Features

L'année de l'autonomisation économique des femmes

5 mai 2015
ITC Nouvelles
Cette année est une année importante pour le programme mondial sur l'autonomisation économique des femmes: 2015 marque le 20ème anniversaire de la Déclaration et du Programme d'action de Beijing, qui ont établi le cadre politique et appelé à l'action pour faire avancer l'égalité des sexes et les droits des femmes. Associé au programme du développement de l'après-2015, il s'agit du moment idéal...

Cette année est une année importante pour le programme mondial sur l'autonomisation économique des femmes: 2015 marque le 20ème anniversaire de la Déclaration et du Programme d'action de Beijing, qui ont établi le cadre politique et appelé à l'action pour faire avancer l'égalité des sexes et les droits des femmes. Associé au programme du développement de l'après-2015, il s'agit du moment idéal pour placer l'égalité des sexes et l'autonomisation économique des femmes au premier plan dans la politique mondiale de développement.

Cette année, nous devons traiter l'inégalité des sexes qui persiste encore. Un rapport récent du Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, souligne que seulement 2% de l'aide mondiale pour le développement économique est consacrée à l'égalité des sexes. Compte tenu des retombées de l'investissement dans les femmes, il est évident que l'économie mondiale ne se rend pas service.

Il est de plus en plus reconnu que dans l'arène économique et en termes de création d'emplois, les femmes représentent l'un des derniers piliers dont le potentiel est inexploité. On mentionne souvent le pouvoir transformateur de la population de la Chine et de l'Inde, qui représente plus d'un milliard, mais moins souvent le 'troisième milliard' qui est prêt à contribuer du moins tout autant à l'économie.

Qu'est-ce donc ce troisième milliard? Tout porte à croire que dans la décennie à venir, un milliard de femmes dans le monde pourraient intégrer l'économie générale en tant que productrices, consommatrices, employées et entrepreneures. De plus, ce troisième milliard est en train de créer d'importantes opportunités d'investissement, saisies par quelques-unes des principales entreprises du monde. Par exemple, Goldman Sachs, Coca Cola et Google figurent parmi les sociétés qui ont créé des initiatives visant à promouvoir l'autonomisation économique des femmes.

Cela est significatif. Partout dans le monde, les femmes sont sur le point de rompre avec les activités économiques de subsistance et de passer à des emplois plus productifs dans des secteurs tels que l'agroalimentaire, la manufacture, les soins de santé, les médias, les technologies de l'information et de la communication et l'industrie hôtelière. Les femmes sont un facteur important pour exploiter le potentiel de la valeur ajoutée, dont de nombreux pays en développement (PED) ont besoin pour gravir l'échelle du développement.

Et d'ici à 2020, environ 870 millions de femmes pourraient déjà apporter des contributions plus significatives à la prospérité de l'économie mondiale. En fait, la grande majorité de ces femmes – plus de 800 millions – viendra des pays émergents et en développement. Cela représente une force énorme et transformatrice pour des régions telles que l'Afrique, l'Asie-Pacifique, l'Amérique latine, les Caraïbes et le Moyen-Orient.

L'ITC reconnaît qu'investir dans les femmes est à la fois juste et sensé. L'ITC organisera cette année l'Exposition et Forum des femmes entrepreneures (WVEF) à São Paulo, Brésil, les 2-3 septembre 2015 en collaboration avec Apex-Brasil. En amont du WVEF, le 1er septembre, nos partenaires, représentants des gouvernements, des multinationales, et du milieu académique se réuniront pour la table ronde annuelle de la Plate-forme mondiale d’action pour l’approvisionnement auprès des femmes entrepreneures, initiative visant à améliorer l'accès des femmes aux marchés, y compris les marchés publics. Les entreprises appartenant à des femmes ne représentent actuellement qu'une part limitée des marchés privés d'approvisionnement et environ 1% des marchés publics. Cette part est réduite en raison de plusieurs obstacles auxquels elles font face par rapport à leurs homologues masculins, notamment le manque d'accès aux informations sur les offres, le manque d’accès au financement et de familiarité avec les procédures d'appel d'offres, ainsi que l'incapacité à produire les quantités demandées.

L'ITC continuera à exhorter les gouvernements et les entreprises à contribuer à autonomiser les femmes en s'approvisionnant auprès de celles-ci et à apporter des solutions concrètes aux contraintes auxquelles elles font face. Il ne s'agit pas de charité. Il s'agit d'assurer aux femmes entrepreneures la place qui leur revient dans nos économies.

Il va de soi que l'égalité des sexes est nécessaire dans tous les domaines: la santé, l'éducation, l'emploi et la politique. Pour l’ITC, la priorité est d'assurer des conditions d'égalité de concurrence pour les femmes entrepreneures et les entreprises détenues par des femmes. Ce faisant, nous prenons des mesures afin d'assurer à un plus grand nombre l'accès aux services de santé, à l'éducation et à un emploi décent. Et en garantissant des conditions d'égalité aux femmes dans les affaires, nous aidons à faire en sorte de sortir un plus grand nombre de personnes de la pauvreté.