Speeches

Discours prononcé par la Directrice exécutive de l’ITC lors de la cérémonie de lancement du Projet d’autonomisation des jeunes

18 janvier 2018
ITC Nouvelles

M. le ministre Dr Touray,
M. le ministre Gomez
M. le commissaire européen Neven Mimica,
Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,

C’est un plaisir d’être parmi vous aujourd’hui pour exprimer le plein appui du Centre du commerce international et de toute la famille des Nations Unies à la Gambie dans son nouveau départ. Nous le ferons en nous focalisant sur les priorités exprimées par le Président Adama Barrow : la jeunesse et l’engagement international.

La transition pacifique ouvre une fenêtre d’opportunité politique importante : cette occasion doit être saisie pour consolider les institutions et les processus démocratiques et poursuivre les réformes économiques qui favorisent la croissance et l’emploi. Par ailleurs, c’est également une fenêtre d’opportunité pour la communauté internationale, les partenaires au développement et les voisins de la Gambie pour soutenir votre quête d’un avenir meilleur et permettre aux Gambiens de se servir du commerce et des investissements régionaux et internationaux pour élargir leurs perspectives économiques.

Le projet d’autonomisation des jeunes que nous lançons aujourd’hui vise précisément à rendre le commerce profitable aux jeunes femmes et aux jeunes hommes de la Gambie, dont trop nombreux sont ceux qui se sont sentis obligés de prendre le dangereux « chemin sans retour » à la recherche d’un avenir à l’étranger. Je tiens à saluer le Dr Touray, ministre du Commerce, et M. Gomez, ministre de la Jeunesse, dont l’engagement envers les jeunes est bien connu. Je remercie également le commissaire Mimica, ainsi que les peuples de l'Union européenne, pour leur soutien à la Gambie en cette période déterminante.

Plus tôt aujourd’hui, le commissaire Mimica et moi avons visité l’Institut de formation technique de Gambie, où nous avons rencontré de jeunes entrepreneurs. Leur énergie, leurs idées et leurs aspirations sont motivantes, mais les défis auxquels ils font face sont aussi très réels. Nous sommes impatients de travailler avec les institutions gambiennes et le secteur privé pour leur permettre de surmonter les obstacles qui les empêchent de progresser sur la chaîne de valeur et de se connecter aux marchés internationaux.

Cette initiative est au cœur de la mission de l’ITC. L’ITC était créé en mai 1964, dix mois avant l’indépendance de la Gambie, lorsque nos organisations mères, les Nations Unies et l’Organisation mondiale du commerce, ont reconnu que les pays en développement gagnaient beaucoup à participer au commerce mondial mais que les règles du jeu n’étaient pas équitables pour leurs entreprises.

Le mandat de l’ITC, à cette époque et aujourd’hui, reste d'uniformiser les règles du jeu et de donner aux entreprises, en particulier aux petites et moyennes entreprises, les moyens d’obtenir les informations sur le marché, l’environnement politique et l’appui institutionnel dont elles ont besoin pour se connecter au commerce et à l’investissement internationaux. Nous nous focalisons sur le commerce parce que le marché mondial offre une demande plus forte que les petits marchés intérieurs et vu que les entreprises qui font du commerce ont tendance à être plus productives et à créer des emplois de meilleure qualité et mieux rémunérés. Nous nous focalisons sur les PME parce qu’elles emploient la grande majorité des populations. En outre, nous nous focalisons sur les groupes marginalisés de la société, comme les jeunes hommes et femmes, parce que lorsqu'ils ont de meilleures possibilités de gagner leur vie, les avantages socio-économiques pour leurs familles et leurs communautés sont très importants et inclusifs.

Le projet d’autonomisation des jeunes, financé par l’UE et mis en œuvre par l’ITC, a pour objectif le renforcement des compétences de marché et la promotion de la valeur ajoutée dans deux secteurs clés de l’économie gambienne : l'agriculture et le tourisme. Il s’efforcera également de concourir à la diversification économique en encourageant l’entrepreneuriat dans les « nouveaux » secteurs, notamment les industries de services créatifs et numériques. Les secteurs prioritaires de l’agriculture, de l’industrie manufacturière et des services seront recensés en fonction de leurs volumes d’exportation actuels et de leur capacité à stimuler l’innovation et à créer des emplois.

