Speeches

Discours présenté lors de la cérémonie de remise de diplômes de Sciences Po 2017

24 novembre 2017
ITC Nouvelles
Arancha González
Directrice exécutive
Paris, 1er juillet 2017
Bonsoir et félicitation aux diplômés de l’année 2017.

Je voudrais remercier le président Frédéric Mion, le doyen Enrico Letta et toute la famille des Sciences Po de m’avoir donné l’occasion de partager cet important moment avec vous. Vous représentez ce que le monde a de meilleur à offrir, par votre jeunesse, votre multiculturalisme, votre ouverture, votre dynamisme et vos connaissances.

Demain vous allez entamer votre marche dans la vie, et je me propose humblement de vous prodiguer quelques conseils utiles.

Je voudrais commencer par Simone Veil, une femme incroyable, un être humain étonnant qui nous a quittés il y a peu. Elle est le symbole des trois grands combats du XXe siècle, la lutte contre le totalitarisme, la lutte pour une meilleure solidarité en Europe pour ce qui la concerne et le combat pour les droits des femmes. Tout cela constitue des projets non achevés, et en la citant ici, j’aimerais lui rendre hommage. Mais j’espère aussi qu’elle vous inspirera comme elle m’a inspirée, étudiante.

Simone Veil a dit que « le plus grand enseignement est celui d’enseigner ce que c’est que connaître ». Qu’est-ce que la connaissance au XXIe siècle ?

La connaissance signifie la curiosité, la capacité et le désir de questionner son environnement. Le désir de comprendre ce qui nous motive, ainsi que les autres.

Pour se comprendre mutuellement, il faut la curiosité.

La gouvernance requiert la curiosité. Parce que la gouvernance c’est bâtir des règles, des procédures et des institutions communes, et que cela n’est pas possible sans savoir jusqu’où les autres peuvent aller. Quelle est la portée des différences et des similitudes ? Pendant que j'étais en fonction en tant que chef de personnel à l’OMC, j’ai pu comprendre que la mise sur pied d’un système commercial commun ne pouvait être possible que si chaque pays évitait d'imposer aux autres ses volontés, et recherchait ce qui peut profiter à tous les membres.

Le XXIe siècle sera caractérisé par la rapidité sans précédent des progrès techniques. La technologie a une incroyable capacité à donner des moyens aux plus pauvres, aux plus éloignés, aux plus petits. La technologie est en train de contribuer au changement du centre de gravité du monde. La technologie est en train de refaçonner la définition du travail et de la création de richesse. On ne sait pas encore si cela va conduire à une amélioration de la réalité mondiale ou à plus d’inégalité. Je reste du côté positif en pensant que l'important c'est de tirer des enseignements des approches qui n'ont pas réussi jusqu'ici afin de mieux gérer l’avenir. Un avenir plus inclusif.

Les progrès sont déjà au rendez-vous : robots, automatisation, intelligence artificielle, voitures autonomes. L’innovation requiert de la créativité. Et qu’est-ce que la créativité sans la curiosité ?

Mais la curiosité ne suffit pas. Lorsqu’on ne sait pas, on ne se soucie pas. Mais une fois que l’on sait, on ne peut ne plus se soucier. Et c’est pourquoi la connaissance entraine l’engagement. L’engagement parle de valeurs, de croyances. En ces temps de crise, où les sociétés sont déchirées par la guerre, les conflits, la pauvreté, la violence et l’extrémisme, vous et nous devons défendre les valeurs qui unissent tous les humains.

Ces valeurs sont magnifiquement prescrites dans la Charte des Nations Unies datant de 1945 et dont on a besoin aujourd'hui plus que jamais.

« Nous, peuples des Nations Unies, sommes déterminés à sauver les générations futures de la guerre
Nous sommes déterminés à défendre les droits fondamentaux de l’homme
Nous sommes déterminés à défendre la dignité et la valeur de la personne humaine
Nous sommes déterminés à défendre l’égalité des droits des hommes et des femmes
Nous sommes déterminés à promouvoir le progrès social et de meilleures conditions de vie dans une plus grande liberté ».

Ce sont là des valeurs que je vous encourage à adopter, à représenter, à vivre et dont vous devez favoriser le changement.

C’est mon troisième ingrédient. La connaissance doit nous amener à changer.

Une première étape vers le changement est inscrite dans les objectifs du Programme de développement durable à l'horizon 2030 des Nations Unies. Un plan mondial visant à mettre fin à l’extrême pauvreté à l’horizon 2030 dans dix-sept domaines, de l’éducation, de la santé et de l’égalité entre les genres aux changements climatiques, à l’accès à l’eau, aux sociétés pacifiques, à l’esprit d’entreprise et aux institutions plus fortes.

Il s'agit du plan Marshall de notre siècle. Et nous devons chacun être des acteurs afin d’atteindre l’objectif qui consiste à libérer l’homme du fléau de la pauvreté abjecte d’ici 2030.

Permettez-moi un instant de faire allusion à un domaine qui a désespérément besoin de notre action, il s’agit du changement climatique.

Nous disposons des connaissances. Nous devons investir dans un plus grand engagement. Nous devons accélérer l’action.

Car, nous ne possédons qu'une seule planète,
nous la devons à nos générations futures et
nous disposons des moyens de production et de consommation plus écologiques et de renforcement de notre économie.

L’année dernière, le personnel d’un petit musée dans l’Est du Kentucky, un musée dédié à l’industrie du charbon qui jadis permettait de fournir l'énergie pour l’économie de la région a décidé d’installer des panneaux solaires sur son toit. Étaient-ils confus ? Essayaient-ils de faire comprendre une chose ? Non ! L’adoption de ces panneaux solaires était simplement motivée par le désir de réduire la facture d’électricité !

Je terminerai mon intervention en vous encourageant à défendre les valeurs des Nations Unies. Non pas parce qu’il s’agit des valeurs de l’ONU, mais parce que ces valeurs sont les vôtres en tant qu’êtres humains.

Je vous encourage à agir, même si c’est avec un petit « a ». Car beaucoup de petites actions entraînent de fortes répercussions.

Et pour ce faire, nous devons nous appuyer sur les connaissances, sur les faits, sur l’analyse.

Mais surtout, ne perdez jamais votre curiosité, car si jamais cela arrive, vous deviendrez cynique. Et comme l’a déclaré Oscar Wilde,

« Un cynique est une personne qui connaît le prix de tout et la valeur de rien ».

Demain, ou peut-être lundi, parce que je sais demain, vous ferez la fête, ne marchez pas, mais courez et changez le monde pour de bon !

Bonne chance !