Features

Un environnement de services favorable au secteur manufacturier et à l'agriculture

30 avril 2014
ITC Nouvelles
En décomposant la manière dont les services contribuent à la valeur globale des produits, les experts du Conseil national suédois démontrent l'importance de ceux-ci et soulignent le besoin d'un environnement des affaires propice.

Les marchés de services efficaces sont essentiels pour la production manufacturière et agricole et pour le commerce. Les gouvernements qui souhaitent accroître leur compétitivité dans ces domaines travaillent dans le sens de les mettre en place.

Les services représentent maintenant une grande partie de la valeur finale des marchandises, un processus souvent appelé servicification. Les entreprises des secteurs manufacturier et agricole achètent, produisent, vendent et exportent plus de services

qu'auparavant. La servicification résulte d'une répartition géographique grandissante des chaînes de valeur, du besoin de réduire les coûts et d'améliorer l'efficacité, de l'émergence de nouvelles technologies et du souhait d'approfondir les relations avec les clients.

Le Conseil national du commerce a établi la cartographie des besoins en services d'une entreprise manufacturière et d'une entreprise agricole en Suède. Les deux avaient besoin de plus de 40 services différents pour vendre et acheminer leurs produits. Elles s'appuyaient surtout sur les services commerciaux, de communication, financiers et de transport. De plus, les entreprises elles-mêmes offraient des services à leurs clients.

La servicification est étroitement liée aux chaînes de valeur mondiales (CVM). Les services sont des vecteurs pour accroître la production et deviennent peu à peu des tâches séparées dans la chaîne de valeur. Pour que les CVM soient économiquement viables, les entreprises doivent avoir accès à des services de haute qualité à un prix compétitif. Le fait de décomposer les coûts de production des CVM souligne l'importance des services, qui représentent souvent quatre cinquièmes de la valeur totale.

Les services, tout comme la manufacture, peuvent être décomposés en tâches, répartis géographiquement et constituer des chaînes de valeur à part entière.

Pour participer au commerce international et aux CVM, les entreprises s'appuient également sur des personnes et des informations mobiles. Ces dernières ont besoin du mouvement de personnes pour accéder aux marchés et aux compétences, fournir des services aux clients, ouvrir de nouveaux bureaux et gérer l'entreprise. Le transfert de données est nécessaire dans le cadre des processus opérationnels et des travaux internes. Les obstacles au transfert de données pourraient, entre autres, nuire à la capacité d'effectuer des échanges commerciaux et d'améliorer l'efficacité.

Les services dans les chaînes de valeurdes PED

Les entreprises des PED sont aussi dépendantes des services. Une étude intitulée’’Inter-Industry linkages of services in the Bangladesh economy (with a case study of the ready-made garments industry) and potential service trade’’menée en 1999 par A.K. Azad a montré que les services externes dépassaient 20% de la production totale de l'industrie du vêtement bangladaise.

Cependant, ce n'est pas clair dans quelle mesure les entreprises non actives dans le secteur des services dans les PED utilisent et vendent plus de services, c'est-à-dire si le processus de servicification est global. S'il ne l’est pas, les entreprises des PED sont perdantes en termes de compétitivité à l'échelle internationale.

Le rôle clé joué par les services dans la facilitation de la production, des CVM et du commerce appelle les gouvernements à oeuvrer en faveur de la création d'un environnement commercial favorable aux services. Cela comprend permettre aux entreprises de développer leur capacité à offrir des services et à assurer que des services efficaces soient disponibles localement. Une logistique efficace des services et une infrastructure fiable sont liées à une circulation efficace des marchandises et à la capacité de coordination de la production et de la participation aux CVM.

Les services de technologies de l’information et de la communication (TIC) permettent la commercialisation des services et leur échange en tant que tâches isolées. Les TIC ont un impact important sur la capacité des services à soutenir les chaînes de valeur. Les services financiers, en particulier les assurances, sont aussi essentiels dans ce processus.

Hélas, plusieurs PED tendent à restreindre le mouvement de services, de personnes et de données, limitant ainsi la capacité de leurs entreprises de devenir compétitives et de participer au commerce mondial et aux chaînes de valeur. Par exemple, les pays en développement sans littoral (PDSL) ont pour habitude de restreindre les services nécessaires à les connecter au monde, tels que les télécommunications et le transport aérien (voir Borchart et al. (2012)Landlocked or Policy Locked? How Services Trade Protection Deepens Economic Isolation’)..

Services: 45% du commerce mondial

Les statistiques sur le commerce à valeur ajoutée, qui mesurent la valeur réelle créée dans chaque étape de la production, peuvent être utiles pour comprendre l'importance des services. Ces données permettent de comprendre comment les pays s'appuient sur les services en tant que facteurs de production dans le cadre de leurs exportations. En termes de valeur ajoutée, environ 45% de la valeur des exportations mondiales provient des services. La contribution la plus importante des services se trouve dans les PED et dans certaines économies émergentes. Malheureusement, les statistiques ne sont disponibles que pour un nombre limité de pays et ce sont des chiffres globaux. Idéalement, l'on devrait récolter des données sur l'utilisation et la vente de services par les entreprises des PED afin d'aider à influencer les stratégies nationales sur la manière d'aider leurs entreprises.

Cet article est basé sur les études suivantes menées par le Conseil national du commerce:

  • Servicification: ‘At your service’ (2010), ‘Everybody is in services’ (2012) and ‘Just add services’ (2013).
  • Services in global value chains: ‘Minecraft brick by brick’ (2013) and ‘Global value chains and services – an introduction’ (2013).
  • Movement of people: ’Making trade happen’ (2013).
  • Movement of data: ‘No transfer, no trade’ (2014).

Certaines de ces études sont disponibles sur http://www.kommers.se/In-English/Global-value-chains/.