Stories

Story : Start-ups ougandaises : Une partie de la solution pour lutter contre le COVID-19

8 avril 2020
ITC Nouvelles
Des start-ups en Ouganda développent des solutions innovantes pour aider les consommateurs et les entreprises à survivre au COVID-19

 

Les conséquences du COVID-19, telles que le confinement, la fermeture des frontières, l’interruption des transports et les couvre-feux, se font également ressentir en Ouganda.

L'incertitude grandissante des marchés a entraîné une baisse de revenus pour de nombreuses petites entreprises. Cependant, les plus innovantes font de leur mieux pour transformer cette crise en une opportunité, non seulement pour se maintenir à flot, mais également pour aider les consommateurs et d’autres entreprises à surmonter la pandémie et limiter les dégâts.

Nous vous présentons quelques exemples étonnants de stratégies innovantes mises en place par des start-ups en e-commerce face à la crise actuelle.

Forfaits repas prépayés

La clientèle de la boucherie en ligne a radicalement changé, compte tenu du fait que de nombreuses entreprises clientes ferment temporairement leurs portes et que d’autres réduisent leur demande. Le directeur général, Tony Ayebare, affirme que certes la boucherie en ligne a perdu beaucoup de ses clients traditionnels, mais que son entreprise rencontre un succès inattendu. « Les commandes de viande de la start-up sont montées en flèche du jour au lendemain, passant de 10 commandes par jour à 150 en deux semaines ».

« De plus en plus de personnes réalisent qu'ils peuvent désormais acheter de la viande sans quitter leur domicile. Ceci nous permet d’atteindre l'un de nos objectifs, à savoir être connu du grand public dans le domaine de la viande et de produits à base de viande », a déclaré M. Ayebare.

Cette entreprise propose désormais un nouveau service appelé « forfaits repas prépayés » pour soulager les Ougandais qui doivent préparer chaque repas de la journée. Avec un forfait hebdomadaire ou mensuel, les clients peuvent se faire livrer les déjeuners et les dîners au pas de leur porte.

Produits fermiers frais

Les affaires sont également en plein essor pour Bringo Fresh. Leur plateforme en ligne permet aux clients de commander des produits frais et biologiques, et de se les faire livrer à domicile. Les commandes ont commencé à grimper immédiatement après la confirmation du premier cas COVID-19 en Ouganda, et le volume de chaque commande a augmenté d'environ 150 %, explique Lysandra Chen, responsable des relations publiques.
En signe de solidarité, la start-up a réduit ses frais de livraison pour mieux soutenir sa communauté en cette période difficile.

« Nous achetons davantage auprès de nos agriculteurs et nous commerçons avec un plus grand nombre d’entre eux. Après la pandémie, nous prévoyons de plus grands projets avec nos agriculteurs », a déclaré Mme Chen.

« Être adapté à une situation comme celle-ci »

La propagation du COVID-19 a réduit les efforts de Xente dans sa levée de capitaux et a forcé la technologie de pointe à revoir ses objectifs, déclare le directeur général Allan Rwakatungu. Mais elle a également créé des opportunités et a renforcé l'importance des solutions numériques et paiements en ligne, la raison d'être de Xente.

Xente aide les petites entreprises de Kampala à maintenir leur activité pendant la crise en les répertoriant comme vendeurs sur leur plateforme. La start-up a renoncé aux frais et commission d’adhésion pendant trois mois pour les microentreprises, a déclaré M. Rwakatungu.

Migrer vers une plateforme de vente en ligne permet aux commerçants d’adopter le paiement en ligne. Elle leur donne également accès à plus de 50 000 clients de la plateforme et à une cinquantaine d'entreprises, offrant elles aussi des options de paiement en ligne.

La crise met en évidence les avantages de la numérisation

La hausse remarquable des paiements en ligne a été bénéfique à ChapChap.

ChapChap a introduit des services de paiement mobile pour ses quelque 6 000 clients. La start-up a également intégré une fonction de convertisseur qui rend les paiements en ligne possibles et pratiques depuis la maison.

« Plusieurs entreprises ont maintenant besoin d’un système de reçus en ligne fiable », a expliqué Emmanuel Emodek, directeur général. Intégrer le convertisseur aux options de paiement mobile crée « un voyage unique et simple pour le client ».

Avec seulement 1 % de sa clientèle ayant adopté le paiement mobile, les revenus quotidiens de ChapChap ont déjà augmenté de 10 %.

Mfeyti fournit des données sur le COVID-19

Mfeyti apporte une solution aux Ougandais à la recherche d'informations précises et actualisées sur la situation du COVID-19. Avant la pandémie, Mfeyti était une plateforme permettant aux consommateurs de détecter les contrefaçons de médicaments. Depuis l'épidémie, la start-up a ajouté deux nouvelles plateformes interactives via Facebook Messenger fournissant des informations clés concernant la crise : Mfetyi-Covid et MFeyti.

Cela fonctionne également sur une interface de messagerie interactive via WhatsApp, qui fournira bientôt les mêmes services, a déclaré le directeur général Benjamin Bimanywaruhanga. Cette interface de messagerie instantanée robotisée, actuellement en phase de test, permettra à Myefti de surveiller et de déterminer le pronostic des patients en quarantaine toutes les heures.

« Nous sommes à la recherche d'un soutien financier pour nous développer et aider davantage de personnes. Nous avons besoin de soutien pour gérer et maintenir nos services pendant la crise. L’avantage de nos services réside dans leur capacité à être répliqués n'importe où ».


Netherlands Trust Fund IV (NTF IV)

Myefti, ainsi que la boucherie en ligne, Bringo Fresh, Xente et ChapChap, sont soutenus par le projet NTF IV en Ouganda. L'Autorité nationale des technologies de l'information en Ouganda a également recommandé d’autres outils efficaces pendant cette crise, tels que AkelloBanker, ClinicMaster, Makanika Dot Com, Safeboda, Kola Studios, Yunga Tech, Kaino et Swipe2pay (qui font également partie de l'initiative NTF IV).s.

Le projet NTF IV est basé sur un partenariat entre le Centre du commerce international et le Centre néerlandais pour la promotion des importations en provenance des pays en développement (CBI), et est financé par le ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas.