Features

Chaînes de valeur mondiales

28 juin 2011
ITC Nouvelles

Les pays ayant besoin de créer des emplois et de revitaliser les petites et moyennes entreprises (PME), les IAC doivent de plus en plus s’attacher à mieux positionner les entreprises le long des chaînes d’approvisionnement et de production mondiales, et ce par le biais du renforcement des capacités et du développement des exportations. Le fait d’être présent le long des chaînes d’approvisionnement mondiales peut donner aux PME l’occasion d’accroître leur productivité, d’élargir leurs marchés et d’assurer leur stabilité financière.

Dans le présent numéro du Forum du commerce international, nous nous penchons sur les difficultés et les possibilités découlant de l’intégration à ces chaînes d’approvisionnement.

 

Pascal Lamy, Directeur général de l’OMC, a déclaré: ‘Comprendre de quelle manière le commerce peut être intégré aux stratégies de développement et de réduction de la pauvreté est un élément important du renforcement des capacités commerciales. Pour les pays les moins avancés (PMA), il s’agit bien souvent de la première étape vers l’identification des obstacles à la compétitivité et vers l’intégration des exportations dans les chaînes d’approvisionnement mondiales pour mettre l’accent sur les secteurs qui recèlent le plus gros potentiel à l’exportation.’

En dépit des signes de reprise encourageants donnés par le système commercial mondial, les stratégies commerciales doivent être axées sur la croissance durable à long terme, plutôt que sur des solutions à court terme. Il est essentiel de tirer le plus grand parti des maigres ressources disponibles – humaines, financières et naturelles.

À cet égard, un des thèmes récurrents du WEDF a été la nécessité de privilégier la valeur plutôt que la quantité pour survivre en temps de crise.

Comme le soulignait M. Lamy, économistes et professionnels du commerce devraient se demander d’une manière générale comment les échanges transfrontières peuvent créer de la valeur, plutôt que de s’attacher uniquement aux volumes échangés. Dans un monde confronté aux assauts conjugués des crises financière, alimentaire et climatique, se préoccuper uniquement des volumes et des profits à court terme n’est pas tenable.

Pour garantir la durabilité et la création de débouchés pérennes, l’accent doit être mis sur le long terme. ‘L’augmentation de la consommation intérieure sur les marchés émergents, tant des biens de production que de consommation, donne la possibilité à d’autres pays en développement (PED) de diversifier leurs marchés d’exportation grâce au développement du commerce Sud-Sud’, a déclaré Supachai Panitchpakdi, Secrétaire général de la CNUCED.

Il convient également de relever que l’on estime que les échanges entre entreprises représentent un tiers du commerce mondial. D’où la nécessité d’innover et de diversifier pour tirer parti des nouveaux débouchés offerts. La mondialisation, favorisée par le développement rapide des technologies de l’information et de la communication, l’amélioration des installations de transport et l’abaissement des tarifs douaniers, a créé de nouveaux débouchés pour les PME.

Cependant, intégrer les chaînes d’approvisionnement signifie soumettre à plus rude épreuve les ressources en gestion et financières des entreprises qui se doivent de satisfaire aux normes internationales et protéger leur propriété intellectuelle. Pour relever ces défi s, les PME ont de plus en plus besoin du soutien des agences telles l’ITC, les IAC et de leurs propres gouvernements.

Dans ce présent numéro, nous reconnaissons que le développement durable doit être un processus participatif auquel toutes les parties doivent être associées. Nous l’avons entendu au WEDF ainsi que lors de la Conférence et de la remise des prix du Réseau des OPC 2010, tenus à Mexico City en octobre. Pour cela, l’ITC estime que le développement exige des partenariats qui bénéficient à toutes les parties ainsi qu’une collaboration entre les régions et entre les chaînes d’approvisionnement, avec l’appui d’IAC solides et un financement des entreprises pour optimiser les efficiences le long des chaînes d’approvisionnement.