Stories

Doux au toucher : les producteurs de soie cambodgiens trouvent de nouveaux acheteurs, et augmentent leurs profits

20 novembre 2015
ITC Nouvelles

Les producteurs de soie cambodgiens, qui ont bénéficié d'un projet de l'ITC pour les aider à améliorer leurs compétences techniques et en marketing, ont vu leurs profits croître de 20 à 30 %.

De plus, selon une évaluation indépendante du projet réalisée pour le compte du Cadre intégré renforcé, un programme multi-donateurs qui aide les pays les plus démunis au monde à intégrer le système commercial mondial, le marché a une meilleure perception de la qualité de la soie cambodgienne, ce qui a permis de créer des opportunités pour les producteurs.

« Nous avons grandement bénéficié de notre présence sur les foires commerciales, où j'ai rencontré des acheteurs importants et des créateurs de mode qui étaient très impressionnés par nos produits », raconte Seng Takakneary, propriétaire de SentoSaSilk, qui a conclu de nouveaux contrats pour une valeur de $E.-U. 66 000 – l'équivalent de trois mois de chiffre d'affaires – durant les deux jours de la foire commerciale Artisans Resources à New York. « Nos ventes dans notre boutique de Phnom Penh ont également augmenté entre 10 et 20 %, et huit nouveaux groupes de tisserands avec lesquels nous pouvons travailler ont été identifiés dans les villages, tout cela grâce au projet. »

L'objectif du projet est de réduire la pauvreté des communautés rurales de tisserands en améliorant leurs compétences techniques, ce qui permet en retour aux tisserands et aux exportateurs de développer de nouveaux produits et modèles qui répondent aux exigences des acheteurs. Il vise aussi à les aider à établir de nouveaux circuits de commercialisation.

Sylvie Bétemps Cochin, Responsable de projet pour l'ITC, explique que les bénéficiaires directs, 14 entreprises appartenant à des femmes qui travaillent avec les tisserands en milieu rural, ont pu, dans le cadre de ce projet, développer des plans d'exportation, améliorer leur matériel de marketing, moderniser leurs ateliers d'exposition et leurs boutiques, développer de nouvelles relations avec des acheteurs internationaux, et préparer de nouvelles collections de produits. Elle précise encore que suite aux formations et à l'amélioration des produits, ces bénéficiaires ont pu participer à différentes foires commerciales, conclure de nouveaux contrats et établir de nouveaux contacts pour la suite. « Les nouveaux contrats que le groupe a sécurisés représentent un coup de pouce important pour leurs entreprises. Et les nouvelles relations établies sont encore plus déterminantes. »

Anak Norm, Directrice générale de VillageWorks, rapporte que les ventes de cette entreprise artisanale appartenant à une femme, membre de l'Organisation mondiale Fair Trade (commerce équitable), ont augmenté de 40 %, et le nombre d'acheteurs de 85 %, sur la période de 18 mois qui a suivi leur participation au projet. « D'avoir appris à développer un plan d'exportation a permis de rendre notre activité plus professionnelle. Grâce au suivi de notre plan d'exportation, nous avons pu évaluer nos progrès et déterminer si nous respectons nos objectifs. »

VillageWorks a pu créer 20 nouveaux emplois grâce aux commandes reçues d'acheteurs européens. Mme Norm raconte : « Nous avons installé un nouvel atelier de couture, ce qui permet d'offrir un emploi à de jeunes personnes handicapées, la plupart d'entre elles victimes de la polio. Nous avons pu les engager grâce aux commandes reçues au travers du projet de l'ITC. »

À Kravan House, sa Directrice, Thanan Hok, a engagé dix nouvelles couturières souffrant de handicap. « Les commandes que nous avons reçues suite à notre participation à la foire commerciale Ambiente en Allemagne nous ont encouragé à investir, ce qui constitue pour nous un grand pas en avant. »

Le Gouvernement cambodgien a identifié l'industrie de la soie comme constituant un secteur stratégique en vue de la réduction de la pauvreté. Le tissage de la soie peut directement contribuer à la création d'emplois, en particulier dans les communautés rurales. Les agriculteurs et producteurs qui vivent dans les zones rurales représentent 85 % de la population cambodgienne. Les femmes constituent la grande majorité des 20 000 tisseurs de soie.

De nouveaux modèles pour de nouveaux marchés

Mme Bétemps Cochin explique que pour être compétitives sur les marchés internationaux, les entreprises avaient dû adapter leurs modèles aux goûts de leurs acheteurs. Le projet les a soutenues dans le développement de nouvelles lignes de produits : des foulards en soie, des accessoires de mode, des produits pour le confort ou la maison, en accord avec les exigences des marchés ciblés et les tendances de la mode. Vannary San, propriétaire de Lotus Silk à Phnom Penh, explique que son entreprise a reçu de l'aide pour préparer le matériel de marketing, interagir avec les clients et définir son image de marque. Chose plus importante encore, elle a reçu un accompagnement sur la manière de gérer une entreprise : « Nous avons bénéficié d'un mentorat direct et attentionné pour nos plans d'exportation. On nous a demandé de revoir et d'examiner l'historique de nos performances, et à partir de là, d'en déduire nos projections. »

Afecip Fair Fashion (AFF), une entreprise sociale qui fournit des emplois aux femmes sauvées de la traite, dispose d'une stratégie de marketing pour la première fois. Sa Directrice, Rotha Tep raconte : « Depuis toujours nous dépendions des acheteurs qui venaient chez nous. Mais lorsque les circonstances devenaient plus dures, les acheteurs dont nous dépendions pouvaient disparaître, ce qui nous laissait sans acheteur vers qui nous tourner. » L'entreprise a développé cinq nouvelles collections, rencontré sept nouveaux contacts et espère conclure un contrat pour $E.-U. 4 000 suite à sa participation à la foire commerciale Maison des Objets à Paris, sa toute première exposition internationale.

Mme Bétemps Cochin explique que les véritables résultats du projet tiennent surtout aux retombées de l'augmentation des profits. « Les revenus supplémentaires sont généralement investis dans le développement de petites entreprises sociales, la formation et l'éducation, avec des effets positifs importants à la fois sur le développement social et sur le développement économique. »

Cet article est tiré de la publication de l'ITC, les Perspectives sur la compétitivité des PME 2015