Features

Les droits des femmes et leur autonomisation au coeur du programme du développement durable

6 mai 2015
ITC Nouvelles

Depuis la quatrième Conférence mondiale sur les femmes qui a eu lieu à Beijing en 1995, plusieurs pays ont adopté d'importantes mesures pour faire avancer les droits des femmes et leur autonomisation.

New laws, initiatives and campaigns are helping to curb discrimination and violence against women and girls. Most countries have achieved, or are close to achieving gender parity in primary education. A number have gone further, laying the ground for women’s equal participation in government, economies, and societies.

De nouvelles lois, initiatives et campagnes aident à lutter contre la discrimination et la violence à l'égard des femmes et des filles. Plusieurs pays sont parvenus à l'égalité entre les sexes dans le cadre de l'éducation primaire, ou sont sur le point de le faire. Certains sont allés plus loin et ont posé les jalons de la participation équitable des femmes dans les gouvernements, les économies et les sociétés.

La Conférence de Beijing et le Plan d'action qu'elle a établi ont poussé un grand nombre à agir. Cette issue a marqué un tournant dans le programme d'égalité des sexes au niveau mondial. Cela n'a pas été facile.

Lorsque les négociateurs sont arrivés à Beijing, plus de 30% du projet du Programme d'action était entre parenthèses, reflétant le désaccord sur des sujets allant de la santé aux droits des enfants. Ce nonobstant, les défenseurs d'un changement radical en faveur des femmes l'on emporté. À ce jour, le résultat est considéré comme une référence en matière de politique mondiale sur l'égalité des sexes.

La Déclaration du Millénaire de l'an 2000 et les objectifs du Millénaire pour le développement qui ont suivi ont renforcé l'importance des engagements pris à Beijing. Le troisième OMD était consacré à l'égalité des sexes, alors que l'objectif 5 visait à améliorer la santé maternelle – y compris à travers l'accès à la santé sexuelle et procréative. Dans la pratique, l'autonomisation des femmes s'est avérée essentielle pour atteindre ces deux objectifs.

Par exemple, elle a bénéficié aux économies en développement. Lorsque les femmes ont pu acquérir des compétences et démarrer une entreprise, le revenu des familles et leur capacité productive ont augmenté, lançant un cercle vertueux d'inclusion, de croissance et de développement.

Cependant, de nombreuses femmes ne parviennent pas à accéder aux services de santé sexuelle et procréative. Le mariage des enfants et la violence domestique représentent des obstacles au développement. Les femmes peuvent se voir refuser l'accès à la terre, ou même à un compte bancaire. Ces inégalités empêchent l'autonomisation des femmes.

Les dirigeants mondiaux participant au Sommet spécial des Nations Unies sur le développement durable en septembre devront se montrer aussi déterminés que les délégués à Beijing il y a 20 ans et accepter de mettre les droits et l'autonomisation des femmes au coeur de l'agenda mondial du développement. Autrement, les ODD ne pourront pas être atteints. Aucune société ne peut développer son potentiel sans une participation pleine et équitable des femmes dans leurs familles, communautés et nations.

Face aux défis actuels à l'échelle mondiale, il faut agir en faveur de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes. La volatilité est la nouvelle normalité dans l'économie, la politique, les sociétés et l'écosystème climatique. Les femmes autonomes doivent participer à l'élaboration et à la mise en place de stratégies qui renforcent la résilience et font progresser le développement durable dans la période de l'après-2015.

Le PNUD cherche à faire avancer l'égalité des sexes dans tous les aspects de son travail. Dans plus de 80 pays, nous soutenons les femmes afin qu'elles gagnent leurs vies et deviennent moteurs du développement durable. À travers les programmes de pays, le PNUD oe uvre afin d'éradiquer la pauvreté, la marginalisation, la dégradation environnementale et la violence qui amplifie l'inégalité entre les sexes.

Le PNUD encourage toutes les parties prenantes du développement à entreprendre les mesures nécessaires pour faire avancer les droits des femmes et leur autonomisation. Nous nous réjouissons de contribuer à atteindre pleinement les objectifs de Beijing et de permettre aux femmes partout dans le monde de vivre les vies qu'elles auront choisies.