Features

DurabiliTHÉ de l’intérêt des partenariats

5 juillet 2011
ITC Nouvelles
Une collaboration entre la Rainforest Alliance, Unilever et l’Agence kényenne de développement du thé transforme l’industrie mondiale du thé.

Pour la première fois en décembre 2009, un groupe de 12 500 petits producteurs de thé a obtenu sa certification Rainforest Alliance par le biais d’un partenariat public-privé (PPP) entre Unilever, la Rainforest Alliance et l’Agence kényenne de développement du thé (KTDA).

L’ampleur du partenariat a véritablement révolutionné l’industrie du thé, tout comme la filière café a été influencée par le mouvement en faveur de la durabilité de la décennie passée, notamment à la lumière des recommandations du Fonds international de développement agricole de soutenir les petits exploitants des économies émergentes afin de répondre aux exigences croissantes en matière de production alimentaire mondiale.

Unilever est la plus grosse société de production de thé et le Kenya le plus gros exportateur de thé avec quelque 320 000 tonnes de thé vendues par an, dont 60% produites par la KTDA. Le partenariat pourrait donc bien révolutionner l’industrie mondiale du thé en imposant sa norme en matière de pratiques agricoles durables. L’initiative est la résultante de l’engagement pris par Unilever en 2007 d’acheter d’ici 2015 tout le thé vendu en sachets Lipton dans le monde auprès de plantations de thé cultivées selon les pratiques agricoles durables et certifiées par la Rainforest Alliance.

Unilever achète 12% de tout le thé noir produit et vend le produit fini dans plus de 100 pays, principalement sous des marques telles que Lipton et PG Tips. Deux ans après le lancement de l’initiative, près de 15% du thé Unilever provient à présent d’exploitations certifiées, et tous les sachets de thé Lipton Yellow Label et PG Tips vendus en Europe occidentale proviennent exclusivement de plantations certifiées par la Rainforest Alliance. Lipton a aussi lancé du thé certifié par la Rainforest Alliance aux États-Unis et au Japon ainsi qu’en Australie, où les ventes ont progressé de 12% suite au lancement du produit.

Pendant plus de dix ans Unilever a élaboré sa propre approche de l’agriculture durable – le
Programme pour une agriculture durable. En choisissant de travailler avec la Rainforest Alliance, l’entreprise a pu, à partir de ses propres plantations, donner naissance à un mouvement qui s’est propagé tout au long de la chaîne d’approvisionnement et informer les consommateurs du monde entier de ce changement. ‘Nous avons décidé que la certification Rainforest Alliance était la plus appropriée de par son approche intégrale de la gestion agricole durable couvrant les considérations sociales, économiques et environnementales. C’est exactement ainsi que nous gérons notre propre programme depuis plus de dix ans,’ a déclaré Michiel Leijnse, Directeur du marketing mondial de Lipton.

Après les plantations Unilever en Afrique de l’Est, le projet est en train d’être étendu à quelque 200 000 petits producteurs de thé indépendants du Kenya – il a aussi été mis en œuvre dans des plantations et avec des petits producteurs d’Afrique australe, d’Inde, du Sri Lanka, d’Asie du Sud-Est et d’Amérique du Sud, qui tous s’efforcent de décrocher leur certification Rainforest Alliance.

‘En faisant certifier le thé qu’elle consomme par la Rainforest Alliance, Unilever a pris une décision sans précédent qui pourrait, à terme, bénéficier à des millions de planteurs de thé de par le monde,’ a déclaré Tensie Whelan, Présidente de la Rainforest Alliance.

Pour pouvoir gagner le droit d’utiliser le label Rainforest Alliance CertifiedTM sur leurs produits, toutes les plantations certifiées doivent satisfaire aux normes strictes du Réseau d’agriculture durable (SAN) – une coalition de groupes de conservation de premier plan. Sur leurs parcelles de taille certes modeste mais gérées avec soin, chaque planteur a dû adopter des pratiques de conservation de l’écosystème, de l’eau et du sol ainsi que des procédés permettant de protéger la faune et la flore ainsi que de réduire le recours aux produits agrochimiques. La norme garantit aux travailleurs le respect de leurs droits, leur sécurité, ainsi qu’un logement décent, un salaire correspondant au salaire légal ainsi qu’un contrat en bonne et due forme.

