Stories

La toute première femme exportatrice de café de Papouasie-Nouvelle-Guinée obtient un prix avantageux de la part des acheteurs internationaux.

20 novembre 2015
ITC Nouvelles
La cultivatrice de café Marey Yogiyo vend du café à des acheteurs de sa Papouasie-Nouvelle-Guinée natale depuis 16 ans. Au cours de l'année écoulée, elle est devenue la toute première femme du secteur du café à obtenir une licence d'exportation et a vu très vite le prix de son café augmenter de 63 % au-dessus des tarifs locaux.

Olam International, une des plus grosses sociétés agroalimentaires au monde, a acheté 60 sacs de café auprès de son entreprise pour $E.-U. 18 000.

« C'est vrai. Maintenant je suis une exportatrice », se réjouit cette mère de famille de 56 ans avec cinq enfants, qui vit dans la Province des Hautes-Terres orientales, le centre de la production industrielle de café du pays.

Le succès à l'exportation de Mme Yogiyo semble être destiné à se poursuivre : Olam étudie l'éventualité d'un achat encore plus important pour 2015.

Cependant, avant de pouvoir vendre à l'étranger, Mme Yogiyo avait besoin d'une licence, sans parler de clients. En 2014, elle a obtenu les deux. En juillet, sa société, Yogiyo Coffee Ltd, est devenue la première entreprise caféière appartenant à une femme à obtenir une licence gouvernementale d'exportation dans le pays. Les premiers sacs de café Bauka Blue ont été expédiés vers les États-Unis peu après. Elle raconte que « après dix ans à travailler constamment à l'amélioration de la qualité et à rechercher des marchés, la première commande d'Olam a redynamisé Bauka Women Coffee, qui peut maintenant voir venir les dix prochaines années ».

Accompagnée par l'ITC vers les marchés internationaux

Mme Yogiyo a initié le premier contact avec ses nouveaux acheteurs lors d'une session du Groupe de mentorat d'acheteurs, organisée par l'ITC en collaboration avec l'Alliance internationale des femmes pour le café (IWCA), en marge de la Conférence annuelle de l'Association américaine des cafés de spécialité qui s'est tenue en avril 2014 à Seattle. La formation développait les connaissances et compétences des participants pour qu'ils puissent répondre à la demande des acheteurs internationaux, en leur permettant de positionner leur café de manière plus compétitive sur les marchés internationaux tout en obtenant des prix plus élevés. Au retour de Mme Yogiyo, l'ITC s'est mis en relation avec l'Agence de promotion des investissements de Papouasie-Nouvelle-Guinée pour faciliter la délivrance de sa licence d'exportation.

Olam International est un des plus gros acheteurs de produits alimentaires au monde, avec des ventes annuelles de $E.-U. 15 milliards et des opérations dans 65 pays. Sur son site Internet destiné aux acheteurs industriels, Olam met en avant l'expérience de Mme Yogiyo ainsi que sa vision de créer un produit distinctif. Il y est noté : « Elle a fondé le groupe pour encourager les femmes à faire du café un mode de vie, de manière à ce qu'elles puissent subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille ».

Les femmes autonomes dopent le commerce

Mme Yogiyo, qui possède elle-même une exploitation de taille moyenne de huit hectares, va également acheter du café auprès de neufs autres agriculteurs sur la saison caféière 2015. Elle espère construire une entreprise d'exportation qui puisse soutenir la plupart des 645 foyers qui vivent de la culture du café dans la région. « C'est une merveilleuse opportunité pour soutenir les femmes des groupes de café, et optimiser leur rendement net sur leur café. »

Le café de Papouasie-Nouvelle-Guinée, bien que ne représentant que 1 % de la production globale, est connu dans les cercles de café de spécialité pour son aura unique et pour ses saveurs fines et complexes. La vallée de l'Aiyura, où Bauka Women Coffee est situé, a vu fleurir la culture de café dans les années 1940 ; ses plantations et petits jardins sont réputés pour les différentes baies et les saveurs aux notes d'agrumes du café qui y est produit.

Cet article est tiré de la publication de l'ITC, les Perspectives sur la compétitivité des PME 2015