Communiqués de presse

L’impact de la fermeture de l’espace aérien européen sur les exportations horticoles africaines

30 novembre 2010
ITC Nouvelles

Préparé par le Service des nouvelles des marchés de l’ITC en collaboration avec les experts du secteur horticole

Les exportateurs des pays en développement, en particulier les producteurs africains de denrées périssables, ont été durement touchés par la fermeture de l’espace aérien européen suite à l’éruption du volcan islandais Eyjafjallajokull le 14 avril 2010. L’Europe est le premier marché pour les exportations horticoles africaines, par exemple les fleurs coupées, et l’impact total causé par les sept jours de perturbation du fret aérien n’est mesuré que maintenant.

Les effets peuvent être mesurés dans la quantité de fleurs coupées exportées aux Pays-Bas, le plus grand marché aux fleurs. La semaine du 12 avril, 84,7 millions de fleurs coupées étaient importées en Europe, tandis que la semaine du 19 avril, 46,5 millions seulement étaient fournies, selon la Fédération des marchés aux fleurs des Pays-Bas (VBN). La quantité de gypsophiles (100% importées, principalement du Kenya) était de 2,83 millions de tiges à 0,16 € la semaine du 12 avril, comparé à 1,38 millions de tiges à 0,34 € la semaine du 19 avril - une baisse de 45% en termes d’approvisionnement et une augmentation de 109% en termes de prix en seulement une semaine. La semaine du 26 avril, la quantité totale de gypsophiles arrivées sur les marchés aux fleurs des Pays-Bas atteignait les 3,63 millions de tiges à un prix de 0,25 € par tige, indiquant que la situation était revenue à la normale.

Cette crise illustre la manière dont les désastres naturels ont mis en évidence la vulnérabilité du transport de fret aérien et celle de ceux qui en dépendent. Selon Eurostat, le fret aérien total entrant et sortant des 16 pays de la zone euro a augmenté jusqu‘à atteindre 9,8 millions de tonnes en 2008 par rapport à 3,1 millions de tonnes en 2000. L’Union européenne a évoqué une compensation pour le secteur aérien mais aucune suggestion explicite de ce type n’a été faite aux producteurs africains.

Kenya

Les exportations de produits horticoles sont la plus grande source de recettes en devises étrangères du Kenya et l’année dernière le secteur valait plus de 900 millions de dollars, ou un-cinquième de l’économie kényane. Lors de la fermeture de l’espace aérien, une perte journalière de 1 million de dollars était rapportée. Jane Ngige, Présidente du Conseil des fleurs du Kenya, a indiqué que 500 000 emplois ont été touchés sur le marché des fleurs.

Afin de s‘adapter, les producteurs et les exportateurs ont dû revoir leurs budgets, replanifier les programmes sur les exploitations agricoles et congédier temporairement les travailleurs journaliers. Les petits exploitants agricoles ayant financé leurs opérations au moyens de prêts bancaires finiront par manquer à leurs paiements et mettront en péril leurs possibilités de recevoir un financement pour la prochaine saison, selon Philip Mbithi, Président de l’Association des exportateurs de produits frais du Kenya. Le 21 avril, 1 000 tonnes de fleurs étaient envoyées en Espagne par avion et transportées par route à Paris et Amsterdam. “Ceci réduit de 60% notre marge de profit, mais c’est mieux que rien,” a dit M Mbithi.

Ethiopie

En 2009, le secteur horticole de l’Ethiopie était estimé à 150 millions de dollars et employait environ 50 000 personnes. #Plus de 80% des exportations de fleurs sont destinées à l’Europe et, selon Tsegaye Abebe, Président de l’Association éthiopienne de producteurs et d’exportateurs horticoles, une perte de 2,36 millions de dollars a été enregistrée en raison de la fermeture du trafic aérien.

L’Association éthiopienne des producteurs et des exportateurs horticoles et l’Association éthiopienne de développement de l’horticulture ont indiqué que 100 tonnes de fleurs expédiées en Europe ont été rendues après être arrivées en Egypte. 80 tonnes de roses supplémentaires se sont fânées en attendant d’être transportées.

Ouganda

En 2008, le secteur des fleurs coupées de l’Ouganda représentait plus de 28 millions de dollars et le secteur des fruits et des légumes représentait plus de 5,5 millions de dollars. Le Comité de promotion des exportations de l’Ouganda a indiqué que des pertes de 4 millions de dollars ont été estimées lors de la fermeture du traffic aérien.

Le Mouvement national de l’agriculture biologique de l’Ouganda a indiqué qu’entre 80 et 150 tonnes de denrées périssables d’origine biologique n’avaient pas été expédiées. Certains des produits ont été vendus sur les marchés locaux, parfois à un prix inférieur au coût de la production. Mashamba, un exporateur local de fruits et légumes, a donné 50 tonnes de fruits et de légumes aux orphelinats locaux.

Afrique du Sud

Les exportations de fleurs représentent environ 400 millions de rands sud-africains (54 millions de dollars) par an et 70% sont destinées au marché européen.

Bien que le marché des exportations de fleurs d’Afrique du Sud n’ait pas été aussi touché que d’autres pays d’Afrique de l’Est, Rene Schoenmaker, Président de l’Association des floriculteurs, a souligné que le marché local était inondé de fleurs qui n’auraient normalement pas été vendues en Afrique du Sud. "Cela n’a pas été une bonne chose pour les prix au niveau local et environ 5 000 fleurs ont dû être détruites," a-t-il dit. Le 20 avril, des pertes d’environ 2,4 millions de rands (325 000 dollars) ont été enregistrées dans le secteur floral.

Tanzanie

Selon l’Association d’horticulture de Tanzanie, le secteur horticole a généré environ 140 millions de dollars du marché des devises étrangères en 2008 - dix fois la valeur générée en 2002. Les exportations horticoles vers les marchés étrangers représentaient un total de 92 250 tonnes, principalement des fleurs coupées, 70% étant expédiées en Europe.

Jacquiline Mkindi, Secrétaire exécutive de l’Association horticole de Tanzanie, a souligné la perte quotidienne d’environ 250 000 € (330 000 dollars), due aux fleurs n’ayant pas été expédiées, et le manque de travail dont ont également souffert les travailleurs journaliers.

Zambie

Les exportations hebdomadaires de fleurs et de légumes vers l’Europe représentent au total entre 120 et 150 tonnes et 95% des exportations de fleurs coupées de Zambie sont destinées aux Pays-Bas. Le secteur des fleurs et des légumes a perdu environ 150 000 dollars par jour à cause de la fermeture de l’espace aérien européen.

Colin Rhoda, chef de l’Association des producteurs-exportateurs de Zambie, aurait déclaré que tous les produits d’exportation devraient être jetés car "nous dépendons entièrement des services de fret aérien hors de la Zambie."

Semaine de travail, 19 avril 2010
www.businessweek.com/news/2010-04-19/african-flower-exports-to-europe-halted-by-icelandic-volcano.html

Comité de promotion des exportations de l’Ouganda, 23 avril 2010
www.ugandaexportsonline.com/2009/home.php

Ambassade des Pays-Bas à Lusaka en Zambie
www.netherlandsembassy.org.zm/en/trade.html

BBC News, 20 avril 2010 http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/8631439.stm