Stories

La croissance impulsée par le commerce au Myanmar : De la stratégie à la mise en œuvre

13 février 2018
ITC Nouvelles

 

Le défi Il est plus facile d'opter pour une croissance impulsée par le commerce que d'y parvenir. Les décideurs politiques sont confrontés à des choix difficiles : que faire, où commencer, comment organiser par ordre de priorité, et pourquoi ? Pour leur permettre de répondre à ces questions, l'ITC élabore, en collaboration avec les gouvernements intéressés une Stratégie nationale d'exportation (NES). Le présent document fournit une feuille de route ciblant les secteurs et réformes et projets de développement spécifiques, chiffrés qui produisent un rendement élevé en termes de croissance, de création d’emplois et de performance commerciale. Mais le simple fait d’avoir une stratégie ne se traduit pas automatiquement par une meilleure présence sur la carte du commerce mondial : les stratégies doivent être mises en œuvre.

Au Myanmar, une NES était lancée en mars 2015, suite à un vaste processus de consultation de plusieurs ministères, associations d’entreprises et partenaires de développement. Elle décrit des solutions concrètes et axées sur le marché, aux contraintes de compétitivité du pays, détaillant les activités spécifiques, les délais et l'évaluation d’impact des mesures que les différents acteurs du marché devaient prendre. à l'occasion du lancement, U Win Aung, Président de l’Union de la Fédération des chambres de Commerce et de l’industrie (UMFCCI) du Myanmar avait déclaré, « la NES a jeté les bases du partenariat public-privé en améliorant, en diversifiant et en développant le commerce à l'exportation du Myanmar », tant dans le secteur de l’industrie agro-alimentaire que de la fabrication.

La NES a été, certes, un premier pas important, réalisant sa vision de « croissance durable orientée vers l’exportation, conduisant à prospérité d'un Myanmar émergent » mais, il faudra s'appuyer sur une mise en œuvre efficace. Pour un pays dans un processus de transformation économique et politique, une telle transition est d'autant plus difficile que la mise en œuvre est souvent faite de manière ad hoc, en l’absence d’une structure de gestion efficace.La réponse Une mise en œuvre de la NES efficace du point de vue des ressources exige une coordination entre une foule d’acteurs publics et privés. L'ITC a collaboré avec le gouvernement du Myanmar à la mise en place du projet d'appui à l'application de la NES pour permettre aux pays et ses PME de tirer davantage parti d'une intégration commerciale plus poussée.

Le projet habilite le ministère du Commerce et les principales parties prenantes à établir des mécanismes publics-privés pour la mise en œuvre des objectifs de la NES et à coordonner d'autres initiatives liées au commerce. Ces mécanismes favorisent une plus grande transparence et une meilleure communication entre les secteurs public et privé, ainsi qu’avec les partenaires de développement. Plus important encore, ils permettent une meilleure prise de décision et une planification plus efficace de l'assistance. Le projet est en totale harmonie avec les cadres de développement national actuels comme l'Accord de Nay Pyi Twa pour une coopération efficace en matière de développement.

Le projet permet également un suivi en ligne des projets de développement du commerce à travers le pays au moyen d'outils de technologie de pointe, en l'occurrence un outil de gestion de la stratégie de mise en œuvre (SIMT), qui sert de guichet unique pour le gouvernement et ses partenaires pour collecter et gérer les données de projet. Au Myanmar, le SIMT s'appuie sur des données issues du système national de gestion des données sur l'assistance, Mohinga, et se développe grâce à celui-ci. Les utilisateurs du SIMT sont en mesure de générer des rapports personnalisés sur des secteurs spécifiquesₒ; Pour faciliter la planification conjointe,les rapports de mise en œuvre de la NES sont disséminés au sein du Groupe de travail du secteur commercial, l’un des mécanismes public-privé auxquels participent des parties prenantes nationales et des partenaires de développement.Les résultats Le système de gestion de projets de la NES a recensé 75 projets financés par le budget national, les partenaires de développement ou des investisseurs privés qui étaient en ligne avec (et dans certains cas ont été inspirés par) le programme de la NES du Myanmar. En cartographiant et en suivant systématiquement ces projets, le cadre d’appui à la gestion de la mise en œuvre de la NES a créé une plus grande transparence entre les ministères, le secteur privé et les partenaires de développement, ce qui leur a permis de maximiser l’efficacité et de réduire au minimum les chevauchements. Les parties prenantes des secteurs public et privé prennent activement part à la planification et la coordination, facilitant ainsi l'appropriation nationale des projets d'aide pour le commerce.

Pour explorer un exemple de la manière dont cela a fonctionné dans la pratique, une priorité de développement du commerce au Myanmar est d'améliorer rapidement les systèmes d’assurance qualité afin que les secteurs à fort potentiel tels que les graines oléagineuses, puissent se conformer aux normes internationales de santé et de sécurité. Respecter les exigences du marché international est une étape essentielle à la revitalisation de l’industrie : Cela rassurerait les consommateurs nationaux et étrangers sur la sécurité des produits, permettant aux producteurs de mieux rivaliser avec les importations d'huile de palme et de profiter des récentes ouvertures en matière d'échanges commerciaux. Se conformer à ces exigences permettra d'améliorer les moyens de subsistance et les revenus des agriculteurs et des collectionneurs d’oléagineux des régions de Mandalay, Magway et Sagang, ainsi que des transformateurs et les exportateurs partout dans le pays.

Les mécanismes de coordination de la gestion de la NES permettent aux acteurs de se spécialiser et d’éviter les chevauchements. Par exemple, le projet de l'ITC sur « la sécurité alimentaire et le respect des mesures sanitaires et phytosanitaires dans la chaîne de valeur des oléagineux » se concentre sur l’amélioration des performances de la chaîne de valeur en alignant la qualité des produits aux exigences du marché (notamment sur les normes de sécurité alimentaire internationale) et l'établissement des liens entre les exportateurs et les acheteurs étrangers. Pendant ce temps, d’autres partenaires de développement, tels que le PTB, l'Institut national de métrologie de l’Allemagne et la GIZ, la société allemande pour la coopération internationale, ainsi que l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) se spécialisent dans la construction des infrastructures nationales d’assurance de la qualité et facilitent l’accès aux équipements.

En favorisant la complémentarité à travers un large éventail de partenaires, le projet d'appui à la mise en œuvre de la NES permet aux différents acteurs d'unir leurs actions pour combler les lacunes, maximiser l’impact pour le secteur des oléagineux du Myanmar qui était parmi les premiers du monde.

La NES et son cadre de mise en œuvre constituent un mécanisme fiable permettant de coordonner le développement du commerce au Myanmar, a déclaré U Aung Soe, Directeur général adjoint de la NES, Département de la promotion des échanges et de la protection des consommateurs au ministère du Commerce du Myanmar. Ainsi, il existe une collaboration accrue entre les secteurs public et privé, ainsi qu’avec les partenaires de développement. »L'avenir L'appui que l'ITC fournit au Myanmar dans le cadre de la mise en œuvre de la NES se poursuivra à travers le soutien pour la mise en œuvre efficace des projets et la mobilisation des ressources conformément aux priorités nationales. Il pourrait également servir de modèle pour développer un appui similaire favorisant la cohérence dans l'appui aux initiatives de développement du commerce dans d’autres pays.