Features

Cinquante ans de promotion du commerce pour le développement

1 juillet 2014
ITC Nouvelles
Mukhisa Kituyi, Secrétaire Général de la CNUCED, explique que les changements dans le paysage international impliquent des changements dans l'aide au développement.

En 1964, lorsque la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) et le Centre du commerce international (ITC) ont été créés, le monde était différent à maints égards. Le commerce a contribué à perpétuer la nette distinction entre le Nord et le Sud qui existait déjà avant la décolonisation. Les pays nouvellement indépendants dépendaient de l'exportation de matières premières vers leurs anciens colonisateurs et de l'importation de produits manufacturés de haute valeur ajoutée de ces derniers.

Lorsque les États Membres des Nations Unies se sont réunis à Genève pour la CNUCED I, ces pays nouvellement indépendants cherchaient à reprendre le contrôle de leurs propres moyens de développement. Plusieurs d'entre eux considéraient le commerce comme un moyen d'y parvenir. Ils voulaient une plateforme où les pays riches et les pays défavorisés pourraient se réunir et entamer un dialogue visant à traiter les déséquilibres économiques à l'échelle internationale, à uniformiser les règles du jeu et à s'assurer que les PED ne resteraient pas éternellement en marge de l'économie mondiale, mais participeraient aux bénéfices du commerce.

Avec la création de la CNUCED, les pays Membres des Nations Unies ont adopté une perspective de développement inclusive et avant-gardiste. Elle cherchait ‘un système plus efficace de coopération économique internationale permettant de bannir la division du monde en zones pauvres et riches et de rendre la prospérité accessible à tous.

À partir de cette première conférence ministérielle, les idées et politiques conçues et négociées au sein de la CNUCED ont contribué à attirer l'attention de la communauté internationale sur les besoins et les priorités des PED. En termes de commerce, par exemple, l'idée d'offrir un traitement préférentiel aux exportateurs des PED remonte à la CNUCED I. Elle a abouti à la création du Système généralisé de préférences (SGP), reconnu par la suite par l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce. Ce système a été créé à un moment où les tarifs étaient en moyenne cinq fois supérieurs à ceux d'aujourd'hui, et où les négociations commerciales préalables s'étaient concentrées principalement sur les produits présentant un intérêt pour les pays développés.

En même temps, il était évident que les PED avaient besoin d'aide, y compris d'informations et de conseils, afin de tirer profit des opportunités commerciales et de s'assurer que ces opportunités se traduisaient en véritables gains en termes de développement. Dans le cadre des efforts visant à renforcer ces capacités, la CNUCED et le GATT ont uni leurs forces pour créer l'ITC.

Pendant les années qui ont suivi, la CNUCED et l'ITC ont aidé à promouvoir le développement économique, travaillant conjointement ou de manière individuelle. Avec un accent mis sur les exportateurs, les commerçants et les responsables de la promotion du commerce, l'ITC a permis d'établir le contact avec le milieu des affaires, surtout les PME, qui sont importantes pour renforcer les capacités de production des PED.

À la CNUCED, l'approche novatrice, la recherche et l'analyse ont contribué à nourrir et dessiner les contours du programme de développement mondial. Parallèlement à la recherche d'un consensus et à la coopération technique, cela a aidé à favoriser les capacités nationales en matière de commerce et développement économique. En plus d'être le berceau du projet du SGP, la proposition faite par la CNUCED aux donateurs de s'engager à verser 0,7% de leur PIB pour l'aide a été traduite plus tard en un engagement dans le cadre des objectifs du Millénaire pour le développement. L'appel de la CNUCED en faveur de l'allègement de la dette des PED est devenu la base de l'Initiative d'allègement de la dette multilatérale. La CNUCED était aussi l'un des premiers organes de l'ONU à attirer l'attention sur les problèmes particuliers auxquels les pays les moins avancés (aujourd'hui connus comme PMA) étaient confrontés.

Le monde d'aujourd'hui est très différent de celui de 1964. Les divisions entre Nord et Sud, Est et Ouest se sont estompées. Certains PED sont devenus des acteurs au niveau mondial et certains ont changé de statut économique. En parallèle, certaines nations industrielles ont plongé dans des crises prolongées. D'autres PED restent en marge de l'économie mondiale. Nous sommes tous confrontés à d'importants changements dans les domaines de la finance, de la sécurité alimentaire, du changement climatique, de l'inégalité et de la pauvreté.

À la CNUCED, notre travail a évolué afin de refléter les changements dans le paysage international. Nous traitons par exemple de questions d'investissement, de coopération Sud-Sud, de commerce et parité, de volatilité financière et de changement climatique. Dans ce contexte, il est de bon augure que le 50ème anniversaire de la CNUCED et de l'ITC soit commémoré alors qu'un programme du développement durable de l'après 2015 est en cours d'élaboration par la communauté internationale.

Depuis mon entrée en fonction en septembre 2013, j'ai accordé la priorité au renforcement de la contribution de la CNUCED à l'effort en faveur d'un développement durable du point de vue économique et environnemental. Nous soutenons le travail en cours à New York en vue d'établir des objectifs en termes de développement durable et nous espérons que ces efforts vont s'intensifier.

Le travail de la CNUCED sera de plus en plus axé sur la recherche, les propositions de politiques, les négociations intergouvernementales et la coopération technique concernant des manières de traduire les objectifs de développement durable en véritables progrès et en amélioration de la vie des populations, surtout celles qui continuent à vivre dans la pauvreté. Le commerce figure indéniablement parmi les forces qui peuvent permettre d'accomplir ces objectifs. Nous avons récemment renforcé notre collaboration avec l'ITC pour venir en aide aux pays dans le cadre de la mise en oeuvre de l'Accord sur la facilitation des échanges conclu à Bali, en Indonésie, en décembre 2013. La CNUCED se réjouit de poursuivre son travail avec l'ITC pendant les décennies à venir.