Speeches

Discours de la Directrice exécutive de l’ITC lors du lancement du partenariat Barclays / SheTrades de l’ITC

30 janvier 2018
ITC Nouvelles
Discours de Mme Arancha González, Directrice exécutive de l’ITC, lors du lancement du partenariat Barclays / SheTrades de l’ITC
CNUCED XIV 2016 - Nairobi, Kenya

Jambo ! et Bonjour !
Mesdames et Messieurs, je suis ravie d’être de retour à Nairobi.

À chaque visite ici, je constate de nouvelles avancées et la preuve que l’esprit d’entreprise du Kenya est non seulement vivant, mais aussi extrêmement dynamique.

En décembre dernier, le Kenya a été le premier pays africain à accueillir une réunion ministérielle de l’OMC. La semaine prochaine, vous accueillerez la CNUCED XIV. Pour l’ITC, le Kenya a été le premier pays où nous avons lancé l’Initiative de Mode éthique de l’ITC, qui connecte plusieurs centaines de micros-entrepreneurs kenyans à des acheteurs mondiaux du secteur de la mode, et avec de milliers de femmes et de familles positivement influencées. L’année dernière, une entreprise gérée par une femme kenyane a remporté le tout premier défi technologique mondial de l’ITC visant à développer une plate-forme numérique pour soutenir les entreprises détenues par des femmes. En substance, le Kenya est un exemple de la façon dont les femmes peuvent s’autonomiser et être autonomisées dans un pays. Vous avez beaucoup à partager avec le reste du monde.

Dans le récent rapport de l’ITC intitulé « Unlocking Markets for Women to Trade », ce qui me frappe le plus c’est que parmi les pays en développement étudiés, le Kenya compte le pourcentage le plus élevé d’entreprises exportatrices détenues ou gérées par des femmes.

Mais, comme le dit l’adage, « le travail d’une femme n’est jamais terminé ». Ainsi donc, travailler pour l’autonomisation des femmes n’est jamais terminé!

Certains domaines requièrent de l’attention et je suis confiante, en regardant cet océan de femmes et d’hommes puissants, ambassadeurs du genre, devant moi aujourd’hui, que l’année prochaine, le Kenya se classera encore plus haut que 25e sur 145 pays, dans l’Indice mondial de l’écart entre les sexes du Forum économique mondial, en termes d’égalité des chances pour les hommes et les femmes en ce qui concerne « la participation et les opportunités économiques ».

Étant donné qu’un petit État insulaire comme la Barbade est classé 2e ; un pays moins avancé comme la République démocratique populaire Lao est classé au 11e rang ; ou que d’autres pays africains proches comme le Rwanda ou le Malawi sont respectivement classés 14e et 12e ; je suis convaincue qu’il est possible d’améliorer constamment les paramètres, les politiques et les pratiques pour combler l’écart entre les sexes, comme moyen de parvenir à la parité entre les sexes, à travers l’Objectif 5 du Programme de developpement à l'horizon 2030 des Nations Unies.

L’initiative SheTrades de l’ITC visant à connecter un million de femmes entrepreneurs au marché d’ici 2020 est la réponse de l’ITC à l’Objectif 5. Avec le lancement de SheTrades de l’ITC, nous sommes pleinement engagés à soutenir les femmes entrepreneurs à travers les sept (7) piliers SheTrades, à savoir : promouvoir des données de qualité ; promouvoir des politiques équitables; soutenir la participation des femmes dans les marchés publics et les fonctions d’achats des entreprises ; promouvoir l’accès aux services financiers ; et soutenir les droits de propriété des femmes. Nous le percevons comme une forme de GPS pour nous guider tous dans la bonne direction et nous informer lorsque nous avons atteint notre destination ou avons pris un mauvais virage.

Aujourd’hui, je suis particulièrement heureuse de lancer notre partenariat avec Barclays Bank of Kenya. En décembre, l’ITC a organisé l’événement « Women in Business » en coopération avec le ministère des Affaires étrangères et les principaux partenaires locaux, l’Alliance du secteur privé du Kenya, le Conseil de promotion des exportations, la Chambre nationale de Commerce du Kenya, et Barclays, la banque qui s’est engagée verbalement à soutenir SheTrades.

Au fil des mois, cela s’est concrétisé en ce que nous faisons aujourd’hui. Il s’agit d’une collaboration concrète entre le secteur public et le secteur privé en faveur de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes dans la vie économique. Je rends hommage à Barclays Kenya pour avoir pris les devants et pour l’engagement dont vous faites preuve aujourd’hui pour connecter les femmes et les PME détenues par des femmes à des acheteurs gouvernementaux ou privés et leur ouvrir l’accès aux services financiers dont elles ont besoin.

Vous vous êtes engagés à connecter pas moins de 10 000 femmes entrepreneurs aux marchés pour les quatre prochaines années grâce à diverses formes de soutien, y compris, mais sans s’y limiter, l’offre de formations techniques et de webinaires ; la facilitation des liens commerciaux à travers les institutions de soutien au commerce et à l’investissement et directement avec les entreprises gérées par des femmes ; la mise à disponibilité plus fréquente des prêts ; et l’étroite collaboration avec les femmes entrepreneurs au Kenya pour améliorer leur compétitivité tant sur le marché financier que sur le marché de la consommation. Je prends bonne note du terme « pas moins de ».

Vous êtes un exemple à suivre pour les autres et j’appelle d’autres entités du secteur privé au Kenya et dans le monde à réfléchir également à la manière dont elles peuvent jouer leur rôle pour l’autonomisation économique des femmes.

Nos équipes d’experts techniques et de conseillers en création d’entreprises et services financiers attendent avec impatience de retrousser les manches et de travailler en étroite collaboration avec vous pour atteindre notre objectif de connecter 1 million de femmes au marché.

Je remercie le Kenya pour son leadership, nos partenaires pour leur collaboration continue et Barclays Kenya pour sa parole fidèle de soutenir SheTrades.

Je vous remercie.