Features

Les femmes reconstruisent les économies après les conflits

15 avril 2013
ITC Nouvelles
Autonomiser les femmes en Afrique, pour elles et pour leurs communautés, en matière de prévention des conflits et reconstruction post-conflit.

Selon le Département de l'information des Nations Unies, les femmes et les petites filles représentent 70% des 1,3 milliards de personnes qui vivent dans une pauvreté absolue dans le monde, un chiffre frappant qui met en lumière le besoin vital de surmonter les obstacles traditionnels à la participation économique des femmes. Femmes Africa Solidarité (FAS), une ONG de 15 ans d'expérience en matière d'égalité hommes-femmes, de paix et de sécurité en Afrique, œuvre pour que les femmes puissent prendre en charge la paix et le développement par l'autonomisation, l'éducation, le plaidoyer et la soutien.

En 2008, FAS a introduit le Programme de formation et de mentorat pour les femmes entrepreneurs d'Afrique dirigé par le Centre PanAfricain pour le Genre, la Paix et le Développement, qui fournit une formation avancée en questions de genre et de paix, en insistant tout particulièrement sur l'intégration des femmes à la prévention des conflits et à la reconstruction après conflits. Parmi les partenaires de FAS figurent l'Instituto de Empresa Business School's Center for Diversity in Global Management et le Gouvernement espagnol. L'objectif des entreprises dirigées par des femmes est de contribuer à la réduction de la pauvreté en créant pour les femmes des possibilités de revenus, surtout dans les économies sortant de conflits et en transformation. Le Programme de formation et de mentorat s'est concentré sur les femmes, leur activité économique favorisant la pérennité de la croissance économique car elles investissent dans leurs familles, en accordant la priorité à la nutrition, à la santé et à l'éducation.

Afin d'améliorer le statut socio-économique des femmes, FAS s'est attachée à renforcer les capacités des PME car elles sont le moteur de la croissance économique et, selon le Sous-groupe financement des PME du Partenariat mondial pour l'inclusion financière, réunit en 2010 dans le cadre du Sommet du G20 de Séoul, elles représentent 45% de l'emploi et 33% du PIB des PED. Leur aptitude à réaliser les grands objectifs de développement, tels que la répartition équitable des possibilités et la diversification de l'économie de marché, est complémentaire de l'amélioration du statut socio-économique de la femme. L'ambition de FAS était de développer les entreprises de femmes et de montrer que les femmes sont des acteurs clés du développement communautaire et économique, et non des personnes vulnérables ou des victimes de conflits.

Dans le cadre du programme, 24 femmes ont été sélectionnées dans de petites entreprises établies et bénéficié d'une aide pour transformer et développer leurs entreprises pour en faire des PME pouvant créer des emplois et dégager des bénéfices économiques pour leurs communautés. Elles provenaient de la République démocratique du Congo, du Libéria, du Mozambique, du Rwanda, du Sénégal et d'Afrique du Sud.

La démarche du programme se divisait en trois phases. La première comprenait les préparatifs, des visites aux entreprises candidates et la sélection des participantes. La deuxième a permis aux participantes d'acquérir compétences, savoir, informations, et de se former aux technologies et à la communication. Elle a permis de recenser les points forts et les points faibles des entreprises, de les encadrer, de leur offrir des formations en ligne et d'élaborer des plans d'activité devant être présentés pendant la troisième phase.

La phase trois a consisté en la sélection de 10 plans d'activité gagnants et à autonomiser les femmes qui les avaient élaborés dans le cadre d'un atelier sur les compétences de négociation et de présentation qui les a préparées à tisser des liens. De plus, chaque participante s'est vue attribuer un professionnel de haut vol comme mentor. Les formations et le mentorat ont joué un rôle clé dans la mise en valeur des compétences en gestion d'entreprise et ont préparé les femmes à participer à un groupe d'experts sur l'investissement qui leur a permis d'entrer en contact avec des investisseurs et des partenaires potentiels et de promouvoir leurs plans d'activité.

Dans l'ensemble, le programme a été très satisfaisant, en particulier pour les participantes car il les a encouragées à s'approprier leur autonomisation, individuelle et communautaire. Elles ont renforcé leurs compétences en gestion et leurs plans d'activité, ce qui leur facilite l'accès aux ressources financières. Femmes Africa Solidarité est en train de consulter les partenaires financiers potentiels pour organiser une deuxième édition du programme qui choisira d'autres femmes d'affaires des même régions. L'objectif est de pérenniser et d'élargir l'activité des femmes formées dans les pays partenaires avant de l'étendre à toute l'Afrique.