Features

Cinquante ans d'impact positif sur le développement

30 juin 2014
ITC Nouvelles
Comptant initialement quatre employés et un budget de $E.-U. 50 000, l'ITC emploie aujourd'hui près de 300 personnes et prévoit des dépenses pour plus de $E.-U. 90 millions.

Lorsque le Centre du commerce international (ITC) a été créé en 1964 par l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT), il disposait de cinq employés et d'un budget annuel de $-E.-U. 50 000. En 2014, l'agence compte avec un effectif de presque 300 personnes et ses dépenses annuelles planifiées s'élèvent à $E.-U. 91,7 millions. L'ITC a maintenant 146 projets en cours dans 107 pays, et une grande partie de son travail est effectué sur le terrain par des consultants locaux.

Cette évolution n'allait pas de soi. L'ITC avait été créé pour récolter, regrouper, analyser et publier des données et informations susceptibles de favoriser le commerce en répondant aux besoins des PED et des économies en transition et des PMA. Cependant, l'analyse et l'information sur le commerce, désormais connue comme intelligence commerciale et de marché, représentait seulement 10% des dépenses totales de l'ITC en 2013.

Les années soixante: pleins feux sur l'information commerciale

Durant les années 60, les politiques commerciales de la plupart des PED avaient pour but de limiter leurs importations et de devenir aussi autosuffisants que possible. Dans de nombreux pays, cela convenait bien aux entreprises, puisqu'elles n'avaient pas à craindre la concurrence dans leurs marchés intérieurs. Ils ont volontairement renoncé à des opportunités d'exportation en échange de la protection dans le pays.

C'est dans ce contexte que l'ITC a plaidé en faveur de la promotion des échanges, en fournissant des données et des informations sur les meilleures pratiques, et en revendiquant plus de marchés ouverts. Le Forum du commerce international était l'un des principaux moyens de divulgation d'informations durant cette période (voir p. 28), complété par des études de marché et des manuels sur les techniques et les pratiques de promotion des échanges.

Vers la fin de cette décennie, l'ITC est devenu une agence conjointe du GATT et des Nations Unies, se positionnant en tant qu'agence multilatérale de promotion des échanges. Son budget ordinaire de $E.-U. 1,2 million a été complété par des contributions volontaires de donateurs des pays développés et du PNUD.

Les années soixante-dix: renforcement des capacités

Pendant des années, les gouvernements ont considéré que la réduction des obstacles au commerce chez leurs partenaires commerciaux se traduisait forcément par une augmentation des exportations pour leurs entreprises. C'est seulement au milieu des années 70 que les contraintes en matière de capacité dans les PED ont été reconnues comme étant un goulet d'étranglement pour les exportations, et c'est là que l'ITC s'est créé un nouveaux créneau.

Les années 70 représentent une période de croissance intensive pour l'ITC. L'agence s'est réinventée comme organisation travaillant avec les gouvernements des PED et leurs exportateurs, renforçant les capacités d'exportation des petites et grandes entreprises dans les secteurs avec un potentiel d'exportation. L'ITC a établi une présence dans plusieurs pays bénéficiaires et a développé des programmes de formation sur mesure pour compléter ses activités de publication, déjà en cours. Des évaluations des besoins des pays ont été préparées pour la première fois, et les représentants de l'ITC sont devenus des conseillers proches des gouvernements des PED. Depuis lors, l'ITC a aidé à la création d'institutions de promotion des exportations dans plusieurs pays: CEPEX, organisation nationale de promotion du commerce, par exemple, a été créée par l'ITC en 1973, de même que le Ministère du commerce extérieur de la Colombie, 18 ans plus tard.

Vers 1980, les dépenses totales de l'ITC s'élevaient à $E.-U. 25 millions, les contributions volontaires des gouvernements donateurs représentant deux-tiers de son budget.

