Stories

La Commission européenne et l’ITC plaident pour un processus décisionnel éclairé en faveur du commerce et du développement du secteur privé

11 janvier 2018
ITC Nouvelles
L’ITC et la Direction générale de la Coopération internationale et du Développement de la Commission européenne envisagent de soutenir le commerce dans les pays en développement et de fournir l’aide nécessaire.

 

La Direction générale de la Coopération internationale et du Développement de la Commission européenne (DG-DEVCO) et le Centre du Commerce international (ITC) travaillent en collaboration en vue de soutenir les entreprises, en particulier les petites et moyennes entreprises, et le commerce dans les pays en développement.

Le Directeur général de la DG DEVCO, Stefano Manservisi, a rencontré Mme Arancha González, Directrice exécutive de l’ITC à Bruxelles le 9 novembre afin d’échanger avec elle sur la façon dont un processus décisionnel plus éclairé pourrait contribuer à soutenir le secteur privé et le commerce dans les pays en développement et sur la fourniture de l’aide à cet effet.

Réfléchissant sur le commerce international et sur l’aide officielle au développement comme étant des moyens importants pour atteindre les Objectifs de développement durable des Nations Unies, ils sont parvenus à la conclusion d’après laquelle trois domaines en particulier mériteraient une plus grande attention et plus d’efforts :

  • une bonne compréhension des chaînes de valeur et des marchés en aval pouvant améliorer la conception de projets et leur impact ;
  • des projets pilotes pouvant connecter avec succès les petites et moyennes entreprises en établissant le bien-fondé des initiatives susceptibles d’encourager la transformation des marchés ; et
  • un dialogue éclairé pour un meilleur environnement économique et réglementaire.
M.Manservisi a déclaré, « Le travail dans ces domaines peut fortement contribuer à l'atteinte des objectifs du Programme de développement durable à l'horizon 2030 et à la mise en œuvre du Programme d’action d’Addis-Abeba sur le financement du développement et de l’Accord de Paris sur les changements climatiques ».

Mme Arancha González a, pour sa part, déclaré qu’« une meilleure mise à profit des informations de veille économique et commerciale et des connexions aux marchés pourraient favoriser un dialogue constructif et la formulation d'un programme de réformes plus efficace sur le terrain. Il s’agit de concrétiser le commerce.