Stories

Concrétisation du potentiel du commerce électronique pour les PMEs

10 avril 2013
ITC Nouvelles
Le commerce électronique dans les pays en développement demande un plus grand soutien des gouvernements pour atteindre son plein potentiel, explique la directrice exécutive de l'ITC au séminaire de l'OMC.

Le commerce électronique (e-commerce) permet aux pays en développement d'être concurrentiels sur le marché international, mais le plein potentiel de ces bénéfices ne pourra être atteint que lorsque les gouvernements auront créé un environnement commercial qui exploite le pouvoir d'Internet

“Il faut faire plus pour exploiter le potentiel de l'e-commerce comme un outil de développement,” a déclaré Patricia Francis, directrice exécutive du Centre du commerce international, lors de l'ouverture d'un séminaire sur l'e-commerce à l'Organisation mondiale du commerce le 8 avril. "Sinon, ce sera une occasion ratée pour le développement économique et des exportations"

La plus grande partie de l'e-commerce se fait business-to-business (B2B), et crée des opportunités pour les petites et moyennes entreprises (SMEs) de surmonter des difficultés logistiques et géographiques en termes d'accès aux marchés. Par la vente de produits en ligne, le besoin d'intermédiaires disparaît, permettant aux entreprises de réduire les coûts des transactions et de devenir plus concurrentielles.

Nouveaux marchés

Ont été abordés pendant l'évènement des sujets tels que la création par l'e-commerce d'opportunités pour le commerce de services également, la manière dont le micro-travail et les marchés indépendants aident les entrepreneurs des pays en développement à répondre à des appels d'offres auxquels ils n'avaient pas accès auparavant.

L'e-commerce aide donc à combler l'écart des revenus et "fournit la possibilité pour les pays de brûler les étapes dans l'échelle des revenus", a affirmé M. Harsha V. Singh, Directeur général adjoint de l'Organisation mondiale du commerce. Cela est évident sur le marché de la téléphonie mobile, a-t-il souligné, où un nombre croissant d'agriculteurs dans les pays en développement souscrivent des abonnements, plus d'entre eux sont en mesure d'utiliser des services de transfert d'argent mobiles, d'ouvrir des comptes-épargne et de percevoir des intérêts sur leurs dépôts.

Manque de compétences

Malgré la croissance de l'e-commerce sur Internet et sur les appareils portables, la culture numérique reste très fragmentée et les services à haut débit à des prix abordables sont loin d'être universellement disponibles. Les connexions internet insuffisantes représentent un problème majeur dans plusieurs pays en développement. Les systèmes de paiement en ligne ne sont pas encore disponibles dans plusieurs pays et souvent les PMEs n'ont pas les compétences requises pour s'engager dans l'e-commerce.

Des discussions intergouvernementales sont en cours dans des forums bilatéraux, régionaux et plurilatéraux au sujet de l'éventuelle nécessité de nouvelles disciplines à caractère commercial dans des domaines tels que les flux transfrontaliers d'informations, la protection des données et l'accès aux infrastructures de stockage de données. Cependant, Mme Francis a souligné le fait que les gouvernements des pays en développement, alors qu'ils ont créé une règlementation en matière de soutien à l'e-commerce, devraient s'investir davantage dans la création d'un environnement commercial axé sur l'économie numérique.

Les gouvernements devront faire en sorte que les achats transfrontaliers et la livraison de marchandises soient plus efficaces et moins coûteux. Les fournisseurs de services entrepreneuriaux, y compris les femmes et les jeunes, devront recevoir un soutien. Plus de travail doit être fait également pour assurer la protection des données et la sécurité des paiements en ligne et par téléphonie mobile, vu que les systèmes de paiement électroniques sont en pleine expansion pour accueillir plus de transactions.

"Ce sont des opportunités de services à haute valeur ajoutée", a déclaré Mme Francis. "Le développement de l'e-commerce sera bénéfique en termes de génération de devises étrangères, de fiscalité, de réduction de la pauvreté et de création d'emplois pour les jeunes travailleurs", a-t-elle ajouté.

L'ITC promeut le développement de l'e-commerce. Au Maroc, le portail web de l'association de l'industrie textile (AMITH) a été mis a jour, permettant de mettre en contact des acheteurs potentiels et des producteurs locaux. Au Bangladesh, dans le cadre du projet NTFII, l'ITC a fourni des conseils sur la publicité sur le web et les médias sociaux aux PMEs de l'industrie locale des technologies de l'information. Dans les Iles Fidji, l'ITC a mis en contact des producteurs ruraux avec des commerçants à travers des applications sur téléphonie mobile et sur le web.

Regardez la présentation ITC sur le séminaire ici (en anglais).