Features

L’ACTUALITÉ

7 mars 2016
ITC Nouvelles
Le Secrétaire général de l'ONU lance un groupe de réflexion sur l'autonomisation économique des femmes

Le Secrétaire Général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a annoncé la création du premier groupe de réflexion sur l'autonomisation économique des femmes. Son but est de fournir un leadership et prendre des mesures concrètes visant à éliminer les inégalités entre les sexes qui persistent à travers le monde. En annonçant la création du groupe, Ban Ki-moon a déclaré que l'autonomisation des femmes dans le monde 'est un impératif mondial'.

'Malgré d'importants progrès dans la promotion de l'égalité des genres, s'attaquer aux obstacles structurels à l'autonomisation économique des femmes et à leur pleine inclusion dans l'activité économique demeure une nécessité urgente', a déclaré le Secrétaire général. 'Si nous voulons que le monde réalise les ODD, nous devons assurer que l'autonomisation économique des femmes fasse un bond en avant.' Le Groupe fera des recommandations pour la mise en oeuvre du Programme de développement durable à l'horizon 2030 axées sur l'amélioration des perspectives économiques des femmes et la promotion des femmes à des positions de leadership afin de stimuler une croissance économique respectueuse de l'environnement et inclusive. Ce Groupe est soutenu par le Royaume- Uni, le Groupe de la Banque mondiale et ONU-Femmes. Les co-présidents du Groupe sont le Président du Costa Rica, Luis Guillermo Solis, et la PDG d'IKEA-Suisse, Simona Scarpaleggia.

La Commission européenne annonce un budget humanitaire record

La Commission européenne a adopté son budget humanitaire pour 2016. Avec une dotation initiale de près de €1,1 milliard ($E.-U. 1,2 milliard), il s'agit du budget humanitaire de l'UE le plus élevé à ce jour. Cela intervient alors que les besoins humanitaires augmentent en raison de conflits armés, de l'impact croissant des catastrophes naturelles, du changement climatique et de la crise économique. 'L’année prochaine, notre budget atteindra un montant record en raison du niveau malheureusement extrêmement élevé des besoins,' a déclaré Christos Stylianides, Commissaire européen chargé de l'aide humanitaire et de la gestion des crises. 'L’UE continuera de répondre aux besoins des populations les plus vulnérables et peut être fière de rester l'un des principaux fournisseurs d’aide humanitaire dans le monde en 2016.'

Ce budget couvrira la dimension extérieure de la crise des réfugiés en Syrie, Liban, Jordanie, Turquie, dans les Balkans occidentaux et Irak. Il permettra aussi d’aider les populations touchées par d’autres conflits, par exemple au Soudan du Sud et en Ukraine, et de répondre aux besoins des populations touchées par des crises complexes et récurrentes dans la région du Sahel et dans le bassin du lac Tchad. Il permettra également d'aider les populations vulnérables victimes des nombreuses 'crises oubliées', notamment en Colombie, Myanmar et Afghanistan. La commission s’apprête à accroître en 2016 l'aide humanitaire consacrée à l’éducation dans les situations d’urgence de 1% à 4% du budget humanitaire total de l’UE, ce qui correspond à l’objectif fixé par l'ONU.

L'ONU lance des opérations d'assistance aux îles Fidji

L’ONU a commencé à travailler afin d'apporter une assistance internationale aux îles Fidji, frappées par un puissant cyclone qui a causé la mort d'au moins 28 victimes et déplacé 14 000 personnes dans des centres d'évacuation. L'équipe humanitaire pour le Pacifique et de nouveaux partenaires arrivant aux îles Fidji sont priés d'utiliser la structure opérationnelle existante afin de permettre une réponse efficace, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA).

Il a été convenu que l'OCHA fera le lien entre le Bureau national de gestion des catastrophes de Fidji et les partenaires de l'aide humanitaire internationale s'agissant des offres d'assistance. Les fournitures de secours et les équipes d'évaluation sont arrivées à l'île de Koro, où de nombreux villages ont été détruits, selon le rapport de l'OCHA. L' ITC travaille également avec ses partenaires pour aider à reconstruire les entreprises des bénéficiaires qui ont été détruites ou qui ont souffert des dégâts. Arancha González, Directrice exécutive de l'ITC, se rendra aux îles Fidji début avril pour s'entretenir avec le gouvernement et d'autres partenaires au sujet de la reconstruction.

