Speeches

Discours de la directrice exécutive de l’ITC lors de la cérémonie de lancement des stratégies nationales d’exportation

11 avril 2018
ITC Nouvelles
Discours prononcé par la Directrice exécutive de l’ITC, Mme Arancha González, lors de la cérémonie de lancement des stratégies nationales d’exportation et du rapport sur les mesures non tarifaires
13 octobre 2017 - Kathmandu, Népal

Excellences,
Distingués invités,
Mesdames et Messieurs,

Namaste

Souagatam

C’est un grand plaisir pour moi d’être de retour au Népal. J’admire votre détermination et votre résilience. Je suis ici pour vous dire que l’ITC s’engage à continuer à vous soutenir dans votre ambition de devenir un pays à revenu intermédiaire d’ici 2030.

Votre objectif exige une transformation de votre économie au service de votre société. Et le commerce a un rôle important à jouer. L’exploitation des opportunités commerciales déjà à votre portée impulserait un changement profond, la croissance durable et inclusive et, en fin de compte, la réduction de la pauvreté.

Lorsqu’ils cherchent à utiliser le commerce pour stimuler la croissance, les gouvernements du monde entier sont confrontés à une myriade de demandes et de besoins commerciaux. Ainsi, des questions complexes se posent, telles que :

• Comment établir les priorités ?
• Comment concilier les objectifs commerciaux et les objectifs de développement ?
• Comment allouer des ressources limitées ?
• Qui fait quoi ?

Aujourd’hui, nous commençons à répondre à ces questions.

Pour comprendre les défis auxquels sont confrontées les entreprises népalaises et les interventions qui pourraient leur être utiles, nous avons échangé avec plus de 570 entreprises d'Ilam, Dhankuta, JhapaGulmi et Baglung, pour ne citer que quelques endroits. Nous avons consulté des producteurs, des exportateurs et des organismes techniques, notamment le Centre de promotion des exportations commerciales et les représentants des ministères du Commerce et du Développement agricole. Leurs réponses sont consignées dans l’enquête sur les mesures non tarifaires qui se trouve devant vous. Je tiens également à remercier le DFID du Royaume-Uni pour son soutien au programme de l’ITC sur les mesures non tarifaires.

Un exportateur népalais sur deux est confronté à une mesure non tarifaire. Les exigences en matière de qualité des produits et de sécurité alimentaire sont souvent citées comme une entrave. D'autres défis se trouvent à l’extérieur des frontières du Népal, notamment en ce qui concerne les problématiques de transit, mais une grande partie de la solution se trouve à l’intérieur. Rechercher et modifier des réglementations pesantes, des formalités administratives et des procédures de facilitation du commerce complexes peut avoir un effet transformateur sur la capacité de vos petites et moyennes entreprises à accroître la productivité et le commerce au-delà de vos frontières.

Le Népal a pris des mesures pour intégrer plus fermement le commerce dans son programme national. La Stratégie d’intégration commerciale du Népal (NTIS 2016) a déterminé les secteurs offrant un fort potentiel d’augmentation des exportations et de création d’emplois. À la demande du Népal, l’ITC a élaboré des stratégies détaillées pour quatre secteurs : le papier artisanal, le thé, le café et la grande cardamome, Alaichi.

Ces secteurs sont profondément enracinés dans les traditions et la culture népalaises. La plante Lokta, par exemple, ne peut être cultivée que dans les forêts himalayennes du Népal et est transformée depuis des générations dans les régions montagneuses du pays. La grande cardamome est l’un des plus anciens produits commercialisés du Népal et constitue une source importante de revenus pour des milliers d’agriculteurs, notamment dans les districts de l’Est. Le secteur du thé emploie environ 70 000 personnes dans les zones rurales et urbaines, dont une majorité de femmes. Le café, bien qu’il s’agisse d’un secteur émergent, est déjà une source de revenus pour plus de trente mille agriculteurs et leurs familles. Et le grand nombre de cafétérias que je vois apparaître au Népal laisse croire qu’il devient de plus en plus populaire auprès des consommateurs.

Ces quatre pays ont en commun d’importantes perspectives de croissance et, plus important encore, leur capacité de participer à une croissance inclusive et au développement durable.

