Features

Plus d'intégration, moins de pauvreté

2 juillet 2015
ITC Nouvelles

L'Afrique est la région la moins intégrée du monde en termes de flux commerciaux internes. Pendant des décennies, les échanges entre les pays africains a oscillé autour de 10% du total de échanges dans le continent, bien audessous des 70% en Europe, 50% en Asie ou même des 20% en Amérique latine. Une étude menée par l'ITC a montré que les exportations africaines se heurtaient souvent à des obstacles plus importants dans les pays voisins que dans d'autres régions du monde.

Cependant, le 10 juin, des dirigeants de 26 pays de l'Afrique de l'Est et du Sud réunis dans un hôtel à Sharm el-Sheikh, en Égypte, ont montré leur détermination à récolter les bénéfices économiques d'un commerce régional plus important, en signant un accord pour la création d'une zone de libre-échange tripartite.

Ensemble, les trois communautés économiques régionales couvertes par le nouvel accord – la Communauté de l'Afrique de l'Est (CAE), la Communauté de développement de l’Afrique australe (CDAA) et le Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA) – représentent 58% du PIB du continent et regroupent une population de 600 millions de personnes.

Le soutien à l'intégration régionale, en particulier au commerce et à l'investissement Sud-Sud, est l'un des principaux axes du travail de l'ITC. Notre expérience nous a montré que la signature d'accords ne suffit pas à assurer le développement du commerce intra-régional. Même après la réduction ou la suppression des tarifs sur le papier, les procédures douanières complexes, les boulets d'étranglement et une pléthore de mesures non tarifaires peuvent freiner les échanges et décourager les entreprises désireuses d'étendre leurs activités au-delà des frontières voisines. Le commerce régional est souvent entravé par des contraintes liées à une offre limitée. Parfois, le problème est plus simple: il se peut que les commerçants simplement ignorent l'existence d'un accord régional!

L'ITC collabore avec les gouvernements, le secteur privé et les institutions d’appui au commerce (IAC) afin d'assurer que les entreprises, surtout les PME, sont en mesure de tirer profit des accords commerciaux.

Nos projets et programmes élargissent l'accès à des renseignements de pointe relatifs au commerce et aux marchés. Avant même la conclusion d'un accord commercial entre les Membres de l'OMC en 2013, nous soutenions déjà les pays dans le monde dans leurs efforts en faveur d'une réforme des procédures douanières et à la frontière pour réduire les coûts et faciliter le passage de marchandises et de services.

Ces dernières années, les mesures non tarifaires, qui peuvent engendrer des coûts commerciaux allant de 20% à 30% des droits d'importation, ont fait l'objet de l'un des principaux programmes de l'ITC. À travers les sondages auprès des entreprises et les dialogues avec les parties prenantes, l'ITC aide à identifier les principaux obstacles rencontrés par les entreprises en matière d'importation et d'exportation et recommande des politiques et systèmes visant à traiter ces obstacles. On constate que très souvent, les politiques que les hommes et femmes d'affaires identifient comme étant les principaux obstacles au commerce sont internes, à l'instar de la procédure complexe pour l'obtention d'une licence d'exportation. La solution à ces problèmes est essentielle pour la réussite des accords commerciaux régionaux. Elle se trouve souvent à l'interne, pas chez les partenaires commerciaux du pays.

Il ressort des études que l'intégration efficace du commerce régional peut engendrer la croissance et la prospérité, ce qui contribue à la paix et à la sécurité. Les accords commerciaux régionaux, lorsqu'ils sont bien conçus et mis en oeuvre, peuvent également amener à une meilleure intégration dans le commerce mondial et dans les chaines de valeur internationales. Un renforcement ciblé des capacités peut contribuer à la prospérité des PME dans les marchés régionaux.

L'ITC est prêt à soutenir les États membres de la zone tripartite de libreéchange, et tout autre pays et région oeuvrant en faveur d'une meilleure intégration régionale, que ce soit en Afrique, en Asie, en Amérique latine ou dans le Pacifique. Il s'agit d'un des meilleurs outils dont nous disposons pour un commerce meilleur, pour plus de prospérité, de paix et, surtout, pour réduire le nombre de personnes vivant dans la pauvreté.