Features

Trois raisons pour lesquelles les technologies financières répondront aux besoins des PME vertes

7 mars 2016
ITC Nouvelles
Pourquoi les nouveaux objectifs de développement peuvent conduire à l'essor
des entreprises vertes

Pendant des années, les grandes entreprises ont utilisé la technologie pour rationaliser leurs opérations avec peu d'innovation. Les progrès technologiques et dans la gestion des données offrent maintenant l'occasion de bouleverser le financement traditionnel, créer une nouvelle valeur dans l'économie verte, à grande échelle et avec des coûts de transactions réduits. Fintech, contraction de finance et technologie, est devenu le nouveau mot à la mode et a déjà rencontré un énorme succès dans les domaines du financement participatif et du prêt de marchés.

Les FinTech sont une aubaine pour les PME qui ont un impact positif sur l'environnement, en plus d'un modèle économique durable; on les appelle PME vertes. Aujourd'hui, les PME vertes peinent à trouver un financement car elles ne rentrent dans aucune catégorie dans le secteur financier; elles ne représentent pas une classe d'actifs à part entière. En d'autres mots, il existe peu d'outils communs pour évaluer les risques et les retours de ce type d'investissement. D'un autre côté, la finance traditionnelle n'allouera pas de nouvelles ressources afin de créer de nouvelles catégories tant qu'elles ne représenteront pas une échelle significative, créant ainsi un cercle vicieux.

Tout cela est sur le point de changer. Cette année, le contexte international est assez favorable aux PME vertes grâce à quelques jalons posés en 2015. En septembre, les États membres de l'ONU ont décidé de soutenir un nouvel ensemble d'ODD qui comprennent l'éradication de la pauvreté, l'accès à une énergie propre et d'un coût abordable, l'accès à l'eau propre et à l'assainissement et plusieurs autres aspirations pour un monde meilleur et plus durable.

En décembre, les pays ont adopté à Paris un accord global qui confirme un désir universel de stopper l'accroissement des émissions de gaz à effet de serre et limiter les effets du changement climatique, la finance étant un catalyseur essentiel pour une économie verte.

Au risque de faire l'apologie de ma propre activité (je suis bailleur de fonds des FinTech moi-même), l’on peut facilement constater les innombrables opportunités de financement des entreprises vertes créées par ce nouveau contexte. Un cadre juridique tourné vers l'avenir offre aux investisseurs davantage de certitude que l'impact de leurs investissements sera aussi valable que leurs retours financiers à long terme.

Il est temps maintenant que les PME qui ont un impact positif sur l'environnement, dans tous les secteurs (énergie, eau, déchets, commerce de détail et autres) tirent profit de la technologie financière pour attirer les investisseurs. Les FinTech répondront aux besoins des PME vertes pour trois raisons:

1. La technologie saisit l'intégralité des opportunités globales des PME vertes .

Les PME peuvent représenter jusqu'à 95% d'une économie, fournissant jusqu'à 70% des emplois et représentant en moyenne 50% du PIB. Dans les PED, les innovations apportées par les FinTech dépassent le mode de financement traditionnel des PME. Le financement participatif, le prêt participatif, les paiements par internet, les plateformes de négociation de transactions et d'autres technologies financières rapprochent les entrepreneurs et leurs bailleurs de fonds, diversifient le type de financement et multiplient les moyens d'évaluer et d’attribuer des fonds.

Les PME vertes présentent un énorme potentiel inexploité pour créer des moyens de subsistance durables et engendrer une croissance économique. Si le financement des PME vertes n'est pas disponible au niveau local, des sommes considérables sont disponibles et accessibles au niveau international, en particulier à travers l'investissement ayant un réel impact.

2. Une nouvelle valeur est à découvrir dans les PME vertes .

De nombreuses organisations collaborent avec des entrepreneures verts. Ils aident à établir des plans d'affaires, soutenir les fondateurs, fournir les fonds d'amorçage, organiser des compétitions et à mieux faire connaitre les produits et services verts, leur impact et leur viabilité.

Individuellement, ces activités sont très utiles aux dirigeants des PME. Cependant, il existe un chaînon manquant entre des bonnes informations commerciales sur une PME et le processus décisionnel suivi par les investisseurs pour allouer des capitaux à certaines entreprises. Comme déjà mentionné, les PME vertes n'appartiennent pas à une classe d'actifs bien définie.

Les FinTech perturbent le flux traditionnel d'informations et les processus décisionnels en apportant l'information de manière rapprochée et plus rapide à beaucoup plus d'investisseurs en même temps. En normalisant l'information, en réduisant les coûts des transactions et en répartissant le risques entre plusieurs bailleurs de fonds, les plateformes de financement participatif ou de paiement par internet augmentent et diversifient les opportunités offertes simultanément aux entrepreneurs et aux bailleurs de fonds.

3. L’AGRÉGATION présente un immense potentiel

Seules, les PME sont souvent trop petites par rapport aux coûts des transactions engendrés par le processus d'investissement. Les investisseurs peinent à trouver des PME vertes de bonne qualité avec des retours attrayants. Compte tenu du manque de données et d'analyses comparatives, l'origination de projets et le processus de diligence raisonnable peuvent être longs et coûteux.

Les FinTech traitent cette question en normalisant l'information. Les plateformes des FinTech créent les conditions nécessaires à l'agrégation. De l'élaboration d'un programme national dédié qui répond aux besoins des PME locales à la structuration d'un instrument financier en pleine connaissance du type et du montant du financement requis, la normalisation et l'agrégation des données peuvent offrir un guide plus précis pour accroître les investissements dans les PME vertes.

Cette année, The Ground_Up Projet vise à libérer le plein potentiel de la technologie pour agréger et relier des portefeuilles de PME vertes ayant des projets viables en matière d'énergie, d'agriculture, de tourisme, de transports, d'eau, de déchets, de commerce de détail et autres secteurs. Il représentera un outil utile et précieux pour des investisseurs cherchant à consacrer du capital à des retours financiers et à un impact environnemental positif.