Features

Opportunités et embûches pour les PMA dans les chaînes de valeur

30 septembre 2013
ITC Nouvelles
Comment les entreprises dans les pays les moins développés peuvent évoluer au sein des chaînes de valeur mondiales.

La fragmentation et la séparation géographique des activités de production ont créé de nouvelles opportunités pour les PMA, leur permettant de participer au nouvel ordre émergeant dans les marchés mondiaux. Pour les PMA, cela signifie qu'ils peuvent maintenant participer à une ou plusieurs étapes du processus de production puisqu'ils n'ont pas besoin de tout connaître sur le produit fini pour participer aux chaînes de valeur mondiales.

Malgré leurs faiblesses au niveau de l'offre et des capacités institutionnelles, plusieurs PMA se font une place dans le système de production international, en constante évolution. Certains PMA ont trouvé un créneau dans une série de chaînes transfrontalières de production (produits de base). Cela leur a ouvert des possibilités de se diriger vers l'industrialisation, démontrant progressivement leur compétence en effectuant une ou plusieurs étapes d'un processus de production complet. En d'autres termes, les PMA peuvent chercher à se spécialiser dans un segment d'activités bien défini dans la chaîne de valeur, et rentabiliser leurs efforts.

De nombreux PMA ont déjà démontré posséder des avantages spéciaux en matière d'agriculture et de ressources naturelles, ainsi que dans le secteur manufacturier. Or, les entreprises basées aux PMA ne sont en général pas les leaders ou les fournisseurs de premier rang des chaînes de valeur, se situant souvent en deuxième ou troisième place. Cela laisse entendre que ces entreprises doivent moderniser leurs compétences produits, ce qui leur permettrait d'exploiter une part plus importante du processus de production. La modernisation des entreprises des PMA peut se faire au niveau des produits et aussi des processus. Inversement, l'incapacité d'affronter les risques et menaces inhérents à l'environnement commercial mondial signifierait la marginalisation, voire l'exclusion, des entreprises des PMA de la structure de production internationale émergente.

La participation des PMA dans les chaînes de valeur

Le taux de participation des PMA dans les chaînes de valeur mondiales varie selon les secteurs et leur choix de segments des chaînes de valeur: production, traitement ou marketing. Selon les estimations de l'auteur de l'étude menée pour l'ITC intitulée Participation des PMA dans la chaîne de valeur mondiale: tendances, déterminants et défis, 67% des PMA se trouvent en Afrique, et la plupart de ces chaînes de valeur sont liées aux pays africains, suivis par l'Asie et les pays insulaires. Comme les pays africains disposent de produits agricoles, minéraux et autres ressources naturelles, 70% de leurs chaînes de valeur sont liées à ces secteurs primaires. D'un autre côté, les chaînes de valeur dans les PMA asiatiques traitent principalement de produits agricoles et manufacturés, ce qui correspond à leurs structures économiques ainsi qu'à la composition de leurs échanges.

Il est à noter que la plupart des chaînes de valeur opérant dans les PMA ont une étendue limitée, ce qui indique que les opérations sont concentrées sur des secteurs spécifiques (p. ex. extraction de ressources ou production). La nature et l'étendue de la participation des PMA en tant que fournisseurs dans différentes chaînes de valeur varie également en ce qui concerne le montant du capital. Par exemple, leurs niveaux de production, leur conformité aux spécifications des acheteurs et leur capacité à répondre à des demandes d'approvisionnement de dernière minute.

L'étude montre qu'en raison du manque de capacité de production et de capacité à répondre à la demande, les fournisseurs basés dans ces pays sont rarement à même de se positionner au premier rang dans les chaînes de valeur mondiales.

Il existe trois formes de production dans une chaîne de valeur: produits bruts, produits intermédiaires et produits finis. Alors que les PMA participent aux trois, leur part de production dans les trois étapes varie dans les différentes chaînes de valeur. 47% de leur production concerne les produits bruts, 39% les produits intermédiaires et seulement 14% les produits finis. Les entreprises des PMA perdent donc une part importante de valeur ajoutée lorsqu'elles exportent leurs produits. Cela illustre clairement le besoin pour les décideurs politiques – au niveau mondial comme au niveau national – de faire davantage pour assurer une augmentation de la valeur ajoutée pour les PMA afin d'améliorer leur participation dans les chaînes de valeur mondiales.

Les défis à venir

Il est évident que les PMA sont désavantagés dans l'exploration de leur potentiel dans les chaînes de valeur mondiales. Dans l'agriculture, par exemple, les défis au niveau de la production comprennent le manque de produits de qualité, l'accès limité aux technologies modernes, les opérations à petite échelle et le manque d'employés qualifiés. Au stade du traitement, le secteur agricole souffre de la faible capacité de stockage, du manque de gestion après-récolte, des mauvaises installations de conditionnement et des structures d'assurance-qualité limitées. Le marketing de produits agricoles est souvent entravé par les coûts élevés de certification, le mauvais conditionnement, les connaissances limitées des marchés internationaux, l'incertitude des prix et les systèmes de transport peu fiables. D'autres secteurs, tels que l'extraction et la manufacture, se heurtent à des difficultés similaires.

Les difficultés logistiques sont également considérées comme un goulet d'étranglement majeur dans le développement des chaînes de valeur dans les PMA. Les pays sans littoral d'Afrique et de l'Asie ainsi que les États périphériques sont particulièrement désavantagés. En raison de mauvaises conditions de transport jusqu'aux ports, les pays sans littoral n'ont que peu de marge pour développer leurs chaînes de valeur autrement qu'à travers les marchés voisins (surtout pour leurs produits finis), autant à l'exportation qu'à l'importation. De surcroît, la volatilité politique dans plusieurs PMA, qui affecte un environnement de travail fluide, nuit également aux perspectives d'une participation plus importante de ces pays dans les chaînes de valeur mondiales.

Même si plusieurs pays ont pris des mesures pour diminuer les tracas dans les affaires en obtenant les licences ou les certificats requis pour les procédures douanières, le développement de chaînes de valeur compétitives dans les PMA est encore à venir. S'il est vrai que les coûts des affaires pour les start-ups ont diminué dans plusieurs pays, ils restent encore très élevés pour les PME. En plus de cela, des procédures douanières complexes et lourdes ont aussi empêché les PMA de participer davantage aux chaînes de valeur mondiales.

Affronter les défis

La politique publique a clairement un rôle important à jouer pour que les PMA réalisent leur plein potentiel de participation dans les chaînes de valeur mondiales. Quelques mesures de soutien peuvent être prises afin de faciliter ce processus et affronter ces difficultés. Parmi celles-ci, le développement des capacités productives des PMA, le développement des infrastructures commerciales, l'amélioration de l'accès aux produits frais et de la logistique, la création de politiques commerciales et industrielles à caractère prospectif et la promotion de la mobilité sociale.

Pour renforcer leur présence dans les chaînes de valeur, les entreprises des PMA doivent faire valoir leur position économique et améliorer leurs processus de production ainsi que leurs produits. Cependant, l'évolution au sein des chaînes de valeur ne signifie pas nécessairement l'évolution sociale (et de meilleurs salaires pour les employés). Pour cela, les PMA doivent créer des politiques adéquates afin d'assurer la capacité de leurs entreprises et travailleurs d'avancer économiquement et d'évoluer dans les chaînes de valeur mondiales.