Stories

Nouveau rapport : L’adéquation des compétences et la technologie soutiennent l’emplois au Togo

3 juin 2021
ITC Nouvelles
L’adéquation des compétences et l’adoption de technologies ont contribué au maintien de l’emploi au sein des entreprises togolaises pendant la COVID-19.

 

Selon un nouveau rapport du Centre du commerce international (ITC), les entreprises togolaises qui se déclaraient satisfaites des compétences de leurs employés et qui avaient fortement investi dans la recherche et le développement ont été moins amenées à licencier pendant la pandémie COVID-19. Pour faire face à la crise, ces entreprises ont valorisé leurs employés et se sont appuyées sur leurs compétences.

Ce constat, qui plaide en faveur de l’investissement dans les technologies et dans les compétences de leurs employés, est détaillé dans le rapport Promouvoir la compétitivité des PME au Togo : un fondement résilient pour une croissance transformatrice.

Ce rapport est basé sur les données de 573 entreprises interrogées dans le cadre de l’Enquête sur la compétitivité des PME, ainsi que d’une enquête auprès de 1 084 entreprises sur les impacts de la COVID-19 sur l’économie nationale. Il a été préparé en collaboration avec la Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo et le Ministère du Commerce, de l’industrie et de la Consommation Locale.

Seulement 6 % des entreprises offrant des mesures de formation et de recrutement pour garantir une haute correspondance entre compétences de leur force de travail et besoins de l’entreprise ont licencié pendant la pandémie. À l’inverse, 25 % des entreprises admettant avoir un recrutement de faible qualité et une pauvre adéquation des compétences ont dû recourir au licenciement.

Les données révèlent un cercle vicieux : les entreprises dépourvues de processus de recrutement rigoureux ont démontré une faible adéquation des compétences lorsque la COVID-19 est survenue. Pour y faire face, les entreprises ont réduit le nombre d’heures de travail à court terme et ont licencié des employés à moyen terme. Cela implique que pour réduire les licenciements en période de crise, les entreprises gagnent à développer les compétences de leurs salariés en période plus favorable.  

Alors que l’adéquation entre compétences et besoin de l’entreprise renforce la résilience des employés et des entreprises, ce n’est pas le cas pour une grande partie des entreprises situées dans les zones reculées du nord du Togo.  De plus, l’accès au réseau électrique et à d’autres facteurs clés de compétitivité est disparate entre les régions, et varie selon l’âge et le genre du chef d’entreprise.

Investir dans ‘le chaînon manquant’ de l’éducation – à savoir les formations techniques et professionnelles – permettrait aux travailleurs togolais d’acquérir les compétences requises par leurs employeurs pour être compétitifs et résilients.