Stories

Du confinement à la reprise : démêler l'impact de COVID-19 sur les petites entreprises

3 avril 2020
ITC Nouvelles

Les petites entreprises traverseront quatre phases au cours des prochains mois.

La pandémie de coronavirus a contraint près d'un tiers de la population mondiale au confinement. Tout le monde convient que les gouvernements doivent agir rapidement pour sauver des vies, ainsi que réduire l'impact négatif que de telles circonstances peuvent avoir sur leurs économies. Les économistes et les experts du monde entier étudient donc l’ensemble des politiques et des recettes miracles pour réduire l'impact économique de la pandémie.

Alors que la discussion porte souvent sur l’impact macroéconomique de cette tempête pandémique, une vieille citation de Paul Krugman nous rappelle que « les pays n’achètent ni ne vendent de marchandises à l’étranger; les entreprises le font »1 . Le ralentissement induit par le COVID-19 affecte l’économie réelle, qui est, après tout, constituée d’entreprises et de personnes qui travaillent pour elles.

Les petites entreprises sont susceptibles de souffrir plus que d'autres entreprises du secteur privé, en raison de leur vulnérabilité intrinsèque. Pour aider les micro, petites et moyennes entreprises (MPME), nous devons comprendre que la crise ne les frappera pas toutes simultanément, mais les affectera tout au long de différentes phases d'un cycle.

Alors que les petites entreprises souffriront dans les jours à venir, elles traverseront quatre phases, successivement ou simultanément. De l'arrêt partiel à l'arrêt complet, aux impacts sur la chaîne d'approvisionnement et à la baisse de la demande, le cycle s’achèvera probablement par un rétablissement, comme le montre la courbe suivante.
.




1. Les effets du confinement affectent les pays et les régions où la pandémie a entraîné un arrêt partiel ou total de l'économie par décret gouvernemental. Les mesures de confinement ont touché plus durement les secteurs du tourisme, des voyages, du commerce de gros et de détail, de l'hôtellerie et du divertissement. À court terme, les gouvernements des pays touchés se concentrent sur le soutien des MPME dans ces secteurs.

2. Les perturbations subies par la chaîne d'approvisionnement affectent les entreprises du monde entier. Il y a pour cela deux raisons. Premièrement, le choc pandémique en Chine a affecté la production et les exportations de ce pays. Deuxièmement, le même phénomène se produit dans d'autres régions, notamment en Europe et en Amérique du Nord. L'arrêt de la production dans les régions touchées réduit les intrants disponibles pour les chaînes de valeur mondiales qui s'en approvisionnent. L'ampleur de cette contagion en chaine des pénuries d'intrants induite par le commerce variera selon la chaîne de valeur et le pays.

3. La baisse de la demande est ressentie dans les pays touchés par une pandémie en raison de la baisse des ventes. Les consommateurs et les acheteurs commerciaux réduisent leurs achats en raison de l'isolement, qu’il soit volontaire ou imposé par le gouvernement. Y compris dans les pays relativement peu touchés par le COVID-19, les MPME qui approvisionnent les acheteurs à l'étranger verront leurs commandes réduites, car les entreprises et les consommateurs à l'étranger réduisent leur demande. Une fois l'urgence sanitaire terminée, il se peut que l'investissement des entreprises soit faible en raison de la baisse de leurs économies. Les ménages peuvent réduire leurs dépenses à moyen et à long terme pour compenser la baisse des revenus en période de pandémie. Une perte de confiance, l'excès de crédit bancaire et des faillites, les MPME n’en seront pas épargnées.

4. Le rétablissement débutera une fois l'urgence sanitaire et le confinement terminés. En effet, l'activité économique devrait connaître une forte reprise, les gens retournant dans leurs petites entreprises préférées. Les entreprises manufacturières et agricoles pourraient enregistrer des ventes plus importantes, car les stocks sont réapprovisionnés et les consommateurs ont reporté leurs achats.

Les spécificités de chacune de ces quatre phases indiquent qu’il n’existe pas de solution « universelle ». Toutes les politiques ne conviennent pas à la situation des MPME dans un pays donné, à un moment donné. Les politiques gouvernementales qui seront adaptées à la phase de crise que connaissent leurs MPME seront plus efficaces et utiliseront plus efficacement les ressources politiques et financières disponibles.

¹ Kurtzman, J. (1998). An Interview with Paul Krugman. Retrieved 25 March, 2020, from https://www.strategy-business.com/article/13652%3fgko%3dd3cab.