’approvisionner auprès de femmes commerçantes, qui entend bâtir la capacité des fournisseurs à satisfaire aux exigences des acheteurs, en se focalisant notamment sur les femmes chefs d’entreprise des pays en développement.

‘Parfois nous nous contentons de belles paroles sans passer à l’action,' a déclaré Mme Francis. ‘Désormais nous joignons le geste à la parole.’