Dans le cadre de cette initiative, l’ITC et l’UE travailleront avec des partenaires locaux, nationaux et internationaux pour mettre en œuvre des projets de renforcement des compétences dans les zones urbaines et rurales de la Gambie. Des partenaires tels que les institutions d’appui au commerce, les associations industrielles et les incubateurs d’entrepreneuriat joueront un rôle crucial dans la réalisation des objectifs. Un accent particulier sera mis sur le renforcement des programmes existants en matière de compétences techniques et professionnelles pour mieux répondre aux besoins des entreprises et des marchés.

À partir de la semaine prochaine, les experts de l’ITC travailleront avec l’Agence gambienne de promotion des investissements et des exportations, la Chambre de commerce et d’industrie, le Conseil national de la jeunesse et d’autres parties prenantes du projet pour poser les bases d’un processus de consultation qui permettra de cibler des opportunités d’affaires nationales et internationales, de dresser la carte de l’employabilité des jeunes et de recenser les lacunes.

Sur la base des résultats de ce processus, nous travaillerons avec le ministère de l’Éducation, l’Institut de formation technique de Gambie et d’autres prestataires de formation pour renforcer leurs programmes d’études en fonction des besoins du secteur privé.

Nous collaborerons avec les centres commerciaux de la région de Banjul et d’autres régions pour les doter de compétences leur permettant d'améliorer l'encadrement des jeunes entrepreneurs. Nous travaillerons également avec l’Agence gambienne de promotion des investissements et des exportations pour faciliter la connexion de certaines de ces entreprises aux marchés régionaux et internationaux.

Je ne suis pas ici en vacances, toutefois j’ai jeté un coup d'œil au guide de voyage Lonely Planet avant mon vol. Voici ce qu’il disait : « La Gambie est peut-être le plus petit pays du continent, mais ses nombreux attraits captivants contredisent sa toute petite taille. Elle a seulement 80 kilomètres de côtes, mais est dotée de plages dorées enrichies de palmiers se balançant et des lagunes pittoresques. » Le livret parlait de la grande diversité des espèces animales et végétales du pays, de l’attrait de ses « villages de pêcheurs calmes » et des réserves naturelles.

Cette étude élogieuse montre qu’il est possible non seulement de créer davantage de possibilités d’emploi en évoluant dans des créneaux plus lucratifs du marché mondial du tourisme, mais aussi d’élargir les liens en amont avec le reste de l’économie gambienne.

Actuellement, la plupart des hôtels qui desservent les touristes internationaux importent une grande partie de leurs aliments. Si les entreprises locales des secteurs de l’horticulture, de la volaille et de la noix de cajou, sans parler des communautés de pêcheurs auxquels le guide accorde une aussi grande importance pouvaient être en mesure de répondre aux exigences des normes du marché mondial, elles pourraient approvisionner les hôtels locaux et, en fin de compte, exporter, en commençant par la région de la CEDEAO.

L’ITC a accompagné le secteur privé gambien dans le passé. Entre 2012 et 2016, nous avons formé des centaines de producteurs gambiens d’arachide, de noix de cajou et de sésame aux pratiques après récolte et aux normes de santé et de sécurité au titre d’un projet financé par le Cadre intégré renforcé. Aujourd’hui, nous pouvons tirer parti de son succès et le déployer à plus grande envergure.

Madame la Ministre, permettez-moi de conclure en vous félicitant, ainsi que votre ministère, pour les efforts déployés en vue du lancement de ce projet d’autonomisation des jeunes, bien que nous soyons au cœur d’une transition politique historique.

Au Centre du commerce international, nous sommes honorés d’avoir été choisis pour travailler avec vous et l’UE. Nous sommes déterminés à apporter notre soutien pour faire avancer la Gambie avance vers « le progrès, la paix et la prospérité ».