Features

L’Aide pour le commerce dans le Pacifique

7 décembre 2011
ITC Nouvelles

À peine 100 000 personnes peuplent les 3,5 millions de mètres carrés de la République de Kiribati dans le Pacifique sud. Le Kiribati est un des pays les plus reculés au monde, situé à des milliers de kilomètres de grands ports tels que ceux de Shanghai, Sydney et Tokyo. La distance est donc un obstacle majeur au développement de ses exportations de produits manufacturés.

Mais depuis 2008, l’agence régionale de promotion du commerce et de l’investissement du Forum des îles du Pacifique, la Pacific Islands Trade and Invest, aide la Kiricraft Central Pacific basée à Kiribati à commercialiser ses catamarans à moteur en Australie et en Nouvelle-Zélande. L’entreprise emploie des citoyens du Kiribati et, en l’espace d’à peine deux ans, ses ventes en Australie ont atteint une valeur de plus de $AUD 1,78 millions ($E.-U. 1,85 millions).

Michael Savins, propriétaire de Kiricraft, reconnaît le rôle important joué par le programme Pacific Islands Trade and Invest dans le développement de son activité. ‘Les conseils d’experts, les contacts et les conseils pour la commercialisation que nous avons reçus dans le cadre du programme ont joué un rôle crucial pour nous permettre d’accéder aux circuits de distribution sur le marché australien.’ Ces services n’auraient pu être offerts sans les financements de partenaires clés au développement au titre de l’Aide pour le commerce (APC), notamment d’Australie, de Chine, de l’Union européenne, du Japon et de la Nouvelle-Zélande.

Les petits États insulaires et reculés sont confrontés à de nombreuses difficultés pour exporter, et le climat d’affaires des 14 petits États insulaires membres du Forum des îles du Pacifique est parmi les plus difficiles au monde. En d’autres termes, les entreprises implantées dans les îles du Pacifique doivent être créatives, dynamiques et résistantes. Cela signifie aussi qu’une APC parfaitement ciblée peut créer des résultats durables de nature à améliorer la performance économique des pays. À titre d’exemple, les ventes de Kiricraft s’élèvent à plus de 1% du PIB du Kiribati.

 

Coordonner le développement de l’Aide pour le commerce

La valeur de l’aide au développement destinée au secteur privé est reconnue par les pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) du Pacifique depuis des années. Les ministres du commerce du Pacifique ont lancé en 2008 un programme de travail destiné à renforcer la coordination de l’APC avec les partenaires au développement. Le programme visait trois grands objectifs: la création d’une Table ronde régulière sur l’APC, rassemblant les partenaires au développement, les partenaires à la mise en œuvre et les représentants nationaux pour débattre des besoins en matière d’APC; l’élaboration d’une stratégie APC Pacifique pour orienter les partenaires au développement dans la fourniture de l’APC; et l’établissement d’une liste des besoins urgents pour lesquels des fonds pourraient être obtenus auprès des partenaires au développement. La première Table ronde sur l’APC s’est tenue en 2008, et en 2009 les Ministres du commerce ACP Pacifique ont entériné la Stratégie d’Aide pour le commerce du Pacifique.

La Stratégie d’Aide pour le commerce du Pacifique est un cadre de politique destiné à aider les îles du Pacifique à définir leurs priorités, lancer et coordonner des initiatives de développement axées sur l’expansion du commerce et de l’investissement, et débouchant sur un développement économique sur une base large et durable au bénéfice de tous les citoyens. La stratégie aide les ministres à se concentrer sur les plus grandes difficultés liées au commerce de la région et leur offre un mécanisme pour les surmonter.