Avant le lancement de l’initiative avec la KTDA et Unilever, la Rainforest Alliance travaillait uniquement avec les grosses plantations kényennes. En créant un dispositif de certification groupée efficace et rigoureux, l’organisation a réussi à atteindre une vaste population de petits planteurs de thé.

‘Il s’agit du groupe le plus important certifié selon notre dispositif de certification. Il est extrêmement important pour l’industrie du thé du Kenya car il offre aux producteurs visés un meilleur accès au marché, un environnement local plus sain et, dans bien des cas, améliore la productivité de la terre,’ a déclaré Marc Monsarrat, responsable Afrique de l’Est et Asie du Sud pour la Rainforest Alliance.

En dépit de la taille et du caractère unique de cette certification, le même processus strict et rigoureux a été suivi pour garantir le respect des normes de certification SAN par le biais d’écoles créées sur le terrain, de formations intensives et d’un travail méticuleux pour opérer les changements nécessaires à la mise en conformité des plantations.

Une des exigences les plus complexes de la certification consistait pour les producteurs à garantir une protection adéquate en cas d’utilisation de produits agrochimiques, même lorsqu’ils ne sont pas utilisés sur le thé. En créant un établissement de micro-financement baptisé Greenland Fedha, la KTDA a réussi à offrir des financements permettant aux producteurs d’acquérir des équipements de protection personnels à des taux d’intérêt peu élevés. Greenland Fedha va continuer d’offrir aux producteurs un accès à des sources de financement préalable pour leur permettre d’investir encore dans leurs exploitations.

La KTDA rassemble quelque 560 000 petits producteurs, propriétaires de petites plantations de thé, certaines ne dépassant pas un acre. L’usine Momul de la KTDA sèche et traite la feuille verte fournie par les producteurs, pour produire du thé noir prêt à être exporté. Dans le cadre du processus de certification Rainforest Alliance, des zones de traitement distinctes ont été créées pour le thé certifié et le thé non certifié. Après le séchage et le traitement, le thé est expédié vers les usines de transformation d’Unilever pour y être mélangé et conditionné en sachets de thé.

Fin 2009, 69 usines et plantations de thé avaient été certifiées à travers le monde et près de 38 000 petits producteurs rien qu’au Kenya.

‘La certification a déjà bénéficié aux producteurs en leur assurant une protection adéquate. Dans l’avenir, nous aurons également un avantage par rapport aux autres producteurs sur le marché, étant donné que nous avons été les premiers à décrocher cette certification,’ a déclaré Alfrick Sang, Coordonateur des services sur le terrain à l’usine Momul.

D’autres maisons de thé ont suivi l’exemple d’Unilever. À titre d’exemple, la plantation de thé James Finlay du district de Kericho au Kenya a été parmi les premières à obtenir la certification, et la Rainforest Alliance travaille à présent avec l’Association éthique du thé ainsi qu’avec des maisons de thé individuelles pour permettre aux planteurs de thé du monde entier de tirer parti des méthodes agricoles durables.

Unilever est aussi associée à des projets d’amélioration du thé régis par l’Initiative pour un commerce durable (IDH) des Pays-Bas. Ces projets visent à supprimer les goulots d’étranglement de la production du thé qui empêchent les petits planteurs de thé d’adopter les pratiques durables. Financé par l’IDH, la Rainforest Alliance, KTDA, Oxfam et Unilever, le projet aboutira à la certification de près de 150 000 hectares de plantations de thé en Inde, en Indonésie, au Kenya, au Rwanda et au Sri Lanka avant fin 2013.

Pour plus d’informations, consulter le site de la Rainforest Alliance: www.rainforest-alliance.org ,
celui d’Unilever:www.unilever.com/sustainability/environment/agriculture/tea/ 
,
celui du Ethical Tea Partnership: http://www.ethicalteapartnership.org