Stories

Bien faire et offrir de l'espoir grâce à la mode

11 mars 2015
ITC Nouvelles
De Milan à New York : l'Initiative de Mode éthique de l'ITC permet l'autonomisation des femmes dans les communautés défavorisées.

Depuis quelques années, les principaux créateurs de mode dans le monde se sont tournés vers les pays en développement pour trouver l'inspiration pour leur collection – et pour travailler avec les producteurs de ces pays. Et pour la plupart de ces créateurs il s'agit d'un effort authentique pour soutenir les artisans des communautés avec lesquelles ils travaillent, et les aider à renforcer leurs compétences et capacités.

Depuis son lancement en 2009, l'Initiative de Mode éthique (EFI) du Centre du commerce international (ITC) a été pionnière en la matière, en connectant les artisans des pays en développement à certaines des plus grandes maisons de couture du monde. Pourquoi ? D'une part, parce que cette collaboration fournit aux artisans – principalement des femmes – du travail en rapport avec leurs compétences, ce qui leur rend leur dignité. D'autre part, parce que cela permet à l'industrie de la mode de manufacturer de manière éthique des produits de mode de qualité et demandés.

De plus, en intégrant activement les femmes artisans au sein de la chaîne de valeur de la mode par le biais de vrais emplois, celles-ci acquièrent leur autonomie et prennent le contrôle de leur vie, économiquement entre autres.

Compétences passées, compétences modernes L'EFI travaille avec des artisans du Burkina Faso, d'Éthiopie, du Ghana, de Haïti, du Kenya et du Mali. Dans chacun de ces pays, l'EFI travaille avec des artisans aux expériences diverses : certains ont hérité leur savoir-faire des générations précédentes, d'autres ont acquis leurs compétences en travaillant directement avec EFI. Dans chaque pays, une centrale a été établie afin de gérer les commandes reçues de la part des maisons de marque, de coordonner la production les artisans des micro communautés, et de mener des évaluations sur l'impact du programme.

Plus de 90 % des artisans qui travaillent au sein de l'EFI sont des femmes ; elles forment le cœur du système de production de l'EFI. Et tandis que leur travail a un impact économique direct et positif, un autre résultat majeur peut être noté : les compétences acquises en travaillant au sein de l'EFI sont partagées avec les familles et la communauté locale, ce qui constitue un impact plus large encore que le seul noyau des bénéficiaires du programme.

Mais ce n'est pas tout. Dans une enquête menée en 2014, 90 % des femmes travaillant au sein de l'EFI ont déclaré avoir été en mesure de doubler le montant alloué aux frais d'éducation, 90 % ont indiqué avoir amélioré les conditions de vie du foyer, et 86 % ont amélioré la qualité de leur nourriture. Par ailleurs, 88 % ont déclaré que la possibilité de prendre des décisions financières indépendantes avait changé leur vie, et 92 % ont pu faire des économies ou investir. Enfin, 100 % ont affirmé que que leur confiance en elle s'était renforcée et qu'elles étaient à présent respectées par les membres masculins de leur famille. Cela constitue un impact au moins aussi important que des revenus augmentés.

Depuis le lancement du programme, plusieurs évaluations ont montré que la mode pouvait être un facteur de changements positifs et de développement. Ceci est également essentiel pour les maisons de couture : pour chaque commande passée, les partenaires de l'EFI reçoivent un rapport qui présente leur impact sur les vies des personnes impliquées.

Comme l'ont prouvé ces dernières années, la mode éthique n'a aucun besoin de faire des compromis sur le style et les ventes, elle peut aller de pair avec la solidarité et un développement rationnel.

Pour en apprendre davantage sur l'Initiative de Mode éthique.