Stories

Le Gabon se déclare résolument engagé à la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine

19 octobre 2021
ITC Nouvelles

« Les PME gabonaises, qui constituent 80% du tissu économique, ont un potentiel qu’il faut stimuler. J’ai foi en leur capacité à s’adapter à l’environnement compétitif de la ZLECAf ».


Voici les mots prononcés par S.E. M. Hugues Mbadinga Madiya, Ministre gabonais du commerce, des petites et moyennes entreprises et de l’industrie, lors de l’ouverture du Forum de Libreville, « Accroître les exportations dans la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECLAf) », qui s'est tenu à Libreville, au Gabon, les 13 et 14 octobre 2021.
 
« La majorité des pays africains sont richement dotés en ressource naturelles. Ce qui est aussi le cas du Gabon. Pourtant, selon des données des Nations Unies, en termes d’exportations, parmi ses 40 premiers partenaires commerciaux, il n’y a aucun pays africain », constate M. Stratos Pegidis, Chef de Coopération de l'Union européenne.

Parmi les obstacles à l’exportation de marchandises entre pays africains, Mme Nicole Jessica ALlogho, Directrice générale des Petits Pots de l’Ogooué, mentionne l’absence de solutions de paiement digitalisées au niveau continental, l’absence d’un guichet unique, un instrument de facilitation et de simplification des procédures douanières, ainsi que des défis de transport et de logistique. « La libéralisation des tarifs douaniers est importante, mais ne constitue pas, dans la pratique, le principal frein à l’exportation des PME gabonaises », explique-t-elle.

S.E. Mme. Francisca Tatchouop Belob, vice-présidente de la Communauté Economique des Etats d'Afrique Centrale (CEEAC), a quant à elle insisté sur l’importance de l’élimination des barrières non tarifaires, l’un des instruments essentiels de mise en œuvre de la ZLECAf, capital pour les petites et moyennes entreprises. La CEEAC a récemment élaboré et fait adopter un portail électronique de suivi et d’élimination des barrières non-tarifaires dont la vulgarisation auprès des opérateurs économiques débutera sous peu.

Depuis l’entrée en vigueur de la ZLECAf visant à créer un marché continental unique pour les biens et les services, incluant la libre circulation des personnes et des investissements, l’Afrique exprime sa ferme détermination à développer le commerce intra-africain. Selon Mme Pamela Coke-Hamilton, Directrice exécutive du Centre du commerce international (ITC), la ZLECAf devrait permettre d'augmenter les exportations intra-africaines de plus de 1,1 milliard de dollars et de créer plus de 2 millions de nouveaux emplois.
 
Les femmes auront un rôle capital à jouer dans le processus de mise en œuvre de la ZLECAf. Il est donc primordial de vulgariser et sensibiliser les femmes dans leurs langues locales sur les opportunités offertes par la ZLECAf, dit Mme Essono Eny Aimée Félicité, Consultante nationale sur les questions de genre et membre de la société civile.

Le Gabon, qui a signé et ratifié l’accord portant création de la ZLECAf le 07 juillet 2019, est bien décidé à dynamiser ses PME et leur insertion dans les chaines de valeurs régionale, nous indique M. Jean François YANDA, Directeur Général du Commerce. Le Gabon a élaboré un plan d’accélération de la transformation (PAT) en faveur des PME, pour favoriser le renforcement du cadre juridique et réglementaire, des structures d’encadrement et de facilitation d’accès aux marchés et aux financements.

« L’administration des Douanes s’est engagée dans un processus d’appropriation des outils de la ZLECAf » a confirmé M. Ghislain Moandza Mboma, Directeur Général de l’Agence Nationale de Promotion des Investissements. Afin que les MPME puissent tirer parti de cet accord, l'accès à l'information ainsi qu’un engagement vigoureux de la part du secteur privé seront essentiels, interpelle Mme Pamela Coke-Hamilton.

Dans ce sens, il est primordial de préparer les entreprises à la transformation digitale et renforcer la coopération à l’échelle régionale et continentale afin d’améliorer la connectivité, un facteur clé pour l’opérationnalisation effective de la ZLECAf. Selon M. Patrick Meyo, entrepreneur digital, seulement 17 % de la population gabonaise fait des achats en ligne.

Le Forum s’est poursuivi avec des sessions thématiques très concrètes sur la facilitation des échanges et le commerce transfrontalier dans le cadre de la ZLECAf, sur le marketing et le E-commerce au sein du marché unique Africain, une présentation de l’observatoire continental du commerce de l’Union africaine et une étude de cas pratique sur les étapes essentielles à l’exportation et le développement de marché.

Finalement, les participants ont été initiés au programme « Comment exporter avec la ZLECAf », une formation professionnelle en ligne gratuite qui aide les exportateurs prospectifs et débutants à améliorer leurs connaissances et leurs capacités à saisir les nouvelles opportunités d’exportations intra-régionales.

Ce Forum, applaudi par les représentants du secteur privé, des PME ainsi que des décideurs politiques fait partie d'une série de dialogues sur la ZLECAf co-organisés à travers le continent africain dans le cadre du programme One Trade Africa du Centre du commerce international (ITC) qui vise à soutenir l'opérationnalisation de la ZLECAf.

Rassemblant plus de 100 participants en ligne et en présentiel, le Foum de Libreville a été organisé conjointement par le Ministère du commerce, des petites et moyennes entreprises et de l’industrie, la Direction générale du commerce (DGC) et le Centre du commerce international (ITC).