Bien qu’elles soient globalement de gros employeurs, les micros, petites et moyennes entreprises qui constituent l’essentiel de ces secteurs sont elles-mêmes vulnérables à l’évolution de la dynamique du commerce international.

Les quatre stratégies sectorielles visent à renforcer la compétitivité et l’innovation. En conséquence, elles ont quelques thèmes en commun : la nécessité d’améliorer la productivité et la qualité, d’améliorer les compétences techniques et professionnelles et d’améliorer l’accès au marché et la diversification. Il ne s’agit pas de défis uniques ; tous les pays prennent des mesures continuellement pour réaliser des progrès dans ces domaines. Ces quatre stratégies d’exportation sectorielles présentent une feuille de route comprenant une série de mesures envisagées par les Népalais pour répondre aux défis uniques au pays. La mise en œuvre des stratégies promet de permettre aux entreprises des quatre secteurs de réduire les vulnérabilités, de tirer profit de leurs points forts et de stimuler les exportations.

Il existe des opportunités de marché. Chacun de ces produits a des atouts distinctifs appréciés par les acheteurs : le café recherché par les négociants en café de spécialité pour son origine himalayenne ; la qualité supérieure de la grande cardamome ; le caractère unique qui rend les produits en papier artisanal Lokta désirables pour les détaillants haut de gamme ; et les thés noirs de qualité qui sont très appréciés par les connaisseurs de thé.

L’essentiel est d’ajouter de la valeur à ces produits et aux services connexes. Améliorer la productivité, la qualité, l’image de marque, l’emballage et la distribution autour de ces quatre secteurs pour s’assurer que la plus grande partie de la valeur est capturée au Népal par le Népal. Créer une « marque Népal », développer les droits de propriété intellectuelle autour de l'origine de ces produits et faire en sorte que ces quatre secteurs fassent partie de cette identité nationale.

Le Népal évoque des images de vastes montagnes, de beaux temples et un riche patrimoine, ce qui vous permet d’offrir vos produits aux consommateurs de plus en plus exigeants en termes de qualité et d’authenticité. L’ITC a déjà collaboré avec le Népal pour y parvenir dans le secteur du pashmina en créant la marque Chyangra pashmina qui, en peu de temps, a entraîné une augmentation de plus de 20 % des recettes d’exportation des entreprises soutenues.

Beaucoup reste encore à faire dans d’autres domaines tels que celui des plantes médicinales traditionnelles ou des tapis. L’exploitation des opportunités du commerce en ligne peut également faciliter l'accès aux nouveaux marchés. La jeune population croissante et dynamique du Népal est au centre de tout cela. Exploitez cette énergie, cette innovation et ces nouvelles idées des jeunes ; ajoutez-les au potentiel d'exportation que vous possédez dans ces différents secteurs, et vous avez la recette pour la réussite.

Plus tôt cette semaine, j’ai eu le plaisir de visiter un producteur de papier artisanal. Observer cette chaîne de valeur depuis la récolte de la matière première jusqu’au produit final a été une révélation. Le processus de production emploie de nombreux hommes, femmes et jeunes à travers la chaîne de valeur, des milliers de familles dans les collines et constitue une partie importante de l’empreinte culturelle népalaise. La stratégie qui vous est présentée vise à faire du papier artisanal à la fois un produit de luxe évolutif et potentiel pour les marchés d’Asie et au-delà. Vous avez certainement ici l’un de vos premiers ambassadeurs de la marque de papier artisanal Lokta !

Nous devons être fiers de cette première étape. Toutefois, notre travail, je veux dire celui de tout le monde dans cette salle, est loin d’être terminé. Des interventions doivent être menées sur ces stratégies si nous voulons qu'elles fonctionnent. Nous devons les faire passer des mots à l’action. Tous les acteurs nationaux, publics et privés, et les partenaires internationaux doivent changer de vitesse.

J’ai offert au ministre du Commerce le soutien de l’ITC pour créer un système de contrôle et de suivi de la mise en œuvre et des progrès de ces quatre stratégies sectorielles. Aujourd’hui, soyez assurés de l’appui continu de l’ITC au Népal dans sa quête de la prospérité.

Je vous remercie.