Stories

Op-Ed : Un temps pour se rassembler et construire un avenir plus égalitaire entre les sexes

4 juin 2020
ITC Nouvelles

 

Le mot même « pandémie » signifie « appartenant à tous » (pan-démos). Mais le tremblement de terre économique déclenché par la COVID-19 n'affecte pas tout le monde de la même manière. L'accès aux ressources, la géographie, l'âge, voire l'ethnicité, rendent le tableau complexe. La différence la plus flagrante est peut-être celle entre les hommes et les femmes.

Il apparaît de plus en plus que la pandémie accroît le stress financier des femmes et des filles. Partout dans le monde, les femmes gagnent en moyenne 20 % de moins que les hommes. Les femmes sont également moins à même de posséder ou de diriger une entreprise - dans l'Union européenne, seule une entreprise exportatrice sur cinq est détenue, dirigée ou gérée par des femmes. Elles sont également plus susceptibles de ne travailler qu'à la tâche et en dehors des bureaux - et encore plus dans les pays en développement. Par exemple, la fermeture des frontières et les restrictions de voyage ont frappé d'innombrables femmes en Afrique, qui font du commerce informel entre les États.

Et comme les ralentissements économiques passés l'ont montré, les entreprises appartenant à des femmes sont moins à même de recevoir un soutien. Les femmes sont plus susceptibles de subir le plus gros des pertes d'emplois et elles ont plus de difficulté à trouver un emploi rémunéré après la crise.

Cela ne doit pas se produire. Nous pouvons saisir la crise comme une opportunité d'accélérer l'autonomisation économique des femmes pour un monde plus équitable. Mais comment ?

Temps pour de nouvelles compétences

Pour aider les entreprises appartenant à des femmes ainsi que leurs producteurs et les travailleurs à survivre à la crise, nous devons les doter des compétences et des connaissances dont ils ont besoin.
Les petites entreprises ont besoin d'informations sur le marché concernant la dynamique changeante de la demande et des chaînes d'approvisionnement mondiales. Elles ont besoin de conseils sur la façon de réorganiser les capacités existantes et la gestion de la trésorerie. Les agriculteurs, par exemple, pourraient se diversifier d'une culture de rente non essentielle à des cultures de subsistance qui peuvent être vendues sur les marchés intérieurs et contribuer à la sécurité alimentaire.

Processus d'appels d'offre tenant compte de l'égalité des sexes

Les acteurs des marchés publics et privés devraient inclure des objectifs en matière d'égalité des sexes concernant les activités liées aux coûts tels que les dépenses d'approvisionnement et la masse salariale.
En 2018, 12 % du PIB mondial était consacré aux marchés publics. Nous pouvons nous attendre à ce que ce marché reste important au moment où les gouvernements prennent des mesures pour soutenir les secteurs de leur économie touchés par la pandémie. De même, les entreprises chefs de file dans des secteurs tels que l'agriculture et les soins de santé - où la demande reste constante et qui emploient un nombre proportionnellement plus élevé de femmes - peuvent mettre en place des conditions pour davantage d'équité.

Des interventions ciblées pour donner aux femmes entrepreneurs accès aux informations et aux opportunités d'appels d'offres, ajuster les exigences financières et raccourcir les conditions de paiement sont essentielles à la survie des entreprises. Ces premières étapes vers une approche globale de l'approvisionnement tenant compte des sexospécificités et du développement inclusif de la chaîne de valeur seront cruciales à long terme.

Potentiel numérique des femmes

En Afrique subsaharienne, où les femmes sont 13 % moins à même de posséder un téléphone portable et 41 % moins à même d'utiliser l'Internet mobile, la fracture numérique entre les sexes risque d'exacerber la fracture économique entre les hommes et les femmes. Mais partout dans le monde, nous avons vu comment les restrictions aux mouvements physiques conçues pour arrêter la propagation du coronavirus accélèrent la transition vers une économie numérique.

Les femmes qui sont déjà des entrepreneurs qualifiés doivent avoir accès à des appareils et des services qui les aideront, ainsi que leurs entreprises, à exécuter des processus commerciaux de plus en plus numérisés et à accéder aux services et marchés financiers.
Avec le soutien de partenaires, dont UPS , Visa Maersk , et Working Capital Associates, le Centre du commerce international organise des webinaires pour les femmes entrepreneurs sur l'approche pour faire face à la COVID-19.

Soutien orienté genre

De nombreux pays ont annoncé des mesures de soutien en faveur des entreprises et les secteurs d'activité de leur pays pendant la pandémie. Pourtant, la plupart des pays en développement auront du mal à mettre en place des programmes de financement d'urgence pour les petites entreprises afin d'accorder des subventions, des prêts et des allègements fiscaux, des versements de licenciements et des indemnités de maladie.

Les accords de financement efficaces utiliseront probablement l'aide étrangère ou les dépenses publiques pour stimuler un financement privé rapide et efficace ciblant les entreprises qui réduisent les effets de la crise sur les femmes et leurs familles. Ces entreprises pourraient à leur tour rebondir et se développer en tant que nouveaux modèles offrant un salaire égal, une représentation équitable dans les postes de direction et des performances élevées. La pandémie pourrait être une opportunité cruciale pour aplanir les inégalités dans les pays disposant de filets de sécurité sociale faibles ou inexistants qui bénéficient de manière disproportionnée aux femmes.

La crise comme opportunité

Nous ne pouvons pas faire beaucoup de prédictions sur le monde post COVID19. Mais nous pouvons mener la planification et influencer la trajectoire sur plusieurs aspects.

Bien que le commerce ait accru les possibilités d'emploi et les revenus pour de nombreuses femmes, la plupart des femmes dans le monde sont confinées à un travail à temps partiel, peu rémunéré, peu qualifié et à forte intensité de main-d'œuvre. Malheureusement, c'est également la tendance dans les pays où l'écart entre les sexes est étroit.

Ne revenons pas à cette tendance.

Transformons la réponse à la COVID-19 en une occasion de façonner un nouvel avenir avec des femmes sur un pied d'égalité dans le commerce et les affaires. il s'agira de mettre en œuvre la Déclaration de Buenos Aires sur les femmes et le commerce, qui fournit un plan pour éliminer les obstacles et favoriser l'autonomisation économique des femmes. Cela rendrait non seulement nos économies plus résilientes et équitables pour tous, mais nous préparerait également à mieux faire face à une éventuelle autre crise.