Stories

Tirer parti des technologies pour aider les femmes entrepreneurs à éliminer les obstacles au commerce en Ouganda

17 janvier 2018
ITC Nouvelles

Alors que le projet de renforcement des capacités ougandais, ZimbaWomen se prépare à l’ouverture de son sommet Technology for Business à Kampala ce mois, Seedstars World, une société de capital-risque basée en Suisse, se prépare à organiser son concours annuel pour choisir la meilleure start-up ougandaise. Il serait logique que ZimbaWomen et Seedstars collaborent étroitement pour organiser une rencontre de deux jours, un lien qui aura des effets bénéfiques sur les douzaines d’entrepreneurs qui souhaitent assister à cet événement.

« Nous agissons en parfaite synergie avec Seedstars, » a déclaré Sherifah Tumusiime, Directrice générale de Zimba Group Ltd., une entreprise de technologies publicitaires qui fournit des solutions techniques et logicielles aux petites et moyennes entreprises (PME). « La sensibilisation des femmes entrepreneurs est en cours, et nous avons enregistré 150 à 200 femmes qui participeront au sommet. »

ZimbaWomen, le projet phare du groupe, cherche à donner l’occasion aux femmes de participer à l’économie en proposant des formations professionnelles aux femmes entrepreneurs.

Seedstars Group, qui organise chaque année des concours annuels pour récompenser les start-ups mondiales en phase de lancement dans les marchés émergents, offrira une séance de formation sur le terrain pendant la conférence des 28 et 29 septembre. Le groupe basé à Genève fait désormais partie des organisateurs du sommet, au même titre que Facebook, la Mission des États-Unis en Ouganda et le Centre du commerce international (ITC). Parmi les conférenciers figuraient la Directrice des politiques publiques de Facebook pour l’Afrique, le Conseiller présidentiel chargé du commerce en Ouganda et le cofondateur de !nnovate Uganda.

ZimbaWomen est bénéficiaire du programme du Fonds d’affectation spéciale des Pays-Bas III de l’ITC, qui vise à stimuler la compétitivité des PME à l’exportation dans les secteurs d’externalisation des processus technologiques et commerciaux en Ouganda, au Kenya et au Bangladesh. L’ITC a connecté ZimbaWomen avec Seedstars après avoir découvert que le concours des start-ups est prévu pour le lendemain de la clôture du sommet des affaires.

« Il s’agit d’un partenariat stratégique pour les deux entités », a souligné Tumusiime, tout en notant que certains des entrepreneurs participant à la conférence pourraient se mettre en connection lors de l’événement Seedstars.

Élimination des obstacles au commerce

Le thème du sommet « Comment éliminer les obstacles au commerce à l’aide des technologies », a été choisi parce que la majorité des PME en Ouganda utilisent encore des moyens traditionnels pour le marketing et la recherche de nouveaux marchés, a déclaré Tumusiime. Les participants à la conférence apprendront à utiliser le marketing numérique, les réseaux sociaux, Excel et d’autres outils pour se perfectionner.

« Cela correspond aux nombreuses mesures que nous avons adoptées pour autonomiser les femmes et accroître le nombre de femmes qui utilisent les technologies », a déclaré Tumusiime. « La plupart des femmes en Ouganda ne savent pas se servir de ces outils. Elles utilisent les réseaux sociaux pour discuter avec leurs amis, mais pas pour commercialiser leurs services. Les hommes s’adaptent plus facilement aux technologies que les femmes. Nous allons leur montrer que l’utilisation des technologies leur permettra d’atteindre un marché plus vaste.»

Cette portée sera davantage élargie pour montrer aux femmes comment accéder au financement : le plus gros problème des femmes entrepreneurs en Afrique. L’une des séances de la conférence abordera cette question, qui est exacerbée par le fait que les femmes en Ouganda et dans d’autres pays africains ne disposent pas souvent de capitaux nécessaires pour contracter des prêts.

ZimbaWomen envisage de distribuer un questionnaire pour déterminer comment les participants à la conférence utilisent les technologies et s’ils éprouvent des difficultés à obtenir des financements pour leurs activités. L’organisation assurera le suivi afin de connaître l’impact du sommet et les avantages tirés par les participants lors des séances.

« Nous prévoyons un impact important sur la création d’emplois », a déclaré Tumusiime. « Nous espérons également que ces mesures permettront de créer des emplois chez Zimba, parce qu’elles seront au fait de nos œuvres. Nous prévoyons de fournir un effort supplémentaire et d’augmenter la charge de travail des femmes, parce qu’elles tisseront des liens pendant la conférence. »

Et la cerise sur le gâteau, bien sûr, serait remportée par l’une des entreprises dirigées par une femme participant au sommet Technology for Business et qui sera finalement déclarée meilleure start-up ougandaise lors du concours Seedstars suivant.