Récits

Faire entendre la voix des femmes entrepreneurs dans la région du Pacifique

29 novembre 2010
ITC Nouvelles

Construction d’un réseau de femmes entrepreneurs dans le Pacifique

Plus de 50 femmes entrepreneurs du Pacifique venant de 14 Etats du Pacifique et de Timor-Leste se réuniront à Port Vila, au Vanuatu, plus tard dans le mois (15-17 mars) pour fêter les avancements en matière de renforcement du pouvoir économique des femmes, déterminer comment dépasser les obstacles et trouver des solutions pratiques pour permettre aux femmes entrepreneurs de participer pleinement dans l’économie mondialisée.

L’atelier examinera une série de contraintes auxquelles doivent faire face les femmes, y compris les mécanismes de règlement des différends et l’accès à un terrain ou à la location d’un espace commercial. Les discussions seront également centrées sur l’encouragement des femmes dans le secteur informel et la définition de la distinction entre les différences culturelles légitimes entre hommes et femmes dans des domaines tels que la prise de décisions, et la vraie discrimination hommes-femmes à la maison, au travail et dans les forums publics.

Suivant la Journée mondiale de la femme du 8 mars 2010, l’atelier est organisé par International Finance Corporate (IFC – un membre du groupe de la Banque mondiale) et l’ITC, et appuyé par le Programme australien d’aide à l’étranger. L’atelier sera suivi d’un évènement dédié aux femmes entrepreneurs de Vanuatu organisé par Westpac Pacific Banking. L’atelier réunira des experts d’organisations régionales et internationales, y compris des experts en politique commerciale, des spécialistes des inégalités hommes-femmes et des spécialistes en stratégie commerciale, pour mener les discussions avec les femmes entrepreneurs du Pacifique et les responsables du gouvernement.

La Directrice exécutive de l’ITC, Patricia R. Francis, a souligné: “Nos consultations avec les institutions régionales, les groupes communautaires et les gouvernements de la région Pacifique ces dernières années nous ont convaincus que l’ITC a un rôle précis à jouer dans la région eu égard au développement du secteur privé et l’appui au commerce apporté aux institutions régionales et aux organismes gouvernementaux nationaux.”

Jodie McAlister, chef du groupe Asie-Pacifique a déclaré: “En plus des obstacles au commerce, un manque de réseaux d’entraide et de défense des droits en matière d’inégalités hommes-femmes dans la politique commerciale empêche l’établissement de liens solides entre le secteur privé et les gouvernements dans le Pacifique. Ces liens sont essentiels pour garantir que les futures négociations de PACER plus prennent en compte les femmes entrepreneurs du Pacifique, et que les questions hommes-femmes sont clairement intégrées dans l’ordre du jour et les processus de négociation”.

Les sujets de discussion principaux sont: les questions hommes-femmes et la culture; le dialogue entre les secteurs public et privé; les questions hommes-femmes et les ententes commerciales au niveau régional; les questions hommes-femmes et le climat des investissements; et la politique commerciale et le développement des entreprises.
Un des résultats espérés est l’établissement d’un réseau régional dans lequel les femmes entrepreneurs du Pacifique puissent partager leurs pratiques les plus efficaces et être des mentors les unes pour les autres, et qui servirait de forum de recherche et d’analyse des politiques commerciales internationales et régionales.

Les participants auront également l’opportunité de développer des idées pour établir une architecture adaptée garantissant que la voix des femmes entrepreneurs du Pacifique est entendue aux niveaux national et régional en termes de réforme du climat des investissements, de négociations commerciales et de processus de prise de décisions.
Parallèlement à l’atelier, les experts de l’ITC et d’autres agences internationales et cinq pays de la région participeront également à un second atelier à Port Vila du 16 au 18 mars, centré sur la mise en œuvre du Cadre intégré renforcé (CIR), le mécanisme de canalisation de l’assistance aux pays les moins avancés (PMA) pour des activités de développement du commerce.

Cet atelier a été organisé par le gouvernement de Vanuatu, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).