Features

L’aide pour le commerce et le secteur privé

2 décembre 2011
ITC Nouvelles

Le renforcement des capacités de commercer des entreprises est un élément clé des programmes nationaux de développement. Ces dernières années, l’Aide pour le commerce (APC) est devenue le principal véhicule d’investissement dans les économies en développement.

Pour les gouvernements, l’APC est un tremplin vers la réalisation des aspirations en matière de développement grâce à la politique commerciale et à l’investissement. Elle est l’élément fédérateur entre les partenaires au développement, le secteur privé et la société civile réunis autour de projets de développement du commerce – créer des emplois, attirer l’investissement et dégager des recettes publiques. Les entreprises bénéficient indéniablement des investissements réalisés au titre de l’APC: multiplication des débouchés commerciaux grâce à l’amélioration des infrastructures commerciales, abaissement du coût de l’exportation de marchandises, amélioration de l’accès aux marchés internationaux, autonomisation grâce à la formation et aux outils offerts. Lorsque les objectifs de développement sont pris en considération, tels l’autonomisation économique des femmes et des jeunes, et la pérennité environnementale des initiatives, alors l’APC contribue à rendre le commerce plus juste et plus équitable.

Les entreprises ne devraient toutefois pas être considérées comme de simples bénéficiaires, mais comme des partenaires et des promoteurs de l’APC. Au côté des agences de développement et des gouvernements, les entreprises peuvent apporter leur pragmatisme, leur connaissance du terrain et leur souci du marché, autant d’ingrédients essentiels pour réussir.

Le pouvoir du secteur privé dans la croissance économique et le développement n’est nulle part plus perceptible qu’en Chine où les entreprises ont grandement contribué à la transition du pays vers l’économie de marché. À l’occasion des célébrations organisées par l’OMC et l’ITC pour marquer le 10ème anniversaire de l’accession de la Chine à l’OMC, le négociateur principal chinois est revenu aux facteurs qui ont fait de son pays la deuxième plus grande économie mondiale. Lors de cet événement, le Directeur général de l’OMC, M. Pascal Lamy, a salué l’exemple de la Chine, relevant l’importance du leadership et d’une vision stratégique claire dans le processus d’accession à l’OMC.

L’achèvement en novembre dernier du processus d’accession de la Russie à l’OMC constitue pour l’Organisation une autre étape importante. Cet événement attendu depuis fort longtemps fait de la Russie le 154ème Membre de l’Organisation et la dernière des grandes économies du monde à la rejoindre. L’économie russe a beaucoup à gagner de cette accession, les économistes David Tarr et Natalya Volchkova prévoyant une augmentation annuelle à court terme du PIB russe de 3,3%.

Le secteur privé est mis à l’honneur dans le présent numéro du Forum du commerce international, au travers des exemples de micro et petites entreprises des confins les plus éloignés de notre planète, y compris celui d’une entreprise de construction de bateaux du Kiribati, d’une filature de coton du Kenya, et d’un fabricant de vêtements des hauts plateaux du Pérou. Tel doit être en effet l’objectif ultime de toute discussion de politique générale: améliorer le sort des hommes et des femmes qui se battent pour faire tourner une entreprise durable et rentable.

Comme l’indique Dorothy Tembo dans son article sur l’intervention du Cadre intégré renforcé dans le secteur des produits laitiers en Zambie, les agences internationales de développement et les gouvernements nationaux doivent certes amorcer le changement, mais c’est le secteur privé qui doit faire fond sur ces bases pour encourager la croissance économique à l’échelle locale et mondiale.