Features

Une nouvelle stratégie pour traiter l'inégalité entre les genres

7 mars 2016
ITC Nouvelles
Aucun pays, aucune économie, aucune entreprise ou communauté ne pourra relever les défis actuels ou atteindre son potentiel sans leurs femmes

Il est clairement établi que lorsque les pays valorisent les femmes et les filles autant que les hommes et les garçons; lorsqu'ils investissent dans la santé, l'éducation et la formation; lorsqu'ils offrent aux femmes plus d'opportunités de participer à l'économie, gérer des revenus, détenir et diriger des entreprises, les bénéfices ne touchent pas seulement les femmes et les filles, mais aussi leurs enfants et leurs familles, leurs communautés, la société et l'économie en général.

Tel est l'esprit de la nouvelle Stratégie pour l'égalité des genres du Groupe de la Banque mondiale, qui dresse une voie ambitieuse vers l'amélioration des opportunités offertes aux femmes et aux filles non seulement parce que cela est moralement correct, mais parce que cela est essentiel au développement économique.

Forte de plusieurs mois de consultations dans 22 pays auprès de gouvernements, d'organisations de la société civile, du secteur privé et d'autres acteurs concernés, cette nouvelle stratégie s'appuie sur des éléments solides qui démontrent que les lacunes persistantes entre hommes et femmes entraînent des coûts considérables au niveau mondial qui peuvent et doivent être examinés.

Par exemple, dans certains pays les femmes sont empêchées d'ouvrir des comptes bancaires ou d'obtenir des crédits; de plus, souvent elles ne possèdent pas les biens requis par les banques comme garantie. Un projet visant à faire reconnaitre des biens tels que les marchandises figurent parmi les projets prometteurs visant à surmonter ces obstacles afin qu'elles puissent accéder aux crédits. Pour celles qui ne sont pas en mesure de prouver leur identité, problème qui résulte souvent du manquement à enregistrer la naissance des filles, des documents tels que des factures peuvent aider les femmes à ouvrir des comptes bancaires, ce qui est étroitement lié à la réduction de la pauvreté.

Notre stratégie est basée sur quatre objectifs indispensables pour un monde plus équitable: réduire le taux de mortalité maternelle et éliminer les lacunes en matière de santé et d'éducation; créer plus d'emplois; éliminer les inégalités entre hommes et femmes en matière de propriété et de contrôle sur des biens essentiels tels que la terre, le logement, la technologie et la finance; et accroître la capacité des femmes de prendre leur vie en main. Elle est axée sur des interventions prometteuses qui produisent des résultats tangibles qui transforment des vies, assurent vraiment des conditions équitables et créent des opportunités pour tous.

Au Bangladesh, par exemple, les investissements dans le planning familial ont permis d'améliorer la santé des femmes, de réduire le taux de mortalité infantile et d’accroître la participation des femmes dans la force de travail. Cela devrait entraîner une croissance de 2% au cours des dix prochaines années. En Amérique latine et dans les Caraïbes, la participation des femmes dans la force de travail a augmenté de 7% en 2000-2012. Selon la Banque mondiale, cela aurait entraîné une réduction de 30% de l'extrême pauvreté et une réduction de 28% de l'inégalité dans la région pendant la dernière décennie.

Réduire l'écart de productivité entre hommes et femmes dans des secteurs tels que l'agriculture favorise la croissance de l'économie des pays à faible revenu. L'une de nos plus récentes études a montré que l'élargissement de l'accès des agricultrices à la terre, au capital et aux services financiers non seulement entraînerait une véritable augmentation du PIB mais garantirait aussi une forte réduction du nombre de personnes souffrant de la faim.

ALLER DE L'AVANT

Nous sommes maintenant face au défi stimulant de mettre en oeuvre notre nouvelle approche et de créer des solutions adaptées aux contextes spécifiques à chaque pays et de miser sur ce qui fonctionne le mieux. Nous ciblerons des domaines dans lesquels nous pouvons apporter une véritable transformation et développer des partenariats tout en collaborant étroitement avec le secteur privé. Nous allons innover et évaluer.

L'infrastructure est un domaine prometteur souvent négligé lorsqu'il s'agit de promouvoir et mettre en oeuvre l'égalité des genres. Les femmes utilisent davantage les transports publics que les hommes; répondre à leurs besoins en matière de transports sûrs, fiables et abordables pourrait ouvrir un nouveau monde du travail et des opportunités pour les femmes en particulier tout en créant un meilleur système de transport pour tous.

Au Brésil, par exemple, la Banque mondiale a conçu et soutenu un programme visant à moderniser le système de transport tentaculaire de Rio de Janeiro, en tenant compte des taux élevés de violence à caractère sexiste et en élaborant le réseau urbain de façon à ce qu'il offre une large palette de services aux femmes. Maintenant, toutes les gares ont des toilettes pour femmes et un meilleur éclairage, et cinq d'entre elles offrent des services juridiques, médicaux et de conseil aux femmes victimes de violence. Une initiative similaire est en cours en Équateur.

L'inégalité des genres est encore l'un des plus grands obstacles à la prospérité partagée. Aucun pays, aucune économie, aucune entreprise ou communauté ne pourra relever les défis actuels ou atteindre son potentiel tant que tous ses citoyens n'auront pas atteint les leurs. Nous nous réjouissons d'améliorer notre action dans ce domaine de manière à nos rendre égaux.