Dans l’élaboration de la politique régionale, il était important de mettre l’accent sur l’action nationale, ce qui est le cas, à ce jour, dans les projets soutenus au titre de la stratégie. À titre d’exemple, l’Organisation des douanes de l’Océanie a lancé un projet d’envergure de modernisation des pratiques douanières dans 23 pays membres, et le Secrétariat de la Communauté du Pacifique intensifie un programme efficace de promotion du développement de la chaîne de valeur des produits de base agricoles clés. Ces deux projets rassemblent à l’échelle nationale les services des douanes et les producteurs du secteur privé, respectivement, pour réaliser les objectifs régionaux.

 

L’Aide pour le commerce: pas seulement une histoire d’accords commerciaux

Du fait de son association avec le Cycle de Doha, l’APC est souvent considérée comme principalement axée sur les négociations commerciales et la mise en œuvre des accords commerciaux. La Stratégie d’Aide pour le commerce du Pacifique reconnaît toutefois qu’améliorer l’accès au marché ne suffit pas et que des obstacles non tarifaires problématiques et coûteux doivent aussi être surmontés.

C’est la raison pour laquelle la Stratégie d’Aide pour le commerce du Pacifique met en évidence les besoins tels que d’infrastructures commerciales, en installations nécessaires à la satisfaction des prescriptions sanitaires et phytosanitaires, et de développement commercial. Dans la région du Pacifique, les infrastructures économiques de grande qualité font particulièrement défaut – ports, aéroports et routes de desserte reliant le secteur privé et les marchés. Le coût élevé de l’amélioration et de l’entretien de ces infrastructures signifie que la plupart des pays ont besoin dans ce domaine d’une assistance à long terme.

Les obstacles sanitaires et phytosanitaires constituent une barrière coûteuse et extrêmement difficile à surmonter à l’exportation pour de nombreux petits agriculteurs du Pacifique, un défi de chaque instant. L’actuelle crise économique mondiale a démontré qu’il était nécessaire de diversifier produits et marchés d’exportation pour accroître la résilience des économies des îles du Pacifique.

Du fait des difficultés de taille auxquelles est confronté le secteur privé à l’heure de pénétrer de nouveaux marchés et de créer de nouveaux produits, l’assistance proposée par Pacific Islands Trade and Invest est très demandée. Rares sont les pays qui peuvent se permettre de soutenir eux-mêmes leurs organismes de promotion du commerce et de l’investissement.

En 2011, le Secrétariat du Forum des îles du Pacifique a coordonné un processus de renouvellement de la Stratégie d’Aide pour le commerce du Pacifique sur la base des enseignements des années écoulées et pour combler les lacunes qui n’avaient pas été envisagées dans la stratégie initiale. Le secrétariat a décidé de lancer pour l’année à venir des consultations visant à renforcer et à cibler la Stratégie, de manière à améliorer l’efficacité de l’APC.

Le Forum des îles du Pacifique étudie aussi le moyen d’accroître la part de l’APC allouée à la région, en particulier par le biais de fonds mondiaux. Les îles du Pacifique n’ont pas bénéficié des fonds auxquels elles auraient pu prétendre, et ce pour diverses raisons, notamment les difficultés rencontrées par de nombreux pays aux ressources en personnel limitées, lorsqu’il s’agit de demander et d’obtenir des fonds. Pour aider les pays à relever ce défi, le Secrétariat du Forum a établi un programme de travail sur l’APC, du personnel ayant été affecté au recensement et à l’obtention de fonds au titre de l’APC à l’appui des priorités nationales et régionales.

Au fond, l’objectif de la Stratégie d’Aide pour le commerce du Pacifique est d’aider les îles du Pacifique à obtenir l’assistance stratégique à long terme dont elles ont tant besoin des partenaires au développement pour mener les réformes nécessaires pour permettre à la région de développer ses échanges commerciaux avec le reste du monde. Les financements au titre de l’APC peuvent permettre à ces petits pays d’améliorer leurs infrastructures, de développer leurs capacités de production et de satisfaire aux prescriptions sanitaires et phytosanitaires à l’exportation. Ce n’est qu’alors qu’elles seront en mesure de réaliser pleinement leur potentiel économique.