Un rapport de l'OCDE appelle à des mesures renforcées pour doper la croissance

Les décideurs politiques doivent mettre en oeuvre des programmes de réformes à large assise fondés sur les politiques monétaire, budgétaire et structurelle, pour stimuler une demande toujours atone, relancer la croissance de la productivité, créer des emplois et construire une économie mondiale plus inclusive. Tel est le constat du rapport de l'OCDE Objectif croissance. L'édition 2016 montre que le ralentissement du rythme des réformes observé pendant la période 2013-2014 s'est poursuivi en 2015, notamment dans les économies avancées, mais aussi dans les économies émergentes. Les nouvelles réformes visent à améliorer les résultats scolaires des femmes et à augmenter leur participation dans le marché du travail. Néanmoins, il reste beaucoup à faire pour renforcer l'innovation ou simplifier la réglementation des marchés de produits et du travail, aspects cruciaux des problèmes actuels de productivité et d'équité.

'Le ralentissement inquiétant de l'économie mondiale exige une action globale urgente des pouvoirs publics, faisant appel à tous les instruments politiques monétaires, budgétaires et structurels dont disposent les gouvernements', a déclaré le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría. Selon le rapport 2016, il faut accorder la priorité aux mesures propices à la croissance pour soutenir la demande à court terme, en conjuguant des politiques structurelles axées sur la réforme de la réglementation et des investissements en infrastructures publiques. 'Le niveau exceptionnellement bas des taux d'intérêt aujourd'hui améliore les marges de manoeuvre budgétaires des gouvernements, offrant une occasion unique de réaliser des investissements en infrastructures qui stimuleront la demande, alimenteront la croissance et permettront en définitive d'améliorer la situation des finances publiques,' a déclaré M. Gurría.

Un rapport de l'ONU montre que les migrants jouent un rôle crucial dans le développement de l'Asie-Pacifique.

Les migrants en Asie et dans le Pacifique jouent un rôle crucial dans la croissance économique des pays où ils sont installés tout en apportant un soutien à leurs familles dans leurs pays d'origine. Cependant, les avantages de la migration restent peu connus, selon le rapport des Nations Unies. Le Rapport sur les migrations en Asie-Pacifique 2015: contributions des migrants au développement est fondé sur des données récoltées dans la région. Il montre que plus de 95 millions de personnes des pays de la région vivent en dehors de leur pays de naissance et que la région compte plus de 59 millions de migrants. La majorité de ces migrants sont des travailleurs temporaires. Selon le rapport, la région Asie-Pacifique accueille également plus de 5,5 millions de réfugiés et trois des principaux pays accueillant des réfugiés dans le monde se trouvent dans la région.

Selon les conclusions du rapport, beaucoup de travailleurs migrants bénéficient de leur migration mais contribuent également au développement de leurs pays d'origine à travers leur travail et l'argent qu'ils envoient chez eux. Le rapport montre aussi la souffrance et les abus dont sont victimes les migrants et appelle à des mesures visant à maximiser les bénéfices en assurant une migration organisée, sûre, régulière et responsable. Le rapport fournit également des conseils sur les mesures que les pays, les organisations régionales et les acteurs de la société civile peuvent prendre pour améliorer l'impact positif des migrations, notamment en garantissant les droits des migrants et leur accès à la protection sociale et au travail décent.

Genre: le grand fossé au travail

L'inégalité entre hommes et femmes perdure sur une grande partie des marchés mondiaux du travail. Des avancées considérables en matière de réussite scolaire des femmes ne se sont pas encore traduites par une amélioration comparable de leur situation au travail. Telle est la vision du nouveau rapport de l’OIT intitulé Femmes au travail: Tendances 2016, publié juste avant la Journée mondiale de la femme, le 8 mars. L'écart entre les genres dans le marché du travail a diminué seulement de 0,6% au cours des 20 dernières années; le taux de participation des femmes dans la population active et de 46%, alors que les hommes représentent 72%.

Sur la base de données récoltées dans 178 pays, le rapport montre que les femmes continuent de travailler un plus grand nombre d'heures au quotidien que les hommes dans les pays à haut et moyen revenus. En moyenne, les femmes assurent au moins deux fois et demi plus de tâches domestiques et de prestations de soins non rémunérées que les hommes. Cela limite leur capacité à augmenter leur durée de travail rémunéré. En regroupant le travail rémunéré et non rémunéré, les femmes qui ont un emploi ont des journées de travail plus longues. Pour diverses raisons, les femmes qui travaillent gagnent en moyenne 77% de ce que gagnent les hommes, selon les estimations de l'OIT. Au rythme actuel, il faudra 70 ans pour résorber les écarts salariaux entre hommes et femmes.