Stories

Blog: Les chambres consulaires à la rescousse des entreprises : Crise du COVID-19 en Afrique francophone

9 juin 2020
ITC Nouvelles

Parce que placées chacune au centre de son écosystème local ou national, les chambres consulaires africaines¹ se sont efficacement mobilisées pour lutter contre les effets de l'épidémie du COVID-19 sur les entreprises.

Portant sur « le rôle des chambres consulaires dans la gestion de la crise du COVID-19 », une enquête menée du 9 avril au 20 mai 2020 par la Conférence Permanente des Chambres Consulaires Africaines et Francophones (CPCCAF) auprès de 31 chambres et structures de son réseau dans 17 pays dévoile des réalités alarmantes.

Les résultats font ainsi état d'une baisse de ventes pour neuf entreprises sur dix, quand huit entreprises sur dix ont expérimenté une fermeture temporaire et des difficultés d'exportation ; contrainte dont souffrent davantage les entreprises de la région du Sahel (Mali, Niger, Tchad, Sénégal). Des prévisions de l'Union Africaine montrent par ailleurs que les importations et exportations du continent pourraient baisser de 35 %, soit de quelques 250 milliards d'euros². Ainsi, à la liste des principaux effets constatés s'ajoutent également des ruptures d'approvisionnement ayant impacté trois quarts des entreprises.

L'appel des entreprises

Au vu des résultats de l'enquête auprès des chambres, l'accompagnement souhaité par les entreprises porte principalement sur les questions de logistique et d'approvisionnement (23,3%) et la gestion de trésorerie (16,6%). Les relations avec les opérateurs externes, les fournisseurs et la formation du personnel ont également été évoquées. On notera aussi à cet égard qu'une chambre répondante sur trois a organisé des formations à destination des entreprises.

Selon le secteur, les entreprises du commerce (50%) ont davantage sollicité les chambres du réseau CPCCAF contre respectivement 30% et 23,3% des entreprises actives dans le secteur des services et l'artisanat. Les secteurs de l'industrie et de l'agriculture ont également été très sévèrement impactés. Par ailleurs, même si le formulaire d'enquête CPCCAF ne le prévoyait pas, de nombreuses chambres ont fait part de leurs inquiétudes concernant le secteur informel, en particulier par rapport aux mesures gouvernementales de confinement, dont les modalités ont différé suivant les pays : confinement total, partiel, ou encore instauration de couvre-feu, sachant qu'un long confinement total devrait inévitablement avoir de lourdes conséquences économiques, politiques et sociales dans les pays concernés. Un tiers des chambres répondantes à l'enquête CPCCAF estiment ainsi qu'entre 20% et 40% des entreprises ont été contraintes de fermer en raison du confinement.  Un sondage mené par la CCI d'Antananarivo (Madagascar) révèle que 30% des entreprises qu'elle a interrogées de sa propre initiative ont été contraintes de fermer temporairement. Aussi, selon l'Union africaine, plus de 20 millions d'emplois sont menacés par le COVID-19 en Afrique³.

Les chambres ont joué un rôle décisif auprès des pouvoirs publics dans la gestion de la crise

Trois quarts des chambres consulaires et structures intermédiaires interrogées ont été sollicitées par les pouvoirs publics pour fournir une expertise permettant d'accompagner les entreprises en période de crise. Au Niger, par exemple, les autorités publiques ont invité la CCI à mener une analyse précise des incidences engendrées par les mesures prises par le Gouvernement pour répondre à la crise du COVID-19. A noter, par ailleurs, qu'une chambre du réseau CPCCAF sur deux interrogées a décidé d'elle-même de mener des enquêtes pour évaluer l'impact de la crise.

Diverses mesures ont été mises en place, dont bon nombre d'entre-elles sont proposées dans le plan d'action en 15 points du Centre du commerce international (ITC), telles que les actions de sensibilisation et de prévention et l'utilisation des plateformes numériques pour accroître la compétitivité et l'agilité des PME à atteindre les clients. Une chambre sur deux a en effet organisé des sessions d'information afin de diffuser les gestes barrières et d'informer les entreprises sur les mesures prises par leur gouvernement. Mieux, de nombreuses chambres consulaires telles que les chambres de métiers et autrs structures sénégalaises, les chambres de Côte d'Ivoire ou encore la CMA du Niger ont mobilisé leurs entreprises ressortissantes pour fabriquer des masques. Par ailleurs, plus de 43 % des chambres ont déclaré avoir mis en place une plateforme numérique permettant de garder le lien avec les entreprises.

C'est le cas de la CCI Bénin qui a mis en place une « marketplace » (place de marché virtuelle) mettant en relation des entreprises béninoises produisant ou vendant des produits sanitaires (gel hydro-alcoolique, masques, gants, conditionnements pour combattre le COVID-19) et les utilisateurs de ces produits. La crise du COVID-19 a cependant révélé une réelle problématique numérique en Afrique. Deux tiers des chambres n'ont ainsi pas pu promouvoir la mise en place du télétravail, faute d'outils et dispositifs numériques adéquats au sein des entreprises. Pour y remédier, certaines ont donc encouragé les entreprises à aménager leurs systèmes de congés.  Enfin, des chambres dont la CCI du Gabon, ont mis à disposition leurs locaux pour accueillir le Comité national de Pilotage de Veille et de Riposte du COVID-19.

Les chambres consulaires restent résilientes et ingénieuses

La crise du COVID-19 met en lumière le rôle central des chambres consulaires dans l'appui qu'elles apportent aux entreprises, mais aussi par rapport aux pouvoirs publics qu'elles conseillent. Instances représentatives du secteur privé, les chambres consulaires ont ainsi su réagir à la crise, en mettant en place des solutions d'accompagnement, afin que les entreprises puissent avoir une continuité de suivi de leurs activités. Les solutions innovantes contre la crise, comme par exemple la création d'une « marketplace » au Bénin, révèlent en fait une vraie capacité de mobilisation et de résilience des chambres consulaires.

¹ Incluant les Chambres de commerce et d'industrie (CCI), les Chambres de métiers et d'artisanat (CMA), et les Chambres d'agriculture (CA).
² Gérard Gérold, Mathieu Mérino. Le Covid-19 et l'Afrique : premières réflexions. Note n°28/20 de la Fondation pour la recherche stratégique parue le 24 Avril 2020.
³ Gérard Gérold, Mathieu Mérino. Le Covid-19 et l'Afrique : premières réflexions. Note n°28/20 de la Fondation pour la recherche stratégique parue le 24 Avril 2020.