Les années quatre-vingts: changements structuraux

L'ITC tel qu'il est aujourd'hui a commencé à prendre forme dans les années 80. L'agence a commencé à travailler directement avec les PME et à voir son travail comme un moyen de traiter de priorités plus larges en matière de développement, en particulier de la lutte contre la pauvreté. Durant cette période, l'ITC a mis en oeuvre son premier projet axé sur les besoins spécifiques des femmes entrepreneures, qui a précédé le programme phare d'aujourd'hui, le Programme sur les femmes et le commerce.

Le budget de l'ITC a encore doublé pour atteindre $E.-U. 54 millions vers la fin de la décennie.

Les années quatre-vingt dix: une croissance inégale

Pour des raisons qui échappent au contrôle de l'ITC, les contributions volontaires ont commencé à diminuer au début des années 90, reflétant un changement de priorités de la part des principaux donateurs, en particulier le PNUD. De 1992 à 1994, l'ITC a fonctionné sans un Directeur exécutif, ce qui a ajouté à l'incertitude au sein de l'organisation. Mais dans la seconde moitié de la décennie, l'ITC a regagné sa force et a élargi son domaine d'action, allant au-delà de la promotion et du marketing pour doper la compétitivité générale des PME en matière d'exportation.

L'ITC a publié une série de guides commerciaux abordant des sujets tels que la vente, les chaînes d'approvisionnement et la gestion de la qualité. Certains de ces guides ont été mis à jour depuis et son disponibles sur la page publications du site internet de l'ITC.

In 1996, l'ITC a conçu son premier vrai grand programme: le programme intégré conjoint d'assistance technique (JITAP), avec un budget de $E.-U. 28 millions, qui est venu en aide à 16 pays d'Afrique pendant une décennie. Ce programme a aidé les pays bénéficiaires à préparer leurs positions de négociation avec l'OM C, tout en offrant des conseils sur comment tirer profit des opportunités d'exportation découlant de la libéralisation mondiale du commerce.

Depuis 2000: projets plus grands, accent mis sur l'impact

Au tournant du siècle, l'ITC a commencé à développer des stratégies d'exportation pour les clients, et cette activité demeure l'un des piliers de son travail. En fait, le Forum exécutif annuel, le prédécesseur du Forum mondial pour le développement des exportations, était initialement axé sur les meilleures pratiques en matière de stratégies nationales et régionales d'exportation.

L'ITC a aligné ses activités aux objectifs du Millénaire des Nations Unies pour le développement et a adhéré à l'initiative Aide pour le commerce de la communauté internationale du développement.

Au milieu de la dernière décennie, la direction de l'organisation a commencé à concentrer des ressources sur un nombre réduit de projets plus grands. Cela a permis de réaliser des économies d'échelle, et également de partager les meilleures pratiques entre les pays et les équipes de mise en oeuvre des projets. Une attention portée simultanément aux dimensions parallèles de la politique, du soutien au commerce et des entreprises permet aux interventions de se renforcer mutuellement, et donc d'avoir un impact plus fort. L'ITC a mis en place des indicateurs pour récolter et mesurer les extrants et résultats de son travail, autant au niveau de l'entreprise que du projet.

À l'aune de la crise financière de 2008, les exportations vers les pays émergents sont devenues un vecteur important de la croissance économique. En conséquence, l'ITC a aidé plusieurs PMA à tirer profit des opportunités commerciales avec les économies émergentes et les PED, à travers les continents et entre eux.

ITC aujourd'hui: leader des PME

Aujourd'hui, l'ITC est la seule agence de développement multilatéral entièrement dédiée au développement des PME, qui représentent deuxtiers des emplois dans la plupart des PED. Il facilite l'intégration des PME dans les chaînes de valeur régionales et mondiales. L'ITC travaille avec des partenaires et par l'intermédiaire de ces derniers afin de renforcer la compétitivité des PME exportatrices et créer des secteurs d'exportation dynamiques et durables qui offrent des perspectives entrepreneuriales, en particulier aux femmes, aux jeunes et aux collectivités défavorisées.

L'ITC possède 50 ans d'expérience et une réputation bien établie de mise en relation des entreprises des PED avec les chaînes de valeur, d'établissement de liens durables avec les marchés et d'impact positif sur le développement. Et cela fait la différence dans la lutte pour éradiquer la pauvreté.